Ads 1

AU HCCT, LA COMMISSION DE DÉVELOPPEMENT DES PÔLES-TERRITOIRES A POUR MISSION D’ASSURER UN ÉQUILIBRE DYNAMIQUE ET UNE GESTION DE L’ÉQUITÉ TERRITORIALE (Par Samba NDONG)

0 157

Son Excellence est un génie en matière de politique de politique de décentralisation.

En politique il faut etre realiste parce-que le réaliste, s’il est un artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même. Avec le HCCT, nous comprenons que Son Excellence Monsieur le Président Macky dépasse de loin ses compatriotes en matière de vision et de programme politique .

Pour une bonne compréhension de la politique de l’urbanisme, Son Excellence Monsieur le Président Macky Sall a en place des techniques et méthodes nous permettent d’établir un plan d’aménagement du territoire avec la création des plans de developpement des pôles-territoires.
Ces pôles-territoires sont composé d’agglomération comme celui de Dakar :

AGGLOMERATION DAKAROISE :

La métropole Dakaroise est composée de la trame urbaine presque continue formée par les départements de Dakar, Pikine, Guédiawaye et une partie du département de Rufisque. Elle comptait près de 2 701 110 habitants en 2013. Si le rythme de croissance démographique de 2,6% est maintenu, la population s’établirait en 2030 à 4 198 422 habitants, soit une augmentation de 1 497 312 habitants.

De métropoles comme :

METROPOLE DE THIES :

Le territoire de « Thiès métropole » est constitué de la ville de Thiès et des communes de Notto et Fandène qui sont les zones d’extension naturelle de Thiès. Cet ensemble comptait près de 367 000 habitants en 2013 . Avec un taux de croissance démographique moyen annuel de 2,2 %, la population de Thiès métropole s’établirait à 534 403 habitants à l’horizon 2030.
METROPOLE DE MBOUR :

Le territoire de « MBOUR métropole » est constitué des communes de MBOUR, SALY, NGAPAROU, SOMONE, NGUEKHOKH et MALICOUNDA. Ce territoire constitue une réalité qui va s’imposer de plus en plus. En effet, le long de la côte, la conurbation Mbour, SALY, NGAPAROU, SOMONE est déjà effective. Le long de la RN1, la conurbation Nguékhokh-Mbour est très avancée et Mbour est en train de s’étendre sur les terres de la commune de Malicounda.

Et des pôles comme:
POLE DE DIAMNIADIO :

Le pôle de Diamniadio est constitué des communes de Diamniadio, Bargny, Sendou et Sébikotane.
C’est un territoire carrefour, zone de transition entre l’agglomération dakaroise et le reste du pays. Il est limité à l’ouest par l’agglomération dakaroise, au nord par le pôle des Niayes, à l’est par le pôle de Diass et au sud par l’océan atlantique.
POLE DE DIASS :

Le pôle de Diamniadio est constitué des communes de Diamniadio, Bargny, Sendou et Sébikotane.
C’est un territoire carrefour, zone de transition entre l’agglomération dakaroise et le reste du pays. Il est limité à l’ouest par l’agglomération dakaroise, au nord par le pôle des Niayes, à l’est par le pôle de Diass et au sud par l’océan atlantique.
POLE DU LAC ROSE :

Le pôle du Lac rose est constitué de son plan d’eau de surface et de sa zone d’influence limitée au nord par l’océan atlantique, à l’ouest par l’agglomération dakaroise, au sud par la route des Niayes et à l’est par la limite administrative de la région de Dakar.
Le pôle du Lac Rose se structure autour de son écosystème humide très spécifique qui lui confère une dimension touristique internationale et des projets de pôles urbains du Lac rose, de Déni Biram Ndaw et Diacksao-Bambilor.
ZONE DES NIAYES :

Le pôle des Niayes (figure 16) est la partie de la Grande côte comprise entre Sangalkam et Notto Gouye Diama. Elle s’étend sur les communes de Sangalkam, Bambilor, Diender Guedj, Notto Gouye Diama, Keur Moussa, Pout et Kayar.
Cette zone est structurée autour des terres de production agricoles, du pôle de pêche de Kayar, de l’activité avicole et des centres de distribution de Notto Gouye Diama et Pout. Elle représente une zone stratégique pour l’approvisionnement du pays en produits
AXE THIÈS – MBOUR :

L’axe THIES-MBOUR (figure 17) est la zone qui se situe entre les métropoles de Thiès et de Mbour et à cheval sur les communes de Notto, Tassette et Malicounda. C’est une zone rurale qui possède d’importantes potentialités hydrogéologiques, des disponibilités foncières et occupe une position stratégique entre Thiès et Mbour qui sont deux grandes métropoles en devenir. Elle marque le début du bassin arachidier caractérisé par de vastes étendus de savane arborée. Avec les tronçons d’autoroutes AIBD-THIES et AIBD-MBOUR, ce territoire peut jouir d’une bonne accessibilité.

La structuration du territoire vise à identifier les différents pôles de la zone, à déterminer leur positionnement et à préciser les liens fonctionnels existants entre eux. Les critères qui ont été retenus pour déterminer l’organisation du territoire sont la démographie, les potentialités économiques, la position géographique, les possibilités d’extension et le niveau d’équipements.
En tenant en compte de ces critères et orientations stratégiques, le schéma propose la structuration suivante :

la métropole internationale de Dakar ;

les métropoles d’équilibre de Thiès et de Mbour ;

les pôles d’expansion urbaine et économique de Diamniadio, de DIASS et du Lac Rose ;

les pôles agricoles : zone des Niayes et l’axe Thiès-Mbour.

