Ads 1

VIDÉO – RENTRER AVANT 21 HEURES : LES DAKAROIS RACONTENT LEUR CALVAIRE

0 14 117

Les populations de Dakar sont en train de payer cher l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu instauré récemment par le président Macky Sall pour endiguer la pandémie de la Covid-19. En effet, avoir un bus de transport dans les heures de pointe relève d’un parcours du combattant. Cela s’ajoute à la présence de nombreux pickpockets. Entre couvre-feu et heures de pointe, les Dakarois vivent le martyre.

Gare routière de Petersen. Il est 18h 45mn. Un vent frais balaie l’espace. C’est la grande affluence devant les bus et les cars de transport public. De longues files en zigzag se forment. En cette période de couvre-feu où, à partir de 21 heures, il est formellement interdit de circuler dans la capitale, les passagers dont la plupart ne disposent pas de moyen de déplacement propre, sont gagnés par une forte obsession : rentrer à temps. En effet, les usagers, pour qui, le bus ou le «car rapide» constitue le seul moyen de déplacement après le travail, c’est un véritable casse-tête chinois que d’en trouver. L’arrivée d’un bus ou d’un car provoque une ruée dans une tentative de trouver une place. Des scènes qui se répètent toutes les cinq minutes. Les uns ont le sac en bandoulière ou porté sur l’une des épaules ou posé à même le sol. Sur le visage des autres, la fatigue est visible après une longue journée. Malgré tout, ils arrivent à se tenir debout. D’aucuns, épuisés, s’adossent par moments sur l’aile des bus ou des bancs en attendant le départ ou l’arrivée d’un véhicule.

Pour tous ces citoyens exaspérés, le président Macky SALL doit tout simplement mettre fin à ce couvre-feu ou revoir l’heure de début en la mettant au moins à 23h pour mettre à tout un chacun de rentrer tranquillement chez lui.

Suivez le reportage !

Laisser un commentaire