Ads 1

🔮VIDÉO–À DAKAR, LE DIGITAL AFRICAN TOUR CONCLUT SA 11e ÉDITION AVEC UN APPEL À L’ACTION POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE EN AFRIQUE

0 351

[Dakar, 28 novembre 2023] OrganisĂ©e conjointement par Cio Mag et le Conseil ExĂ©cutif des Transports Urbains de Dakar (CETUD), les 16 et 17 novembre Ă  Dakar, la 11e Ă©dition du Digital African Tour a rassemblĂ© de nombreux experts issus de divers horizons. Tous unanimement convaincus par l’impĂ©ratif de repenser la mobilitĂ© urbaine, les acteurs rĂ©unis ont renouvelĂ© leur engagement en faveur d’un Ă©cosystĂšme inclusif, vertueux et dĂ©carbonĂ©.

Pendant deux jours d’échanges intenses, Dakar a Ă©tĂ© le thĂ©Ăątre de dĂ©bats fructueux et de propositions innovantes qui ont placĂ©s la mobilitĂ© urbaine durable au cƓur du dĂ©veloppement socio-Ă©conomique de l’Afrique afin de façonner un avenir durable et prospĂšre pour les villes africaines.

Avec une population africaine atteignant prĂšs d’1,4 milliard d’habitants en 2023 et estimĂ©e Ă  2,5 milliards Ă  l’horizon 2050, le continent connaĂźt une croissance dĂ©mographique soutenue, qui s’accompagne conjointement d’une urbanisation considĂ©rĂ©e comme la plus rapide au monde.

Le nombre de villes en Afrique a doublĂ©, passant de 3 300 en 1990 Ă  plus de 7 600 aujourd’hui, transformant des villes comme Kinshasa ou Lagos en de vĂ©ritables mĂ©gapoles approchant ou dĂ©passant les 20 millions d’habitants.

De 27 millions d’habitants au milieu du XXe siĂšcle Ă  prĂšs de 600 millions actuellement, l’Afrique urbaine a connu un essor significatif. Aujourd’hui, un Africain sur deux vit en ville. Les prĂ©visions d’ONU-Habitat indiquent que plus d’1,5 milliard d’Africains devraient rĂ©sider dans les zones urbaines d’ici 2050. Ces projections prĂ©sentent lĂ©gitimement des opportunitĂ©s Ă©conomiques majeures, mais imposent dans le mĂȘme temps des rĂ©ponses stratĂ©giques notamment en termes de mobilitĂ© qui, pour ĂȘtre adaptĂ©es, se doivent d’ĂȘtre pensĂ©es durablement.

Mohamadou DIALLO, Fondateur du Digital African Tour et de Cio Mag, mĂ©dia panafricain spĂ©cialisĂ© dans les nouvelles technologies, souligne l’importance centrale de cette transition : “L’Afrique est au cƓur d’une transformation majeure et nous sommes aujourd’hui Ă  un tournant dĂ©cisif. La mobilitĂ© urbaine est une pierre angulaire de ce changement.”, a-t-il affirmĂ©.

“Le Digital African Tour 2023 vient ainsi illustrer notre engagement inĂ©branlable envers l’avenir de l’Afrique et plus prĂ©cisĂ©ment envers une mobilitĂ© urbaine durable, unique moteur d’une croissance souhaitable et soutenable.”, a-t-il poursuivi.

Remerciant Cio Mag pour la tenue de cet Ă©vĂ©nement dans la capitale sĂ©nĂ©galaise, le Dr. Thierno Birahim AW, Directeur gĂ©nĂ©ral du Conseil ExĂ©cutif des Transports Urbains Durables (CETUD), a soulignĂ© que “Avec le PSE et conformĂ©ment Ă  ses engagements internationaux pour la rĂ©duction des Ă©missions de gaz Ă  effet de serre, le SĂ©nĂ©gal mĂšne des efforts importants pour une mobilitĂ© verte, inclusive, intelligente et rĂ©siliente aux changements climatiques. Dakar incarne particuliĂšrement les enjeux d’une ville en pleine expansion et confrontĂ©e aux nombreux dĂ©fis que posent son dĂ©veloppement.”

