Ads 1

TRACASSERIES ROUTIÈRES DANS L’ESPACE UEMOA: « IL N’Y A AUCUN ÉTAT MEMBRE DE L’UEMOA QUI RESPECTE LA DIRECTIVE COMMUNAUTAIRE, SAUF… » SELON MBAYE CHIMÈRE NDIAYE, SUPERVISEUR DE L’OBSERVATOIRE DES PRATIQUES ANORMALES

0 102

mbaye chimere ndiaye2Il est le directeur de l’Observatoire économique de la Chambre de Commerce de Dakar. Mbaye Chimère NDIAYE, interpelle les états membres de l’Uemoa à redoubler d’efforts pour respecter la directive de l’Uemoa qui impose aux états la mise en place de seulement trois postes de contrôle. 

« En faisant de sorte qu’il n’y ait plus de paiement de faux frais, que le nombre de contrôles soit réduit au minimum et d’éviter un temps perdu durant les trajets dans les corridors inter-états, nous aurons fini de poser des actes visant à fortifier le trafic entre les pays de l’espace Uemoa et plus loin de l’espace Cedeao, et cela pour le bonheur des chauffeurs et autres passagers », a indiqué Mbaye Chimère NDIAYE, Superviseur de l’Observatoire des Pratiques Anormales (OPA), lors d’une visite dans ses bureaux sis à Dakar.

« L’OPA est un outil qui suit les corridors au niveau de l’espace Uemoa. C’est pour cela que nous avons élaboré trois indicateurs de suivi à savoir les faux frais, le nombre de forces de contrôle sur le long des axes routiers inter-états sur le long du corridor, et le temps perdu par rapport aux contrôles. Le projet couvre neuf corridors au niveau de l’espace et un rapport est publié tous les trimestres. Aux dernières publications, les tracasseries sont toujours notées et le premier rapport de l’année 2017 révèle, en ce qui concerne le corridor Dakar-Bamako via Diboly, qu’il y a une détérioration des indicateurs avec une hausse des faux frais tous les 100 km, une augmentation du nombre de contrôles et par ricochet, un long temps perdu. Cependant, il y a eu de bons résultats contrairement à ce qu’on soutient. Globalement, si l’on voit les autres corridors, les tracasseries sont récurrentes et perceptibles. Au niveau de l’axe Abidjan-Bamako, il y a au total 42 postes de contrôle (23 côté Ivoirien et 19 du côté Malien). Au niveau du Sénégal, il y a 41 postes de contrôle, 24 sur la partie sénégalaise et 17 du côté Malien, alors que la directive de l’Uemoa impose 3 postes de contrôle le long du corridor. Donc, il y a toujours ces entraves non tarifaires et des perceptions illicites qui sont très élevées, comme par exemple sur le corridor Abidjan-Bamako, où on est à 58750 F en termes de faux frais en moyenne et sur chaque voyage. Ce sont donc des faux frais qui sont perdus et qu’on pouvait éviter. Il peut arriver, hélas, qu’un chauffeur perde plus de 80.000 F sur un seul voyage, et je rappelle que ces statistiques sont calculées en moyenne. Là où on devrait avoir zéro faux frais, les chauffeurs se retrouvent déposséder de leur argent. Par rapport à notre méthodologie, on se base sur les camions en règle et cela se fait de deux manières : Physiquement, on regarde le gonflage des pneus, les triangles de sécurité, etc., et les pièces administratives, (déclarations, papiers en vigueur, Police, Douane, etc.,). Donc sauf infraction sur la route, normalement, il doit y avoir zéro faux frais. Nous travaillons avec les forces de sécurité et nous pouvons leur indiquer les points où il y a plus de tracasseries. Au début, on pouvait se retrouver avec d’énormes tracasseries et il y a eu des mesures coercitives qui ont été prises avec les corps de contrôle pour arriver aux résultats enregistrés en 2015-2016. Aujourd’hui, on est à 41 postes de contrôle, ce qui est anormal, malgré une directive communautaire qui impose aux états membres de l’Union de mettre trois postes de contrôle. Il n’y a aucun état membre de l’espace qui respecte cette directive, à l’exception du Togo qui a fait d’excellents en 2014, en termes de postes de contrôle. D’autre part, en termes de faux frais et de temps perdu, il doit encore faire des efforts, surtout en termes de gouvernance routière et d’insécurité routière. Malgré cela, il est en avance sur les autres pays de l’Union. Mais de manière générale, aujourd’hui où on parle de PSE, où le TEC est mis en application, nous devons poser des actes qui vont fortifier le trafic inter-états de l’espace. Nous nous réjouissons cependant de la volonté des états à appliquer intégralement les règlements, les protocoles et les directives des commissions de l’Uemoa ou de la Cedeao. Vous savez, on parle désormais d’économie du transport. Si ce secteur ne marche pas, s’il y a des entraves non tarifaires, ça bloque l’activité de l’économie. Parce qu’après la production, s’ensuit la distribution, sans quoi on ne pourrait parler de commercialisation. Aujourd’hui, nous avons quasiment, dans beaucoup de pays de l’espace, des déficits dans la balance de paiement, et donc, nous devons faire beaucoup plus d’efforts à commercer et à échanger entre nous, pays de la Cedeao, pour renverser cette tendance. Pour cela, nous avons besoin de bonnes infrastructures routières et d’un réseau multimodal et de la route et du chemin de fer et aussi d’un réseau maritime qui nous permettent de commercer rapidement sans entrave non tarifaire. Mais, si le transport ne marche pas, s’il y a beaucoup de fraude et de faux frais, s’il y a d’autres lourdeurs administratives sur les pièces, l’économie s’en trouve aussitôt freinée. Le PSE, en tant que programme ambitieux devrait veiller à ce qu’il y ait de bonnes infrastructures routières. La largeur du corridor Dakar-Bamako n’est pas conforme par rapport à nos ambitions, mais aussi, par rapport aux rentrées d’argent et à notre économie. Je rappelle que les Cimenteries et les hydrocarbures sont bien placées par rapport à nos exportations vers le Mali. En tout cas, beaucoup d’investissement sont attendus pour accroître le trafic », fait noter Mbaye Chimère NDIAYE.

