Ads 1

Sommet mondial de l’eau : Vaincre la soif, sans soif de vaincre

0 296

Ce 21 Mars 2022 se joue à Dakar la 9iem édition du forum mondial de l’eau ; un mélodrame universel. L’ODD 6, a pour ambition d’abreuver et d’assainir la planète d’ici 2030. Mais, le constant est toujours amer : 2,2 milliards de personnes sans eau à leur domicile.

Au Sénégal, la question de l’eau se résume ainsi :

-Une eau de moins en moins potable : l’eau jaunâtre des robinets à Dakar est connue de tous. Sans être médecin, il est clair que ceci a des répercussions sur la santé gastrique des populations. Cela impacte in fine sur l’économie que le gouvernement cherche à faire émerger du gouffre qu’il continue de creuser. Le Projet Sectoriel Eau (1996-2003) et le Plan Sectoriel à Long Terme (2003-2007) avec des investissements de 516 milliards étaient censés régler la question.

-Avancée de la mer : pas besoin d’être expert pour savoir que dans quelques années « Guet Ndar » sera un vieux souvenir, la SOCOCIM un vestige dans l’océan et Kayar sérieusement menacé. A cette liste macabre, il faut ajouter la « pointe de Sangomar ». A vue d’œil on sait que le village de Djifer sera englouti bientôt. Après, l’océan fera face à une vallée et ravagera la commune de Palmarin. On peut objectivement estimer que dans quelques décennies l’océan sera à Samba-Dia (commune de Fimela).

-Absence de perspectives : le manque de vision qui a permis de laisser les populations habiter à « Wakhinane » ou « Khourou Naar » sans plan d’assainissement se poursuit avec la coupe des filaos à Guédiawaye. Malheur à celui qui ne tire pas les leçons de son histoire ! A cela il faut ajouter la disparition des lac rose et lac de guiers. Au même moment, 750 milliards sont mis (voir PDCI) juste pour jeter l’eau dans la mer et encore précipiter son avancée ailleurs ! Quelle hérésie !

-Une inéquité territoriale frustrante : à Dakar, les raccordements au réseau de le SDE coute des miettes alors que dans les zones rurales comme Fimela (Fatick) cela coute jusqu’à 150.000. Le projet Notto-Diosmone-Palmarin financé par l’état sénégalais (4,23 milliards CFA), le BADEA (4,4 milliards CFA), le FSD (4,95 milliards CFA) et la BID (5,63 milliards CFA) est confié par l’OFOR à un privé (SEOH) incapable de fournir de l’eau sans que cela n’émeuve le gouvernement.

Malgré ce tableau sombre, le Sénégal a de réels atouts hydrauliques (rapport de la direction de l’hydraulique, octobre 2015). Le seul problème est la gouvernance de tocard !

Dr Samba Faye
Cercle des cadre de la République des Valeurs

Laisser un commentaire