Ads 1

REGARD SUR LA SOURCE DE NOS MAUX EN AFRIQUE… (Par Yamoussa Aminata CAMARA)

0 106

Au Sénégal, nous conjuguons souvent nos maux au présent. Alors qu’ils ne sont que le résultat du passé de nos premiers dirigeants qui à mon avis ont sacrifié le pays de la téranga hormis quelques-uns qui malheureusement ont été emprisonnés ou tués pour avoir prôné la patrie avant le blanc.

 

Mamadou Dia, né le 18 juillet 1910 à Khombole au Sénégal, mort le 25 janvier 2009 à Dakar, homme politique sénégalais qui fut le Président du Conseil du Sénégal de 1957 à 1962 dont l’œuvre est méconnue fait partie de ces fils sacrifiés

Pourquoi il a été emprisonné ?

Un article datant du 03 Avril 2020 paru dans les colonnes de JeuneAfrique en donne le tempo : Mamadou Dia et Valdiodio Ndiaye, ces compagnons de l’indépendance sénégalaise sacrifiés par Senghor (Par Manon Laplace)

Manon poursuit en précisant qu’«aujourd’hui, peu de traces subsistent de ces premières revendications indépendantistes. Dans une forme d’amnésie collective, le Sénégal n’a retenu que la chute de Mamadou Dia et de ses ministres Valdiodio Ndiaye, Ibrahima Sarr, Joseph Mbaye et Alioune Tall.

« On les a décrit comme ceux qui avaient conjuré contre la sécurité de l’État, éludant complètement le rôle qu’ils ont joué dans l’indépendance sénégalaise. Pourtant, si la question de l’indépendance avait été uniquement entre les mains de Senghor, nous serions peut-être encore sous domination française », analyse Iba Der Thiam.

En décembre 1962, les cinq hommes sont arrêtés, accusés par le président Senghor de fomenter un coup d’État. En mai 1963, alors que le procureur général n’a requis aucune peine, Mamadou Dia est condamné à perpétuité, tandis que ses quatre ministres écopent de 20 ans d’emprisonnement. Ils seront graciés onze ans plus tard, avant d’être finalement amnistiés en 1976.

La mainmise sur les médias d’État du Parti socialiste, alors parti unique, et onze années d’incarcération à la maison d’arrêt de Kédougou auront suffi à les effacer partiellement de l’histoire contemporaine du Sénégal.

« Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront à glorifier le chasseur », renchérit Amina Ndiaye-Leclerc. Depuis des années, la fille de Valdiodio Ndiaye a entrepris un travail de réhabilitation de la mémoire de son père, à travers notamment la production de plusieurs films documentaires. Le prochain, en préparation, s’intitulera Valdiodio Ndiaye, Un procès pour l’histoire. Une manière de « réhabiliter les héros de l’indépendance », clame-t-elle.

On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps… A. Lincoln

Qu’ils sachent qu’ils ne peuvent plus nous tromper, la source de nos maux nous en sommes conscients et honte à nos indignes chefs d’avant l’indépendance qui ont trahi leur peuple

La source de nos maux, c’est aussi la complicité de nos anciens rois, à qui le blanc donnait des pacotilles en échange de nos valeureux fils et nos matières premières.

Certains chefs de nos jours sont le fruit de cette longue histoire dont rare sont ceux qui veulent rompre avec ce cordon ombilical qui ne vise qu’à nous asservir, ça suffit.

Au Mali, face à la crise qui y sévit actuellement, des voix s’élèvent pour dire non « Nous sommes un peuple debout, nous ne sommes pas un peuple soumis ou résigné. Je préfère mourir en martyr que de mourir en traître. Les jeunes gens qui ont perdu leur vie ne l’ont pas perdue pour rien », a ajouté le chef religieux de 66 ans, l’une des voix les plus influentes du Mali, l’imam Dicko et bête noire du président Ibrahim Boubacar Keïta

En côte d’Ivoire, une nouvelle page qui risque d’assombrir le pays s’ouvre avec la décision d’Alassane Ouattara de briguer un 3e mandat

Je vois que les leçons du passé sont tombées dans des mémoires formatées par la gourmandise du pouvoir, une des 7 péchés capitaux. Pour information, ce lundi 10 août 2020, quelques villes de Côte d’Ivoire observent des manifestations et autres mouvements de jeunes.

Des pneus brûlés, une forte présence de l’armée dans plusieurs endroits stratégiques des villes renseignent 7info.ci

En Guinée, un secret de polichinelle jalousement bien gardé car le président Alpha Condé a choisi de se donner du temps avant de répondre à cette question : sera-t-il candidat à la présidentielle ? Dieu seul sait….

Au Sénégal, le peuple prend son mal en patience dans l’attente du Chef de l’Etat Macky Sall de se prononcer clairement.

La source de nos maux continue, à quand sa fin ? Last but least, j’ai appris que nous sommes tous libres de nos actes mais nous sommes responsables de leurs conséquences. Un geste, un mot ou une mauvaise action génèrent toujours un impact plus ou moins perceptible, et même si nous n’y croyons, le temps est un juge très sage.

Même si la sentence ne tombe pas immédiatement, elle fait souvent justice et donne raison à celui qui le mérite.

Yamoussa Aminata CAMARA

Laisser un commentaire