Le directeur de l’Observatoire économique de la Chambre de Commerce de Dakar, est aussi revenu, au cours de cet entretien, sur la série de formations à l’endroit d’une cinquantaine d’entreprises nationales. « La Chambre de Commerce a décidé de mettre en pratique un projet qui a été élaboré lors de la mandature et qui consiste à encadrer, pendant un an, cinquante entreprises de veille et d’intelligence économique. A cet effet, nous avons lancé un appel à candidatures, et nous avons sélectionné 50 entreprises dont de très petites, des petites, et quasiment des moyennes. Sur le statut juridique, il y a des S.A, des S.A.R.L., des GIE et des entreprises individuelles. Elles vont bénéficier d’informations économiques et commerciales à temps réel et de manière permanente et une plateforme va être dans ce sens pour leur permettre de recevoir des informations. Surtout, elles vont bénéficier, tous les deux mois, des renforcements de capacité avec une formation sur l’intelligence économique, sur la veille, sur les techniques de participation aux foires et salons, sur l’éducation financière, mais aussi sur les techniques de passation des marchés publics, gestion administrative d’une entreprise publique (et/ou privée), bref des formations dispensées par des experts locaux ou internationaux en cas de besoin. Il y aura également des visites sur le terrain, et une entreprise bénéficiaire pourra saisir le comité de gestion et de suivi pour trouver des solutions à ses problèmes. Au-delà, de cet aspect, la Chambre de Commerce organise des rencontres économiques et commerciales pour leur permettre d’en bénéficier, tout comme un réseau sera mis en place pour leur permettre de travailler ensemble dans le cadre d’un knowledge-management et la mise en relation des entreprises pour des joint-ventures afin de gagner des marchés ensemble », annonce Mbaye Chimère NDIAYE.

Youssouf NDIONGUE

Laisser un commentaire