Ads 1

« RENDRE LES JEUNES AUTONOMES, C’EST LES AIDER À METTRE LEURS FORCES AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT » (Par Khassoum CISSÉ)

0 11 605

La jeunesse représente une force vive, elle est riche des aspirations propres à ce moment de l’existence. Mais aujourd’hui encore, des conditions de vie précaires (chômage, exclusion, pauvreté, particulièrement nuisibles aux jeunes défavorisés) gâchent ce potentiel et cette énergie.

L’actualité récente a amené aux premières pages des quotidiens et sur la table de nos politiques, des questions quant à la prise en charge des aspirations légitimes de la jeunesse : comment interpréter et répondre à la violence de certains jeunes, au besoin de sécurité émis par d’autres, à la volonté de la plupart de se rendre utiles dans une société qui les approche essentiellement en tant que consommateurs…

À chercher, dans de pareilles conditions, à se forger une identité et à donner un but à leur existence, les jeunes risquent en effet de basculer dans une profonde désillusion, dans la colère, voire dans la révolte et de renoncer pour toujours à s’engager pleinement dans la vie.

Aussi, leurs capacités doivent-elles être développées pour leur permettre de passer intégralement de l’enfance à l’état adulte et de devenir à la fois responsables et acteurs.

Les jeunes constituent incontestablement un groupe d’âge décisif, capable de raisonner et d’agir avec maturité. Leur participation ne peut être reléguée à un avenir incertain : c’est dès maintenant que l’état doit avoir besoin de leur concours. Il est nécessaire de dépasser l’idée selon laquelle les jeunes, un jour, « hériteront » de la Terre ; en réalité, ils ont dès aujourd’hui un rôle important à jouer dans l’édification du monde. C’est à juste titre qu’ils exigent d’être entendus et de pouvoir s’exprimer pour que soit reconnue la valeur de leur apport à la société.

Nous ne cautionne pas que les manifestants saccagent des édifices déjà acquis.
Les actions menées pour les jeunes devraient donc avoir pour objectif leur autonomisation afin d’assurer leur pleine participation à la vie sociale en tant que partenaires utiles et à part entière.

Rendre les jeunes autonomes, c’est les aider à mettre leurs forces au service du développement : il faut les convier autour d’une table, leur tenir un langage de vérité, répondre à leurs préoccupations et à leurs attentes, et les encourager à développer des compétences utiles et durables.

Cette approche se doit d’être holistique de façon à toucher l’ensemble de la jeunesse, ce groupe en constante évolution.
À cette fin, les agences et organisations financières ou d’accompagnement spécialisées dans la prise en.charge des besoins qui touchent à la jeunesse doivent relever quantité de défis.

Les mouvements de jeunesse n’ont certes pas toutes les réponses aux questions d’actualité, mais ils rappellent de manière récurrente leur contribution à une vie en société harmonieuse et leur rôle particulier dans l’épanouissement des jeunes.

Voyons dans cet article comment les mouvements de jeunesse, offrent un terrain d’expérience propice au développement harmonieux des jeunes ; tentons de d’écrire la place et l’importance de l’action des mouvements de jeunesse dans la société comme acteurs de développement.

Aidez nous à relancer nos activités. Nous sommes trop fatigués.

Khassoum Cissé

Laisser un commentaire