Ads 1

RÉVÉLATIONS D’UNE DES FILLES MINEURES : « 4 GRANDS COACHAIENT LES MINEURS AUX MARISTES, UN DES GÉRANTS PARTICIPAIT AUX PARTOUZES »

0 245

Ce qu’on a présenté comme sextape entre mineurs, dans les réseaux sociaux, est un scandale abject impliquant des gérants de résidences mais aussi des personnes adultes. 12 suspects sont interrogés sous le régime de la garde a vue. Certains parmi eux sont visés pour pédopornographie, viol et détournement de mineurs.

 

Libération révèle que « l’affaire de la cité Mixta » qui défraie la chronique dans les réseaux sociaux, ne s’est pas passée dans ce quartier de Dakar. Et ce n’est pas qu’un simple jeu sexuel entre mineurs qui a fini sur la toile. Que s’est-il passé ?

Dans le cadre de la surveillance des réseaux sociaux, la brigade de protection des mineurs et la brigade des mœurs ont mis en place une équipe de surveillance d’un autre genre: « la patrouille internet ».Cette patrouille est composée de plusieurs agents qui, sous de fausses identités, possèdent des comptes sur Facebook, Instagram, Snap…..Sa mission: rechercher de possibles délits ou outrages dans les réseaux sociaux.

Ainsi, les « patrouilles » du web sont tombées sur deux vidéos mettent en scène des jeunes qui se livraient à une orgie. Le diffuseur des vidéos sera intercepté mercredi au petit matin. Les choses se sont accélérées hier: entre 6h et 7h du matin, les équipes civiles du commissariat central de Dakar ont procédé à des interpellations des acteurs et actrices dans des vidéos qui logent principalement à Sacré Cœur, Liberté 5 et les Maristes.

Dans la foulée, le gérant de la résidence Zeina, située sur la route des Maristes, tombe. Il sera, rejoint en garde en vue par le gérant d’un appartement meublé situé à la cité Keur Gorgui. Selon les informations, les vidéos en cause ont été tournées dans ces lieux la veille et le jour de la Korité. Mieux, il s’agit de deux groupes même si certains ont participé aux deux scènes. L’un d’eux a révélé aux enquêteurs qu’il s’agissait de « partouzes géantes » lors desquelles tout le monde était consentant. Le problème est que le consentement n’est ni reconnu aux mineurs et la plus jeune des actrices a…. 14 ans. Pire, quatre majeurs âgés entre 19 ans et 21ans, ont participé aux ébats. Ils sont d’ailleurs visés pour pédopornographie, détournement de mineures et viol. Des sources autorisées renseignent encore que l’un des gérants de résidences n’hésitait pas à participer aux orgies.

Une affaire qui n’a pas encore révélé tous ses secrets et sur laquelle nous reviendrons avec plus de détails.

 

Laisser un commentaire