Le co-organisateur de l’évĂ©nement a ensuite affirmĂ© : “En 1970, Dakar comptait 400 000 habitants, aujourd’hui, notre capitale compte 4 millions de Dakarois et devrait atteindre 7 millions en 2040. La motorisation va doubler Ă  cet horizon alors que le rĂ©seau routier atteint dĂ©jĂ  ses limites de capacitĂ©. C’est pourquoi, nous devons dĂšs maintenant jeter les bases solides d’une transition vers la mobilitĂ© collective et respectueuse de l’environnement, en mobilisant tout le potentiel que nous offre le numĂ©rique, pour rĂ©duire le coĂ»t Ă©levĂ© des externalitĂ©s nĂ©gatives liĂ©es aux transports routiers.”

Le choix de la capitale sĂ©nĂ©galaise pour la tenue de cet Ă©vĂ©nement n’est donc pas anodin. Outre sa position stratĂ©gique en Afrique, Dakar compte Ă©galement des rĂ©alisations notables en faveur d’une meilleure mobilitĂ© durable, avec des exemples significatifs que sont le TER et le BRT (Bus Rapid Transit). Lors de la deuxiĂšme journĂ©e de l’évĂ©nement, les participants ont ainsi eu l’opportunitĂ© de visiter la station pilote du BRT. PrĂ©vu pour ĂȘtre opĂ©rationnel dĂ©but 2024, ce systĂšme comprendra une voie rĂ©servĂ©e de 18 km et 23 stations le long du corridor. Son objectif consiste Ă  rĂ©soudre les problĂšmes de congestion routiĂšre tout en rĂ©pondant au besoin de dĂ©carbonisation, grĂące Ă  l’utilisation de bus Ă©lectriques, de stations solaires entiĂšrement autonomes et d’un systĂšme d’usagers entiĂšrement digitalisĂ©.

S’exprimant lors de la table-ronde intitulĂ©e “À l’heure de l’urgence climatique, quelle transition pour une mobilitĂ© urbaine durable ?”, Adnane BEN HALIMA, Vice-PrĂ©sident en charge des relations publiques de Huawei Northern Africa, a ainsi affirmĂ© : “Transversale, la mobilitĂ© recouvre des enjeux sociaux, Ă©conomiques et environnementaux intimement liĂ©s et nous sommes convaincus que le numĂ©rique doit jouer un rĂŽle central en tant que facteur de crĂ©ation de richesses. L’usage des nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle permettra d’analyser des donnĂ©es complexes et ainsi de prendre des dĂ©cisions adaptĂ©es. Cependant, le monde numĂ©rique ne pourra pleinement exister sans le dĂ©ploiement d’infrastructures numĂ©riques durables et de qualitĂ©.”

Un constat que partage Ă©galement le fondateur du Digital African Tour, pour qui le numĂ©rique “apporte des solutions considĂ©rables dans divers secteurs tels que l’éducation, la santĂ©, mais aussi en matiĂšre de mobilitĂ©, pour amĂ©liorer les dĂ©placements et optimiser les systĂšmes.”

Tandis que la digitalisation promet d’amĂ©liorer la mobilitĂ©, la question des financements est tout aussi cruciale. Comme le soulignait Ă  juste titre Amadou Hott, EnvoyĂ© spĂ©cial pour l’Alliance pour l’Infrastructure verte en Afrique Ă  la Banque africaine de dĂ©veloppement (BAD), il est essentiel “d’encourager l’investissement privĂ© dans le domaine du transport, notamment durable, un secteur souffrant d’un dĂ©ficit financier de plus de 100 milliards de dollars. L’établissement de cadres rĂ©glementaires favorisant la naissance de partenariats publics-privĂ©s est donc une nĂ©cessitĂ© pour rĂ©pondre Ă  ce besoin critique.”

