Ads 1

🔮VIDÉO– »LA PETITE FILLE DE L’OMBRE », LE NOUVEAU RÉCIT DE AMINATA SONKO DIOP QUI FAIT LE LIEN ENTRE SA CULTURE SÉNÉGALAISE ET SON HISTOIRE AVEC L’OCCIDENT

0 986

Née en France et actuellement avocate au barreau de Lyon, Aminata Sonko Diop travaille également pour différentes organisations internationales en Europe et dans le monde.

En sĂ©jour dans le pays de ses ancĂȘtres avec qui elles nouent une relation particuliĂšre, elle nous dĂ©voile les contours de son dernier ouvrage « La petite fille de l’ombre ». Un livre qui fait le lien entre la culture sĂ©nĂ©galaise et son histoire, qui Ă©voque la difficultĂ© de lier la culture française Ă  la culture sĂ©nĂ©galaise mais qui nous plonge Ă©galement dans un retour intense aux sources.

Nous dĂ©voilant le mystĂšre se cachant derriĂšre le titre de son nouvel ouvrage, elle dĂ©clare : « Pourquoi la fille de l’ombre? Cela me fait voyager sur la tombe de mon grand pĂšre, les pĂ©ripĂ©ties que j’ai traversĂ©s, les souvenirs d’enfance, les liens entre le passĂ©, le prĂ©sent et le futur ». D’oĂč elle a puisĂ© cette inspiration Aminata nous confie qu’elle avait beaucoup d’interrogations qui mĂȘlaient un peu de mysticisme Ă  cause des rĂȘves des fois cauchemardesques qu’elle faisait, des rĂȘves prĂ©monitoires qui lui manifestaient de transcrire ses visions en Ă©crits. Elle avoue avoir compris plutard qu’il fallait qu’elle se retrouve dans cette identitĂ© mĂ©tissĂ©e, africaine, sĂ©nĂ©galaise, europĂ©enne et qu’elle parvienne Ă  en faire ce lien, ce qui lui permettra de s’Ă©lever.

L’avocate estime qu’en s’Ă©levant elle peut devenir un modĂšle pour d’autres femmes noires. Elle explique qu’Ă  son Ă©poque durant les annĂ©es 1980, les modĂšles de rĂ©ussite de femmes noires ou de noirs tout simplement Ă©taient quasi inexistants en France.

Dans ce livre, Aminata Sonko nous dĂ©voile sans retenu son attachement aux valeurs ancestrales auxquelles elles est fortement liĂ©e. « Peu importe ou l’ĂȘtre humain peut se trouver, il y a une chose dont il ne pourra jamais cracher dessus, ce sont ses origines » a t-elle fait savoir, prĂ©cisant que les valeurs que nous ont transmises nos ancĂȘtres constituent un lĂšgue riche basĂ© sur des valeurs intrinsĂšques qui nous diffĂ©rencient de l’europĂ©en et qui constituent la base de notre identitĂ©.

L’attachement aux valeurs culturelles et « la bĂ©nĂ©diction des ancĂȘtres est trĂšs importante, plus que la religion » selon les propos de l’Ă©crivaine qui assure que ces valeurs ne la quittent jamais. C’est ce qu’elle a essayĂ© de transcrire Ă  travers cette Ɠuvre qu’elle dĂ©finit Ă©galement comme un hommage Ă  sa mĂšre et Ă  son identitĂ©. Un tome 2 du livre qui se dĂ©finira comme un hommage Ă  son pĂšre est dĂ©jĂ  prĂ©vu comme elle l’a annoncĂ© lors de cet entretien. Elle avoue que ses parents ont jouĂ© un grand rĂŽle dans sa vie et ses choix, lui transmettant cette culture du respect des ancĂȘtres, grĂące Ă  eux elle est devenue la personne qu’elle est aujourd’hui et elle en est fiĂšre mĂȘme si son wolof est en cours de perfectionnement.

Revenant sur les difficultĂ©s auxquelles elle a du faire face durant son parcours, elle estime que c’est difficile de se faire comprendre en Europe parce que les gens ne peuvent pas comprendre qu’on puisse avoir ce lien assez fort avec les ancĂȘtres et d’ĂȘtre autant imprĂ©gnĂ©e dans nos traditions surtout pour quelqu’un qui est nĂ©e en France. Pour conforter ses propos l’avocate au barreau de Lyon ajoute : « Pour savoir oĂč l’on va, il faut savoir d’oĂč l’on vient ».

Se ressourcer et conserver ces valeurs transmises par les ancĂȘtres reste essentiel pour la native de la France qui avoue avoir fait face Ă  beaucoup d’injustices et pour une avocate noire cela n’a point Ă©tĂ© facile dans certaines circonstances professionnelles.

N’Ă©tant pas dans la culture de la victimisation, Aminata Sonko Diop ne compte rien lĂącher comme elle l’a toujours fait au risque d’accusation d’outrage alors qu’elle ne fait que dĂ©fendre naturellement un client souvent stigmatisĂ© pour sa couleur de peau ou ses origines. « Se battre et ne rien lĂącher, c’est ce qui a permis de changer la donne et aujourd’hui on en voit beaucoup plus des femmes ou hommes noires dans les instances juridiques », a dĂ©clarĂ© Aminata Sonko Diouf. L’auteure ne cache pas toute son enthousiasme et sa fiertĂ© de pouvoir transmettre et partager son vĂ©cu et son expĂ©rience avec le public sĂ©nĂ©galais Ă  travers ce rĂ©cit qui prometsun tome 2 tout aussi intĂ©ressant.

Youssouf B H SANÉ

Laisser un commentaire