Ads 1

AVEC EMMANUEL MACRON, UNE LITTERATURE ET UNE PHILOSOPHIE EN MARCHE

0 65

Macron a certainement lu le poète de l’esprit nouveau Guillaume Apollinaire et le philosophe de l’identité Paul Ricœur. Oui fondamentalement !

La France de Voltaire dont il disait, au dix-huitième siècle, qu’elle était « comme la statue de Nabuchodonosor, en partie or, en partie fange », serait bien éclairée par la vision prometteuse d’Emmanuel Macron. L’image, poursuivait le célèbre auteur, réapparaîtra au terme de la « vision de Babouc ». Le Babouc du vingt-et-unième siècle nous est né, Macron en est le prototype.

Justement, l’histoire politique de la française, marquée par une idéologie sclérosée de la gauche et de la droite, semble connaître une forte mutation par les idées novatrices d’Emmanuel. Oui la France n’appartient ni à la gauche ni à la droite. La gauche et la droite en forme d’épitaphe. Macron, tel un Victor Hugo au dix-neuvième siècle, passe pour être le « monstre froid ». Oui, il a mis le bonnet rouge sur le vieux dictionnaire politique…

C’est le philosophe Ibou Dramé Sylla qui, je crois, parlant de la question de l’idéologie en France, avait parlé du « déclin de l’idéologie politique » avec l’attitude de Macron. Fort de ce constant, j’ai été personnellement séduit par la démarche d’Emmanuel Macron, bien que je sois encré dans l’idéologie politique de la droite. La lecture que j’ai faite de son attitude m’a permis de comprendre que l’idéologie politique n’est pas une religion et donc loin d’être sacrée.

Macron a pourtant raison d’emprunté un tel chemin ; car d’après lui la droite et la gauche « n’ont pas actualisé leurs systèmes de pensée au contact du réel qui nous entoure » et se sont rendues incapables de trouver des solutions cohérentes aux grandes transformations du monde. « Nos partis politiques sont morts de ne plus s’être confrontés au réel », tranche-t-il. Les gouvernants doivent d’abord permettre à la société de prendre des initiatives, d’expérimenter, de trouver des solutions appropriées. Dès lors, on pense au protestant Michel Rocard : « le rôle de l’Etat est d’abord d’offrir à chacun les moyens de sa vie ».

En réalité, le fort de ce « jeune homme » dont on disait qu’il était « un ignorant des mouvements profonds de l’Histoire », est d’avoir compris, très tôt, qu’il pouvait agir sans parti, sans élus. Qu’il pouvait mener une campagne présidentielle sans la logistique du PS ou des Républicains, investir des candidats aux législatives sans discuter des alliances possibles avec les états-majors.

Cette manière de voir les choses en politique semble scabreuse pour certains. Mais, « la vie est inventive », scande souvent Macron. Et pourtant, le brillant Jacques Attali avait très tôt prédit qu’il sera le prochain président de la République française. Pour qui connait Attali, cette affirmation n’est point gratuite…

Loin de Mélenchon et Le Pen qui ont une conception politique stéréotypée par leurs idéologies, Macron propose une politique sociale intègre qui fait appel aux français de quelques bords qu’ils soient. Hérité de la droite qui l’a chevronné, il s’ouvre à tous les citoyens français qui semblent déçus depuis quelques années par une atmosphère politique poussiéreuse.

Il faut donc sortir des carcans de l’idéologie et répondre aux attentes de la population. La France en Marche. Il y a là un esprit nouveau qui souffle sur la politique française. Et, en littérature, je pense à Apollinaire avec son mouvement littéraire l’esprit nouveau au vingtième siècle : « l’esprit nouveau qui s’annonce prétend avant tout hériter les classiques en solide bon sens, un esprit critique assuré, des vues d’ensembles l’univers et dans l’âme humaine, et le sens du devoir qui dépouille les sentiments et en limite ou plutôt en contient les manifestations ».

Aussi, la question de l’identité, chère à Paul Ricœur, est manifeste dans le projet politique de Macron. Et c’est là qu’il m’a séduit. Contrairement à Marine Le Pen, sa culture littéraire et philosophique l’a amené à comprendre que nous sommes dans un contexte de mondialisation qui favorise le phénomène de mutation des individus.

En effet, Paul Ricœur est célèbre pour avoir élaboré une philosophie de la vie conçue comme un récit de soi. Selon lui, notre identité n’est jamais figée, mais se construit de façon « narrative », lorsque nous faisons, pour nous ou pour autrui, le récit de notre existence. Il est donc frappant que Macron insiste sur l’importance du récit personnel ou collectif. L’idée d’identité narrative lui permet de reprendre une notion à la mode. Selon lui, « il faut retrouver le fil du roman français, je crois au roman national ». Mais pour lui comme pour Ricœur, l’identité n’est pas une essence immuable et exclusive. Elle s’élabore avant tout par l’usage de la langue. « Le cœur de ce qui nous unit est bien là », considère-t-il. « C’est bien ce qui fait de nous une nation ouverte, parce que la langue s’apprend, et avec elle les images et les souvenirs qu’elle évoque. Celui qui apprend le français, puis le parle, devient dépositaire de notre Histoire et devient un Français », plaide Macron dans « Révolution ».

Le fort d’Emmanuel Macron est donc sa capacité d’appliquer sa culture littéraire et philosophique à la politique. Il semble réussir cette méthode avec brio. Et, comme l’a prédit le philosophe allemand Ju-rgen Habermas dans l’hebdomadaire Die Zeit, la victoire de Macron sera « une véritable rupture dans l’histoire de la République française depuis l’après-guerre (…), qui pourrait bien faire voler en éclats toute configuration politique qui s’est sclérosée au fil du temps entre gauche et droite ».

El hadji Omar MASSALY (UCAD Lettres Modernes, littérature française)

Laisser un commentaire