L’innovation joue Ă©galement un rĂŽle crucial dans le secteur de la MobiliTech et doit ĂȘtre activement soutenue et encouragĂ©e. À cette fin, lors du Digital African Tour, quatre start-ups ont eu l’opportunitĂ© de prĂ©senter leurs solutions novatrices : TukkiJamm, une plateforme de covoiturage pour rĂ©soudre les problĂ©matiques de transport au SĂ©nĂ©gal ; YAWA Impact Solutions, qui propose une solution de Mobility As A Service (MaaS) ; Proxy Emobility, dont l’objectif est de faciliter l’accĂšs Ă  des vĂ©hicules Ă©lectriques plus abordable ; et Yeebus, une application prĂ©sentĂ©e comme le « Yango des transports en commun » permettant une visualisation des bus, arrĂȘts et routes en temps rĂ©el.

Pour clore l’évĂ©nement, des recommandations ont Ă©tĂ© formulĂ©es sur 12 thĂ©matiques, visant Ă  structurer une mobilitĂ© urbaine Ă  la fois inclusive et durable. Ces recommandations se dĂ©clinent sur les diffĂ©rentes dimensions nĂ©cessaires pour imaginer des solutions innovantes Ă  mĂȘme de rĂ©pondre aux dĂ©fis de l’urbanisation du continent. Abordant des domaines tels que la planification, l’innovation, les investissements et le financement, la digitalisation, la gouvernance, les modes de transport, les villes et la mobilitĂ©, le cadre rĂ©glementaire, les mĂ©thodes de travail, la formation, l’inclusion, ces recommandations se concluent sur la nĂ©cessitĂ© de formaliser concrĂštement l’Ă©cosystĂšme des acteurs de la mobilitĂ©s urbain en Afrique. Pour adresser cette thĂ©matique, il a Ă©tĂ© annoncĂ© le lancement d’un think tank dĂ©diĂ© Ă  la mobilitĂ© durable.
Plateforme de rĂ©flexions et d’échanges sur les enjeux liĂ©s Ă  la mobilitĂ© durable, cette initiative, qui rĂ©unit l’ensemble de l’écosystĂšme des acteurs MobiliTech aux grands dĂ©cideurs, en passant par les acteurs du transport privĂ©s ou publics ainsi que les rĂ©gulateurs, a pour objectif de permettre la mise en place d’une approche holistique pour rĂ©pondre aux dĂ©fis de maniĂšre globale parce que la mobilitĂ© est l’affaire de tous.

Pour Mohamadou DIALLO, “La coopĂ©ration est essentielle pour progresser ensemble et stimuler l’innovation afin d’impulser des avancĂ©es majeures dans le secteur de la mobilitĂ©. »

Pour Thierno Birahim AW, “Nous sommes convaincus que cela reposera sur la collaboration et l’innovation. La crĂ©ation de ce think tank nous permettra de partager nos rĂ©alisations et expĂ©riences, d’explorer des idĂ©es novatrices et d’apprendre des meilleures pratiques, qui amĂ©lioreront non seulement la mobilitĂ© Ă  Dakar, mais qui serviront Ă©galement de modĂšles pour d’autres villes africaines en quĂȘte de durabilitĂ©.”

L’ensemble des recommandations peut ĂȘtre consultĂ© sur le lien suivant : https://cio-mag.com/dat-dakarïżŸles-recommandations-pour-booster-la-mobilite-urbaine-durable-sur-le-continent/

Sur la vidĂ©o ci-dessous, nous proposons la rĂ©action de M. Adnane BEN HALIMA, Vice-PrĂ©sident en charge des relations publiques de Huawei Northern Africa, aprĂšs la cĂ©rĂ©monie d’ouverture

Laisser un commentaire