Ads 1

POURQUOI NOTRE MANQUE DE SÉRÉNITÉ FACE AU CORONAVIRUS, UNE HONTE (Par Déthié DIOUF)

0 70

Déthié diouf contributionDepuis quelques jours, nous nous installons dans une psychose qui frise le drame et nous nous évertuons à nous donner de nouveaux comportements à chaque fois que nous sommes confrontés aux situations du genre.

En Novembre 2004, je me souviens, étant conseiller technique chargé des relations extérieures du regretté Ministre de la Santé Dr Issa Mbaye Samb, le choléra est apparu et s’est un peu propagé suivant les migrations des personnes infectées. Tout le monde a commencé à prendre des précautions d’hygiènes avec le lavage systématique des mains, l’importation et l’installation des produits et matériels hydro alcooliques pour se désinfecter les mains.

En août 2014, le cas d’Ebola importé a aussi engendré une réaction paranoïaque similaire à celle du lavage des mains au savon, d’usage de masques de protection et d’achats de produits et de matériels hydro alcooliques.

Ce mois de mars 2020, c’est au tour du Coronavirus de nous faire connaître les mêmes angoisses comme celles connues par le passé.

Pourquoi, pour ce qui devait être le comportement de tous les jours, une habitude banale, c’est à dire être toujours propre comme nous le recommandent nos religions, nos coutumes, devient exceptionnel ?

Nos précieuses mains sont surtout responsables de presque toutes les transmissions de maladies contagieuses. Nos mauvaises habitudes (cracher à l’air libre, éternuer sans protéger les autres dans notre environnement immédiat des germes qui accompagnent nos éternuements, jeter ou essuyer nos morves sur les chaises ou contre les murs) font légion et sont les vecteurs des maladies que nous propageons banalement et sans tenir compte du mal que nous disséminons autour de nous. Notre bonne conscience ne s’en trouve pas heurtée, le moins du monde.

Il est impérieux que nous cessions de tricher avec nous-mêmes, de privilégier l’insouciance face à des situations dangereuses pour la santé des autres et de nous-même. Chaque citoyen doit engager sa responsabilité individuelle dans ces contextes. Il faut que l’Etat, le gouvernement cesse de ne réagir que selon les circonstances. Il faut que, par l’éducation, les réflexes de propreté soient ancrés. Il faut que l’esprit du « Médecin après la mort » ou « des Sapeurs Pompiers », quand bien même nous avons beaucoup de respect pour ce corps, soit banni à jamais. C’est de la responsabilité des autorités, qu’elles soient politiques, syndicales ou religieuses d’être au front.

Cessons de nous faire peur en nous installant dans des situations catastrophiques et courir derrière après ce qui ne profite qu’aux opportunistes.

J’interpelle tout le monde, j’interpelle surtout le Président de la République, ça ne peut et ne doit plus continuer comme ça. Il faut agir, mieux anticiper, au lieu de réagir. En somme, soyons proactifs pour préserver nos enfants en leur réservant le meilleur pour l’avenir.

RESSUSCITONS NOS VALEURS QUI ONT FAIT DE CE SENEGAL UNE TERRE CONNUE ET RESPECTEE A TRAVERS LES AGES. METTONS DE COTE CES SENEGALAISERIES (heure sénégalaise, affaire de sénégalais (moussanté). Epargnons nous le stress et la psychose inutiles.

C’est un DEVOIR. Et à l’appel du devoir, le refus n’a pas sa place.

NA REFET TE SAKH DAKH BAFAW.

CITOYEN 23 DETHIE DIOUF

Laisser un commentaire