Ads 1

REFONDATION DES INSTITUTIONS: MAMADOU LAMINE DIALLO DE TEKKI TAPE SUR LA TABLE

0 51

Le mouvement Tekki/ Emergence Citoyenne persiste et signe. Dans un communiqué en date d’hier, dimanche 22 août, il a tenu à rappeler, encore une fois, l’urgente nécessite de la refondation des institutions de la République préconisée par les Assises nationales. Partant en effet de la décision du Conseil Constitutionnel du 6 août 2015 ayant débouté les recours de 19 députés pour l’annulation de la loi portant modification du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, le député Mamadou Lamine Diallo et cie ont indiqué que cela prouvait à l’évidence qu’en l’état actuel, « toute chose et son contraire peuvent être conformes à la constitution ; puisque c’est selon ».

Pour autant, ont-ils indiqué, « cela montre l’urgence d’une réforme de la Constitution et de la refondation des institutions telles que préconisées par les Assises Nationales et la Cnri. Le Sénégal a besoin d’une Constitution démocratique, populaire et citoyenne et d’une Cour constitutionnelle ».

Dans la mouvance, le mouvement Tekki a renouvelé « la position de principe et de fidélité démocratique et républicaine du député Mamadou Lamine Diallo dans le vote de la proposition de loi qu’il a nommée « SS-D », le 29 juin 2015, notamment sa démission du groupe parlementaire Byy, dont l’objectif est de museler toute vie démocratique et citoyenne à l’Assemblée nationale ». Qui plus est, Tekki a vivement salué « la détermination des 19 députés qui ont formulé un recours devant le Conseil Constitutionnel jugé recevable contrairement aux dictées péremptoires des apprentis constitutionnalistes infiltrés dans Bennoo Bokk Yaakaar ».

Abordant la transhumance politique, Tekki a fait remarquer qu’ « il est pour le moins ridicule qu’au moment où Byy prétend lutter contre le nomadisme parlementaire avec la loi modifiant le règlement intérieur de l’Assemblée nationale, le Président Macky Sall et Byy avec, l’encouragent publiquement ». Se prononçant enfin les événements observés à l’Ucad, le mouvement dirigé par le député Mamadou Lamine Diallo a indiqué « que la crise de l’enseignement supérieur est complexe et multiforme et exige des efforts soutenus dans le respect bien compris des droits et des devoirs de tous les acteurs, étudiants, professeurs, personnel administratif, parents et autorités de la République ».

Dans la foulée, le mouvement a appelé « à l’apaisement et au dépassement » avant de demander la libération des étudiants. D’ailleurs, ont précisé député Mamadou Lamine Diallo et cie, « ces événements montrent l’impérieuse nécessité de la séparation préconisée par la Charte de gouvernance démocratique des Assises nationales des fonctions de président de la République et de chef de parti ».

{jcomments on}

Laisser un commentaire