Ads 1

SÉNÉGAL- LA PERCÉE D’UNE VIOLENCE INQUIÈTANTE (Par Adama BÉYE)

0 788

Le Sénégal dans lequel nous vivons semble devenir de plus en plus violent. Aujourd’hui, l’insécurité est la chose la plus partagée au Sénégal, parce qu’elle est présente dans tout le pays. Elle est devenue générale pour avoir envahi tout le pays. Depuis quelque temps. Plusieurs formes de violences sont, en effet, notées dans le pays. Entre viols, agressions et meurtres, les sénégalais assistent à des moments sombres de leur histoire. Il ne se passe plus un seul jour sans que l’on ne note des actes de violence relatés par la presse.

Que cela soit dans le milieu politique, au sein des ménages, dans les stades, la circulation routière, dans les rues entre autres, la violence semble désormais être dans l’ADN des Sénégalais. Ce phénomène de la violence ne cesse de s’exacerber et d’inquiéter dans ce pays. Enfants, adolescents, hommes et femmes, personne n’est épargné par ce phénomène qui gangrène la société sénégalaise. La violence, qu’elle soit verbale ou physique, s’est installée dans notre quotidien. Chaque jour on assiste à des cas plus horribles en crescendo. Des hommes et des femmes sont victimes d’agressions, des enfants sont portés disparus puis retrouvés morts dans des conditions terribles, l’insécurité au Sénégal atteint son paroxysme.

À côté des meurtriers et des criminels qui sévissent dans notre environnement proche, il ne se passe une seule journée, sans que des drames familiaux surgissent dans les ménages surtout polygame et que l’affaire n’atterrisse en justice. Pour des histoires banales, des coépouses, des demi-frères ou demi-sœurs se donnent en spectacle et n’hésitent pas à blesser ou à tuer juste pour exprimer leur rage.

De même, la violence verbale et physique est maintenant banalisée chez les jeunes. Pour solder leur compte entre eux, ils font recours à une violence extrême allant jusqu’à ôter la vie de leur camarade.
L’insécurité est ainsi devenue ambiante au Sénégal et est en train d’embrasser le pays avec le risque de le placer dans une atmosphère d’insécurité totale.

Pour éviter d’en arriver là, il devient nécessaire voire impératif de fusionner toutes les énergies contre les forces du mal afin de restaurer pleinement la sécurité publique, car cet état d’insécurité n’augure, évidemment pas, les prémisses d’une paix sociale permanente à laquelle rêve et aspire tant le peuple sénégalais. C’est-à-dire une paix et une sécurité sociale globale qui permettraient au peuple sénégalais de pouvoir s’atteler tranquillement aux tâches urgentes de développement économique et social du pays.

La responsabilité de tout un chacun dans ce contexte est donc interpellée. Il est temps pour les parents de revoir l’éducation inculquée aux enfants et à l’État de renforcer la sécurité et d’alourdir les peines suite à ces meurtres atroces auxquels nous assistons. Certes, dans le domaine de la paix et de la sécurité, le gouvernement du Sénégal s’est engagé à veiller sur l’intégrité du territoire et des personnes, des biens et des services ainsi que sur la cohésion sociale, et d’assurer la promotion de la citoyenneté et des comportements civiques. Cependant, depuis quelques années, les cas de violences tels que les agressions, vols à mains armées, viols, cambriolages et meurtres se multiplient, notamment à Dakar et dérangent la quiétude des Sénégalais.

Il suffit de faire un tour dans certaines artères de la capitale sénégalaise pour constater qu’il est très facile de se procurer un couteau. Des commerçants exposent des couteaux en pleine rue et en plein jour.

Même si ces couteaux, à la base, ont un objectif bien utile, ils en sont très vite détournés par des malfaiteurs. Des agresseurs et personnes mal intentionnées en font leurs armes de prédilection faisant qu’au sein des familles, qu’ils causent de nombreux drames.

Certes, les armes blanches ne sont pas les seules qui sont utilisées par les malfaiteurs. Les plus coriaces utilisent parfois des armes à feu ou des gourdins pour commettre leurs forfaits. Il est donc vraiment temps que les autorités prennent à bras le corps cette problématique de la violence qui est devenue un cancer pour notre société. Si des mesures fermes et pérennes ne sont pas prises, la gangrène nous détruira de l’intérieur.

Adama Bèye, Président de la Nouvelle Génération Sénégalaise en Marche (NGSM)

Laisser un commentaire