Ads 1

𝐋E DRAPEAU SERA MAINTENU JUSQU’EN 𝟐𝟎𝟐𝟒 (Par Lamine NIANG)

0 180

« 𝑆𝑖 𝑗𝑒 𝑡𝑜𝑚𝑏𝑒 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑒 𝑐ℎ𝑎𝑚𝑝 𝑑𝑒 𝑏𝑎𝑡𝑎𝑖𝑙𝑙𝑒, 𝑑’𝑎𝑢𝑡𝑟𝑒𝑠 𝑝𝑎𝑡𝑟𝑖𝑜𝑡𝑒𝑠 𝑝𝑜𝑟𝑡𝑒𝑟𝑜𝑛𝑡 𝑙𝑒 𝑑𝑟𝑎𝑝𝑒𝑎𝑢 𝑗𝑢𝑠𝑞𝑢’𝑒𝑛 2024.» 𝑃𝑎𝑝𝑒 𝐼𝑏𝑟𝑎ℎ𝑖𝑚𝑎 𝐹𝑎𝑙𝑙

Cher Ibrahima,

Cela fait maintenant 365 jours que tu es parti avec Moussa Camara et Ama Ndao dans ce tragique accident de la route. Loin des proches, des amis, des collègues et des frères du parti. Ton départ si soudain et profondément brutal nous a sevrés de ta belle énergie, ton dévouement à la tâche et ton courage devant les risques. Nous savons combien notre passage sur terre est éphémère et à quel point les signes de notre vulnérabilité si évidents. Notre cerveau est hélas programmé pour oublier l’heure fatidique, réfuter l’impensable et nous bercer d’un semblant d’éternité. Nous poursuivons naïvement cette route de la vie jusqu’à ce que ce grand MUR se dresse sur notre chemin et nous ramène à la réalité. Sa réalité. La vraie. De là-haut où tu dors du sommeil des justes, tu dois sûrement te poser des questions. Qu’est devenu le Sénégal? PASTEF est-il aussi exaltant et mobilisateur? PROS est-il toujours dans les cœurs? L’avenir du pays, du projet politique et de son porte-étendard te préoccupait quotidiennement, comme nous tous d’ailleurs.

Je regrette de t’apprendre que ce pays ploie toujours dans un immobilisme sidérant malgré les vaines tentatives de saupoudrer l’échec des dirigeants par des infrastructures que l’œil de la majorité des éclopés sociaux ne voit guère. Dans une totale irresponsabilité, l’État continue de s’enorgueillir de ses habituelles réalisations mégalomanes dont l’endettement incontrôlé de leur source sera supporté par des générations entières. Sache que nous avons l’impression d’être dans un navire déglingué tenu par un fou heureux, qui n’en a cure de la détresse de ses compatriotes. Les besoins primaires tels que trouver un emploi décent, manger convenablement à sa faim et circuler partout en sécurité sont relégués au second plan et demeurent le casse-tête journalier de la majorité des Sénégalais. Chacun cherche, du mieux qu’il peut, de s’échapper de cette condition sociale imposée. Entraînée dans une folie du paraître, chaque réussite individuelle, aussi minime soit-elle, est vantée comme une libération de la prison sénégalienne. Dans une totale impunité, d’incroyables scandales financiers estimés à plusieurs milliards défraient toujours la chronique dans la gestion étatique. Spoliations foncières. Marchés nébuleux. Détournement de fonds.

