Ads 1

TRANSPORT URBAIN : LE SÉNÉGAL OPTE POUR LES BUS ÉLECTRIQUES

0 6 105

Un Forum régional pour la «promotion des bus propres» en Afrique se tient depuis hier, lundi 17 mai 2021, à Dakar sous la tutelle du ministère des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement, à travers le Conseil Exécutif des Transports Urbains de Dakar (CETUD) en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et l’Union Africaine des Transports Publics (UATP).

Lors de cette rencontre qui s’achève aujourd’hui, mardi 18 mai, les deux entités qui représentent le Sénégal, ont fait savoir qu’à côté du Bus Rapid Transit (BRT) et du Train Express Régional (TER), le Sénégal opte pour une modernisation plus élargie du transport urbain pour lutter contre la congestion et la pollution, avec l’introduction des bus à vocation électrique. Avec les découvertes gazières et pétrolières, ce projet vise également, selon les acteurs, à faire une restructuration globale du réseau, celui de Dakar Dem Dikk (DDD) et de l’Association de Financement des professionnels du Transport Urbain (AFTU) et les préparer à  l’horizon 2030, à aller vers des bus propres au gaz et à l’électricité.

«Ces deux jours sont consacrés à préparer l’avenir. Pour dire comment, d’ici 2025, nous allons préparer notre transition énergétique et notamment en ce qui concerne le domaine des transports. C’est un enjeu extrêmement important pour les villes africaines. En 2040, ces villes vont doubler leur population pour atteindre plusieurs milliards. Prenons le cas de Dakar, en 2040, nous serons 7 millions. Le réseau de trafic routier est déjà saturé. 80% des transports motorisés se réalisent en transport collectif», renseigne Thierno Birahim AW, directeur général du CETUD.

PRODUCTION SUFFISANTE DE L’ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ, DES DÉFIS À RELEVER

Avant d’ajouter : «Le défi c’est quoi ? Comment préparer l’avenir avec des bus capacitaires, des trains capacitaires ? Comment infléchir la courbe croissante de l’automobile ? Parce que le véhicule n’aura pas beaucoup de place en ville ; et, pour cela, il faut qu’on y aille en transport propre, parce que leur impact est lourd sur la santé, l’environnement. Nous l’avons vu, c’est plus de 4 millions de déchets par an. Et l’Afrique qui a le plus faible parc automobile contribue lourdement, en terme de pollution, du fait de la vétusté de ce parc», souligne M. AW.

Pour la mise en œuvre du projet, des défis sont à relever. Il s’agit entre autres, de la production suffisante de l’électricité. En réponse à cette question, Bouaké MÉITÉ, président de l’Union Africaine des Transports Publics (UATP) dira : «Il faudrait, dans nos pays respectifs, que nous nous assurions d’une production suffisante de l’électricité pour mettre un tel projet en vigueur. Mais, il ne faut pas oublier que dans certains pays de l’Afrique de l’Ouest, certains sont producteurs de gaz. Il faut mettre à profit ces productions pour introduire des autobus à gaz et mettre moins de carbone», suggère-t-il. Avant de lancer un appel à tous les États de la sous-région à exploiter les potentialités des pays.

Le Forum de Dakar qui se tient du 17 au 18 mai 2021, en prélude à l’introduction des bus électriques dans les systèmes de transport particulièrement au Sénégal et au Nigéria, a vu la participation de nombreux pays de la sous-région et de l’Afrique en général notamment la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Kenya etc.

SUDONLINE

Laisser un commentaire