Le territoire est découpé en zones d’affectation du sol qui ont été déterminées en fonction de l’occupation actuelle des sols, de leur vocation, de leur potentiel ainsi que des orientations stratégiques retenues dans le cadre de ce schéma. Les zones de contraintes à l’occupation du sol sont les zones où l’occupation du sol est soumise à des contraintes particulières pour des raisons de santé, de sécurité, de bien-être public.
Le schéma propose cinq grandes zones d’affectation du sol :

Les zones urbaines ;

Les zones d’activités économiques ;

Les zones agricoles ;

Les zones touristiques ;

Les zones de conservation.

Pour chacune de ces zones, une affectation dominante mais non exclusive a été définie. A partir de l’adoption du schéma, tous les outils d’aménagement et de développement qui seront élaborés (notamment les plans directeurs d’urbanisme, les plans d’urbanisme de détail, les schémas directeurs d’aménagement et d’urbanisme, les schémas d’aménagement et de développement des zones de terroir, les plans d’occupation et d’affectation des sols) dans la zone devront respecter les affectations définitifs

Cette partie présente les actions d’aménagement et de développement proposées pour atteindre les objectifs spécifiques fixés pour chaque orientation stratégique. Elle est organisée en cinq thématiques :

Thématique 1 : Environnement et risques

Thématique 2 : Urbanisation, habitat et cadre de vie

Thématique 3 : Transport, mobilité, infrastructures et équipements structurants

Thématique 4 : Promotion des activités économiques et formation

Thématique 5 : Gouvernance territoriale

MISSIONS DU PÔLE-TERRITOIRE.

Article 8: Le pôle-territoire a pour mission la conception, la programmation et la mise en œuvre des projets de territoires communs aux collectivités territoriales.
Il est donc un cadre de mutualisation tendant à :

  • faire d’une obligation légale un atout ;
  • répondre aux contraintes financières et faire des économies .
  • accompagner les évolutions institutionnelles des territoires
  • améliorer le niveau de service rendu aux populations
    Le pôle-territoire est le cadre de territorialisation des politiques publiques. A ce titre, il est chargé de :
  • l’articulation des politiques publiques nationales et locales ;
  • la planification spatiale et socio-économique du développement territorial avec l’élaboration de plans territoriaux, en association avec les collectivités territoriales;
  • l’appui à la planification, à l’harmonisation et à la mise en cohérence des initiatives de développement des collectivités territoriales ;
  • la mobilisation des acteurs territoriaux autour de la définition, de la mise en œuvre et du suivi-évaluation des projets de territoires ;
  • la promotion de l’attractivité et de la compétitivité territoriale afin de propulser une croissance et un dynamisme économiques porteurs de richesses ;
  • l’élaboration et l’exécution, par délégation des collectivités territoriales, de toutes actions de développement économique, social, culturel ou environnemental ressortissant à leurs compétences ;
  • le pilotage de la programmation des actions de développement dans les domaines structurants ;
  • la maîtrise d’ouvrage principale, la contractualisation et la signature de toutes les conventions en matière de développement avec l’État, les partenaires au développement ;
  • la délégation de la mise en œuvre des conventions pour la réalisation des investissements aux départements et aux communes, le cas échéant;
  • l’élaboration des programmes et plans territoriaux de renforcement des capacités ;
  • la promotion de la coopération décentralisée et de la coopération transfrontalière ;
  • la maitrise de l’information territoriale et le suivi évaluation du développement territorial.
    Il peut engager des actions complémentaires de celles de l’Etat et des collectivités territoriales dans les domaines et les conditions fixés par la loi.
    Le pôle-territoire peut passer des conventions avec l’Etat ou avec d’autres collectivités territoriales ou leurs groupements, pour mener avec eux des actions relevant de leur compétence, dans le strict respect de leurs attributions.
    Il peut proposer aux collectivités territoriales toutes mesures tendant à favoriser la coordination des investissements locaux et des actions de développement, sous réserve des dispositions de l’article 15 du présent code. Article 9 : Dans le respect de la Constitution et dans les conditions fixées par le Titre VI du présent code, le pôle-territoire peut passer des conventions avec des collectivités territoriales, des organismes publics ou privés nationaux ou internationaux. Article 10 : Lorsque le conseil d’administration du pôle-territoire délibère en dehors de ses réunions légales, le représentant de l’Etat prend toutes les mesures nécessaires pour l’invalidation des délibérations.
    Dans le cas où le conseil d’administration du pôle-territoire délibère sur un objet étranger à ses compétences, publie des proclamations et adresses, émet des vœux politiques menaçant l’intégrité territoriale et l’unité nationale ou se met en communication avec un ou plusieurs conseils locaux hors des cas prévus par la loi, les actes pris sont considérés comme inexistants.
    Dans les cas prévus à l’alinéa 2 ci-dessus, le représentant de l’Etat prend un arrêté motivé qu’il transmet au Procureur de la République du ressort pour l’application de la loi pénale.
    En cas de condamnation, les membres de la réunion sont déclarés, par la décision, exclus du conseil du pôle-territoire et sont inéligibles pendant les trois années suivant le prononcé de ladite décision.
  • Honorable Samba Ndong, Président de la commission de développement des pôles-territoires , Responsable politique APR Biscuiterie et Coordonnateur National de la cojecar
Laisser un commentaire