Ads 1

SONKO OU L’ÉMERGENCE D’UN LEADER POLITIQUE FACE AU CONTEXTE SOCIO-ÉCONOMIQUE ACTUEL AU SÉNÉGAL

0 382

La nouveauté autour du phénomène Ousmane Sonko interroge. Jusque-là, le militantisme au Sénégal se faisait par l’engouement non pas par un programme politique mais plutôt par des affinités autour d’un lobbying déterminé par des liens consanguins, familiaux ou amicaux.

En effet, l’avènement d’Ousmane Sonko apparaît comme une rupture avec une nouvelle approche programmatique aux antipodes des considérations opportunistes.
C’est dire que depuis les indépendances à nos jours, on note un statu-quo.

Le standing social des sénégalais n’a pas varié d’un iota, c’est à dire n’a pas évolué, voire régressé alors que le pays dispose de richesses énergétiques et minières doublé d’une façade maritime de 700km.

Alors Sonko débarque avec un groupe d’intellectuels dans un premier temps  dan le landerneau politique et ensuite une racaille juvénile qui s’est approprié un programme cristallisant ainsi toutes les attentions en maillant par la même occasion toutes les tranches d’âge pour l’expliquer à la population sénégalaise en général. Normal parce que c’est leur avenir qui est mis en jeu autour de sa vision pour le Sénégal et pour l’Afrique quand bien même le fait de fédérer les opinions doit être perçu comme un message d’émancipation citoyenne: nous sommes tous des sénégalais.
Du Nord, du Centre, du Sud, de l’Est et de l’Ouest. D’ailleurs Ousmane Sonko l’incarne de par son métissage biologique: toucouleur, sérère et diola. C’est à dire du nord, centre et sud.
D’autant que dans son programme, l’approche proposée au niveau institutionnelle, c’est de mettre entre autres décisions à la place du HCCT, du CESE et du Sénat par exemple, une Assemblée des autorités coutumières et religieuses où le répondant du Bour Sine, du Boundou, du Guidimakha, le Grand Sérigne de Dakar, le Roi d’Oussouye, les dames du Bois Sacré, des Imams et Oulémas du Sénégal etc, chacun représentera dans cette auguste institution les aspirations à la base, les maux de son terroir; le tout couplé dans une symbiose entre la culture et la religion faisant ainsi notre originalité qui diffère de la conception importée qui ne cadre pas avec nos réalités quotidiennes.

Sonko, dans le landerneau politique sénégalais, apparaît comme une innovation et la majorité des sénégalais se sont spontanément approprié son programme qu’elle considère comme la voie de salut, gage de développement réel du pays, voire du continent africain surtout, chez les plus jeunes.

C’est la raison pour laquelle, il faut comprendre qu’en aucun cas que la majorité de ces jeunes ne voudraient pas perdre cette opportunité, eux qui voient en lui (Sonko, ndlr) comme la seule voie de salut pour pallier ou renoncer au phénomène Barça ou Barsakh.

De plus, les jeunes dans leur écrasante majorité considèrent comme l’unique voie d’épanouissement social passe par cette soupape autour de sa vision et non de sa personne proprement dite.

C’est pourquoi, ils ne lésineront en aucun cas sur les moyens dont ils disposent ou disposeront pour ne pas perdre cette occasion. Car il apparaît comme un homme du sérail qui puisse permettre aux sénégalais d’en tirer un grand profit de leurs patrimoines minier et énergétique.

Alors, son approche programmatique dans la classe politique sénégalaise représente une bouée de sauvetage pour les aspirations d’un réel développement sur tous les plans du pays et du peuple, surtout ceux-là qui sont acquis à sa cause.

Aujourd’hui, Ousmane Sonko étant à la croisée des chemins, malgré les accusations ou les tribulations dont il a toujours fait l’objet depuis sa radiation de la Fonction publique à nos jours, ne fait qu’engranger un capital énorme de sympathie, d’admiration et d’attention particulières qui dépassent même les limites du territoire national. En atteste son « hégémonie » sympathique au niveau de la Diaspora sénégalaise qui lui vaut cette assise, cet ancrage et cette aura au niveau de la classe politique sénégalaise.

Alors 2024 constitue un enjeu majeur pour la libération d’un peuple longtemps berné par une classe politique qui s’est enrichie sur l’autel de la pauvreté, de la naïveté de celui-ci.

Donc Ousmane Sonko, certes n’apparaît pas comme un Messie ou un homme providentiel mais surtout comme la clé de solution aux maux des sénégalais qui ont longtemps souffert des agissements de nos politiciens depuis les indépendances à nos jours.

C’est pourquoi la mobilisation et la détermination des jeunes jamais connues auparavant autour du phénomène Sonko doit interpeller davantage les tenants du pouvoir actuel et même les autres candidats à la présidentielle de 2024.

Cet enjeu doit être compris et pris au sérieux sinon ce serait une perte de temps et d’énergie qui aboutira à une désillusion insurmontable.
D’autant que le fichier électoral a toujours été un sujet clivant dont Wade s’en est beaucoup plaint et sa stratégie a fini par payer en 2000 grâce aux primo-votants aboutissant à l’alternance.

Tout le contraire de la situation actuelle où c’est la croix et la bannière pour se faire établir une carte d’électeur pour le primo-votant afin d’accomplir son devoir citoyen qui, dans d’autres cieux est un acte citoyen obligatoire.

Donc 2024 devrait régler ce facteur rédhibitoire afin de préserver notre Sénégal des soubresauts pré ou post-électoraux. Pour le Sénégal de tous et pour tous.

Oumar Jean DIATTA (Correspondant à Ziguinchor).

Laisser un commentaire