L’arrogance des parvenus au pouvoir n’a plus de limites. Le dernier remaniement ministériel a remis en selle des visages dont l’impertinence du discours n’a d’égal que la mauvaise foi intellectuelle et la vacuité d’une éthique personnelle. Le rappel documenté de la contradiction de leur posture d’antan et celle d’aujourd’hui n’y change rien. Rester dans les grâces d’un chef à la moralité au plancher vaut pour eux toutes les bassesses et tous les reniements. Avec la complicité d’une presse friande du sensationnel, des potins et des sujets divisifs, ils vadrouillent dans les médias pour théoriser un possible troisième mandat de leur chef. Les conséquences dramatiques déjà vécues au Sénégal et dans d’autres pays limitrophes découlant d’une telle folie décisionnelle ne semblent guère les ébranler. L’obsession de conservation du pouvoir, même dans l’illégalité, les aveugle et les pousse dans un piètre raisonnement que le bon sens décèle rapidement. Sentant la fin de leur règne, ils jouent leur va-tout au risque d’emporter des vies. Tu comprends pourquoi le cynisme des citoyens envers les politiques ne faiblit pas. Quand un homme ne peut plus être lié par sa parole et que les actes qu’il pose soient uniquement déterminés par l’opportunisme, l’ambition et les calculs du moment, il devient vil et insignifiant. Notre profond désir de reconnecter les hommes politiques avec des valeurs de fidélité, de reconnaissance et de désintéressement a encore du chemin à faire.

PASTEF poursuit son bonhomme de chemin et se renforce partout dans tous les coins du pays. Il est devenu incontestablement la première formation politique de l’opposition. Tu y as contribué à ta manière et c’est pour cette raison que nous devons une reconnaissance permanente à ceux qui ont cru avec ténacité, dès les premiers moments de son existence, que cet arbre de l’espoir pouvait un jour porter des fruits. C’est une véritable prouesse de massification du parti que les militants réalisent à la base, avec peu moyens. Je dois aussi t’apprendre que l’opposition réunie autour de Yewwi Askan Wi et sous le leadership du PROS a fait de remarquables gains électoraux aux dernières élections locales et législatives. Benno a significativement perdu du terrain et son électorat s’est fondu comme du beurre sous le soleil. Toutefois, le triomphe de l’opposition n’a pas été une promenade de santé. Je t’épargne les détails de cette nouvelle saga où l’objectif pernicieux de l’État a toujours été de garder le privilège de choisir ses compétiteurs. Par des arguties juridiques les unes plus fallacieuses que les autres, il a usé de tous les moyens possibles pour empêcher la tenue d’élections transparentes et inclusives. Cependant, il souffrira de voir de grandes villes du pays dirigées maintenant par des maires issus de l’opposition et surtout de partager enfin l’Assemblée nationale avec des députés de l’opposition. Un équilibre du pouvoir qui fait visiblement peur. Un camouflet qui fait mal et les rend, tels des animaux blessés, encore plus virulents et décidés à faire payer à une seule personne, Ousmane Sonko, la rançon de leur misérable médiocrité.

Te rappelles-tu, la veille de ton départ vers les cieux, ton fameux live Facebook sur la page de Jotna? Des nervis envoyés par Doudou Ka avaient encore tenté de s’attaquer violemment au cortège du PROS qui se rendait à l’aéroport de Ziguinchor. Je dois te dire que ces démoniaques tentatives d’intimidation n’ont pas encore connu une fin. Elles se renouvellent sous plusieurs formes, les unes plus insidieuses que les autres. C’est à croire qu’ils ne lâcheront jamais le morceau tant qu’Ousmane reste en vie. Tels de voraces carnassiers, leur haine pue à mille lieues, dès qu’ils ouvrent leur grande gueule. Ses plus irréductibles pourfendeurs, dont certains ont du sang dans les mains, sont récompensés et promus à des postes prestigieux pour continuer la lâche mission. Fort heureusement, les Sénégalais n’ont pas embarqué dans leur continuelle diabolisation et Sonko reste dans les cœurs. Je te le confirme. Chacune de ses sorties est un test grandeur nature de son niveau de popularité. Ça rend fou tout cela et je mesure le niveau de désolation de ceux qui veulent désespérément l’anéantir. Toutes les idioties du monde sont colportées à son endroit dans les médias pour le rendre détestable aux yeux de l’opinion publique. En vain. On assiste tous les jours au défilé des malotrus apéristes dans les médias, les uns plus insipides que les autres, pour entretenir la campagne de salissage et de dénigrement. L’affaire Adji Sarr, leur sujet de prédilection, dossier judiciaire aussi vide que puéril, est l’os décharné qu’ils continuent de ronger. À s’en casser les dents. Ils se font toujours drôlement ridiculiser à défaut d’être royalement ignorés.

