Ads 1

AVIS SUR LA STRATÉGIE DE LUTTE CONTRE LA COVID-19, L’ÉQUATION DE LA TRANSMISSION COMMUNAUTAIRE (Par Papa Ndary NIANG)

0 8 345

Il est vrai que lors de la première vague, les autorités sénégalaises ont pu, grâce à la sensibilisation sur le respect des mesures barrières, limiter la pandémie, ce qui a valu au Sénégal une performance appréciable dans la lutte contre la pandémie.

Par contre, depuis l’arrivée de la deuxième vague, on a constaté que les cas communautaires continuent d’augmenter en dépit des mesures restrictives prises notamment pour les régions de Dakar et Thiès. Les populations crient leur ras le bol car les efforts de respect des mesures sont annihilés par la flambée des cas positifs et les mortalités. Le comité de gestion de crise, devrait réajuster son approche car la bataille contre la pandémie n’est pas seulement médicale.

Il y a d’autres paramètres que le médecin soucieux de la santé du patient et de la santé publique pourrait ne pas voir au regard de l’évaluation qu’il se fait de la maladie à COVID 19 sous l’angle du risque sanitaire.

Les aspects socioculturels à mon avis n’ont pas été suffisamment pris en compte. Le couvre-feu dans sa forme actuelle ne fera qu’accentuer les contaminations, vu la condensation des populations à la descente dans les stations de transport en commun à partir de 16H. Un couvre-feu à 21h n’a pas de réelle incidence sur la réduction des contaminations. Pour preuve les cas augmentent, pas parce qu’il y a une nouvelle variante au Sénégal, mais surtout parce qu’avec le couvre-feu, on accroit la psychose des populations de se retrouver dehors au-delà de 21H ce qui crée des bousculades, des contact rapprochés et l’oubli des gestes barrières, car personne ne souhaiterait passer un mauvais quart d’heure entre les mains de nos valeureuses forces de sécurité et défense qui font preuve de compréhension malgré tout.

Les sénégalais n’ont pas la culture de descendre et d’aller prendre un café sur une terrasse. Ce sont des habitudes des pays du nord et des arabes. C’est là un point d’amélioration. Les sénégalais sortent surtout les week-end (mariages, cérémonies familiales, etc.). Et ça on n’y a pas travaillé pour rompre la chaine de contamination. En attendant que les populations se fassent vacciner, un confinement total obligatoire tous les week-end pour le cas de Dakar et Thiès serait judicieux. Le couvre-feu pourrait aller de 22H à 5H du matin avec toujours une interdiction d’ouverture des bars, discothèques.

Les autorités devraient également revenir à plus de rigueur dans les mesures édictées au tout début pour les cérémonies funèbres. Aujourd’hui, lors des funérailles c’est des dizaines de personnes qui viennent. Il est important de limiter les effectifs à 10 personnes maximum et les autres au besoin useraient de leurs téléphones pour filmer les cérémonies funèbres. Ces mesures devraient être appliquées à nouveau pour les baptêmes, avec un accès règlementé aux lieux de culte. Il faudrait également plus de rigueur dans le nettoyage hebdomadaire des marchés.

Enfin, la communication pour les tests fait défaut. Les populations connaissent les centres de tests pour les voyages, rares sont celles qui savent qu’elles peuvent aller se faire dépister gratuitement dans les établissements de santé dès qu’elles ont certains symptômes. Or, le dépistage volontaire aiderait à faire des bonds dans la maîtrise de la pandémie. Il est important que la communication aille également dans ce sens.

Dr Papa Ndary NIANG
Vétérinaire
Master of science en Biologie Animale
Expert en Biosécurité et Biosûreté
Expert International en Stratégie et Management
Expert des Systèmes de Management ISO 9001, 22000, 14001, 45001, 17025, IFS/BRC
Auditeur Qualité, certifié IRCA
Directeur du Cabinet AFRIQUE EMERGENCE CONSEIL (AEC)
Website : www.afriqueemergenceconseil.com
Téléphone 00 221 77 819 73 21
Mail : drniang@afriqueemergenceconseil.com

Laisser un commentaire