Ads 1

POURQUOI MANCHESTER UNITED-ARSENAL NE SÉDUIT PLUS

0 55

Rencontre phare de la Premier League dans les années 90 et 2000, le duel entre Manchester United et Arsenal ne génère plus autant de passion. À quoi est due cette baisse d’attra…
Dimanche, à 15 heures, Manchester United accueille Arsenal dans son fief d’Old Trafford. Cette rencontre est l’affiche de la 27e journée de Premier League. Est-elle plus que cela ? Il y a encore dix ans, on aurait répondu oui sans conteste. Mais aujourd’hui, il semble difficile de donner à ce rendez-vous entre les deux formations les plus titrées de l’ère Premiership une autre étiquette que celle de la grande bataille de dimanche. L’érosion du temps et aussi les ingrédients qui faisaient que ce choc avait une place à part dans l’esprit de tous les amateurs de ce championnat ont fait que c’est presque devenu un match comme les autres. Y compris chez les supporters des deux camps.

Pour mesurer à quel point l’opposition entre Red Devils et Gunners a perdu en popularité, il suffit simplement de se balader dans les rues de Londres ou de Manchester à quelques jours du match. Si jadis, le choc occupait toutes les discussions, même des semaines avant son déroulement, aujourd’hui il faudrait presque attendre le matin du match pour voir la température monter et les fans se chamailler entre eux ou débattre sur l’issue de l’empoignade. Un désintérêt qui, au fil des années, n’étonne presque plus personne. D’ailleurs, la confrontation qui arrive n’est même pas celle que les Anglais attendent le plus ce dimanche puisque la plupart des regards seront surtout braqués sur Wembley où se disputera la finale de la League Cup entre Manchester City et Liverpool.

Alors pourquoi, et en versant à peine dans l’exagération, Man United-Arsenal est passé peu à peu de la catégorie des spectacles les plus attendus de la saison à celle des matches auxquels on ne prête pas plus attention qu’aux autres face à face entre formations de première moitié de tableau ? Plusieurs facteurs expliquent en réalité cette mue, dont quelques-uns particulièrement tangibles et à côté desquels il aurait été très difficile de passer durant la dernière décennie.

La première raison pour laquelle MU-Arsenal n’est plus LE choc dont l’Angleterre raffole le plus c’est que les deux clubs ne jouent plus les premiers rôles dans le championnat. Ou alors pas au même moment. Lors des deux précédentes saisons, ni les Mancuniens, ni les Londoniens n’ont fini à l’une des deux premières places du classement et il faut remonter à l’exercice 2002/03 pour retrouver trace d’une campagne où ils ont justement fini au-dessus des 18 autres équipes de l’élite. Une anomalie lorsqu’on sait qu’entre 1995 et 2004, ces deux équipes se sont accaparées de toutes les couronnes nationales. Au vu de ce constat, il est presque logique de voir que le bras de fer qui les oppose n’est plus aussi captivant qu’avant.

Parce que Sir Alex Ferguson n’est plus là

Même s’il n’a jamais été un manager qui fait monter la tension lors des conférences de presse d’avant-match, il est certain que Sir Alex Ferguson, de par sa présence, ajoutait une connotation particulière à l’affrontement entre Man United et Arsenal.

L’Ecossais savait haranguer ses troupes et leur procurer un surplus de motivation pour qu’ils livrent la meilleure opposition possible et que le match soit électrique. Le souvenir de cet après-midi d’octobre 2004 où Arsenal chutait à Old Trafford après une invincibilité de plus d’un an reste encore dans toutes les mémoires. De plus, Ferguson entretenait une grande rivalité avec Arsène Wenger, même s’il n’y a pas eu vraiment de coups bas entre les deux hommes.

« Je serai toujours en compétition avec Arsène, mon rival pendant 17 ans, racontait Ferguson dans son autobiographie. Même si on a eu plusieurs différends au fil des années, je pense qu’il respecte la manière dont Manchester United est dirigé. Il me l’a dit en plusieurs occasions. Loin du football, Arsène est un bon client. Il est de bonne compagnie et possède un large éventail de sujets de conversation. On peut parler de vins et d’autres choses de la vie (…) Mais lorsqu’il s’agit de son équipe – du jour du match – c’est un animal complètement différent ».

Parce que les « aboyeurs » attendent toujours leurs successeurs

De l’avis de la plupart des observateurs, le duel entre Manchester United et Arsenal manque cruellement de piment aujourd’hui. La qualité du jeu et les buts peuvent être au rendez-vous, mais si la rencontre manque d’engagement, de gros duels et d’invectives, elle perd considérablement en saveur. Or, dans les années 90 et 2000, c’est exactement par ce genre de spécificités que cette affiche se démarquait.

Comment oublier l’accrochage verbal entre Patrick Vieira et Robbie Keane dans le tunnel de Highbury en 2003 alors que le match n’avait encore même pas commencé, la poignée de main très froide entre le milieu français et Gary Neville ou encore l’image de Ruud Van Nistelrooy qui se fait chahuter par la moitié de l’équipe d’Arsenal lors d’une rencontre de… Community Shield en tout début de saison ? Ce n’était pas des scènes à montrer aux enfants, mais ce fut quand même un régal et le meilleur des remèdes à l’ennui.

Parce que l’Emirates Stadium n’a pas le charme de Highbury

La nouvelle enceinte d’Arsenal a beau être plus grande et plus séduisante que l’ancienne, il est certain qu’elle ne produit pas encore la même magie. Et pas seulement parce que les Gunners n’y ont encore fêté aucun titre de champion. Highbury était certes vétuste et ne pouvait accueillir que 38000 personnes au maximum, mais il est certain qu’il intimidait plus les équipes visiteuses et que, par ricochet, les joueurs londoniens y puisaient une force spéciale.

Ce n’est pas Cesc Fabregas qui nous dira le contraire, lui qui en 2011 déclarait : « Je ne me suis jamais aussi bien senti que quand j’étais à Highbury, c’est la meilleure atmosphère au monde, le déménagement, ce n’était pas ma décision. C’était la décision du club. Highbury était si spécial, je ne connaîtrais jamais une ambiance pareille ». De quoi être encore plus nostalgique, d’autant plus que, contrairement aux autres points cités, celui-là ne pourra être restauré.

Source : Goal.com

Laisser un commentaire