Ads 1

TOTAL PROMET D’ACCELERER DANS LES ENERGIES RENOUVELABLES

0 124

Les énergies renouvelables représenteront jusqu’à 15 % du portefeuille du du groupe pétrolier en 2030, a annoncé Patrick Pouyanné, directeur général du géant français de l’énergie.

Pour montrer que Total produit des efforts dans la production d’énergies renouvelables, alors que la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris (Cop21) démarre le 30 novembre prochain, le dirigeant du géant pétrolier soigne ses annonces : « Je pense que le renouvelable, à l’horizon de 15 ans, fera au moins 10 à 15% du portefeuille de Total », a déclaré Patrick Pouyanné lors d’une audition à l’Assemblée nationale, mercredi 8 juillet.

 

 

Solaire et valorisation de biomasse

Le dirigeant a également souligné que le solaire représentait aujourd’hui à lui seul 3% des capitaux de Total, soit 3 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros), notamment à travers la participation majoritaire (60% à fin 2014) que le groupe détient dans la société américaine Sunpower. Total est ainsi devenu le numéro 2 mondial dans le solaire.

Total qui rentre dans le top 10 des sociétés qui ont connu les plus importants plongeons en Bourse depuis 2014, notamment à cause de la chute des cours du pétrole, investit également dans la valorisation de la biomasse. Par ailleurs, à la mi-mars, le groupe avait annoncé cesser son activité de raffinage de pétrole brut à La Mède, près de Marseille, et d’investir 200 millions d’euros dans le site pour y créer la première bio-raffinerie française, afin de répondre à la demande croissante en biocarburants. Le groupe français compte aussi y construire une ferme photovoltaïque de 8 mégawatts.

Sortie des activités charbon

Preuve de la volonté de Total de se positionner en bon élève,  le groupe avait, avec cinq autres majors pétrolières européennes – Shell, Statoil, BP, Eni et BG -, signé un appel international pour que les États s’accordent, à défaut sur des quotas de CO2, pour donner enfin un prix au carbone. Patrick Pouyanné s’était notamment engagé à sortir des activités qu’il possède encore dans le charbon, au cours d’une conférence de presse, lundi 1er juin.

Total tente également de redorer son image ternie par quelques catastrophes écologiques ces dernières années. Le groupe avait notamment été condamné en 2012, jugé responsable de la catastrophe écologique de l’Erika survenue en 1999, mais également pour la pollution du fragile estuaire de la Loire, souillé en mars 2008 suite à une fuite de fuel de la raffinerie de Donges.

 latribune.fr

 

 

Laisser un commentaire