Pendant ce temps, PROS, toujours d’aplomb, a repris le Nemeeku Tour et compte rencontrer les Sénégalais partout où ils se trouvent pour recueillir leurs préoccupations et partager avec eux sa vision d’un autre Sénégal. Celui de toutes les possibilités. Fallait que tu voies cette alchimie naturelle qui le connecte avec les Sénégalais même lorsqu’il désire ardemment que cela se passe dans la plus grande sobriété. Mbour a été la première étape de ces visites de proximité qui font déjà des émules. En plus de l’accueil chaleureux des populations, des responsables politiques locaux décident d’embarquer à bord et de rejoindre PASTEF. Des adhésions marquantes qui viennent grossir les rangs du parti.

Nous rêvons de ce GRAND SOIR de 2024. Beaucoup d’embûches seront dressées sur ce long chemin qui mène à la victoire finale, mais ta phrase prémonitoire, devenue virale, que j’ai partagée aux premières heures de ton accident, résonne toujours dans nos têtes et continuent de nous maintenir déterminés et debout : « Si je tombe sur le champ de bataille, d’autres patriotes porteront le drapeau jusqu’en 2024. » Un véritable cri de ralliement. Personne ne pourra freiner la dynamique de changement enclenchée depuis l’arrivée de PASTEF dans l’espace politique et qui correspond d’ailleurs à un besoin irrésistible des Africains de reprendre en fin leur destin en main. Devenir enfin Maitres chez nous. Le long processus d’éveil des consciences porté par les pères fondateurs semble arriver à maturation et c’est peut-être la phase la plus décisive et la plus fragile. Beaucoup d’intérêts sont menacés et les moyens les plus sanguinaires seront déployés pour éteindre cette flamme de l’espoir. La résistance populaire sera toutefois à la hauteur des attaques préméditées.

Je t’envoie les salutations de l’équipe de Jotna. Dieynaba souffre toujours de ton absence. Comme moi, depuis un an, elle n’a pu se départir de ta photo sur sa page Facebook. Sur WhatsApp, Mame Mbaye y garde précieusement ton image. Ton acolyte Abdoulaye est toujours aux commandes techniques. Je sais que tu lui manques beaucoup aussi. Sadikh et Diallo, virtuoses des reportages sur le terrain, ont accroché des centaines de milliers d’internautes sur nos plateformes de diffusion de la campagne électorale des dernières législatives. L’appel téléphonique de Birame Soulèye après les locales, plein de reconnaissance sur le travail que nous avons abattu, m’a replongé sur le chemin parcouru avec très peu de moyens pour asseoir notre crédibilité médiatique tout en gardant une ligne éditoriale politique assumée. D’autres profils tout aussi dévoués sont venus se joindre à l’équipe : Ibou, Jamil, Momo, Dème… J’aurais aimé que tu les connaisses comme les milliers d’autres jeunes qui ont adopté le PROJET, prêts à le défendre par tous les moyens possibles.

Sache que chaque coup de fil ou message reçu pour magnifier notre travail est aussi célébré à ton honneur.
Cher PIF, le texte commence à être long et nous devons nous préparer au triomphe d’une autre vérité ce jeudi 3 novembre. Je t’en donnerai des nouvelles.

Nous renouvelons nos prières pour que la miséricorde divine continue de se déverser sur toi, sur Ama et sur Moussa.

Reposez éternellement en paix !

Lamine Niang

Laisser un commentaire