Ads 1

POURQUOI HENRIETTE DIATTA A TUÉ SON PROFESSEUR , LE FILM DU DRAME, CE QUE RISQUE LA LYCÉENNE

0 48

Henriette DiattaDrame à Ngoyé, une localité située dans le département de Bambey. Poignardé, un enseignant a succombé au cours de son évacuation à l’hôpital Enrich Lubké de Diourbel. Une enquête a été ouverte, informe Sud fm dans son édition de ce lundi matin, 18 mars. Selon les derniers développements, l’enseignant, Henry Ndiaye a été tué par son élève. Selon le récit d’un des témoins, l’enseignant a reçu un coup de couteau à la jambe et a perdu beaucoup de sang.

« Il donnait des cours particuliers tous les week-end à Henriette Diatta, son élève. Henry Ndiaye a touché Henriette Diatta, qui n’a pas apprécié le geste et l’a sommé d’arrêter. Devant l’insistance de son professeur, elle saisit le couteau qui était à ses côtés et le lui plante à la jambe. »

Henry Ndiaye finit par succomber à ses blessures.

Henry Ndiaye, le professeur poignardé ce dimanche à Ngohé, localité située dans le département de Diourbel, est né en 1981 à Diourbel. Il servait à Fass Barigo. Hier, dans la mi-journée, il a eu une altercation avec la nommée Henriette Diatta, une lycéenne en classe de terminale aux cours privés Nelson Mandela, dans la commune de Diourbel.

D’après les informations recueillies auprès de sources dignes de foi, dont certaines sont proches de l’enquête, les faits ont eu lieu au domicile de la jeune fille où la maman de celle-ci tient un bar clandestin depuis plusieurs années.

Ce dimanche, peu après 14 heures, Henriette Diatta, qui ne vient chez ses parents que les weekends, subit les avances de Henry Ndiaye, qui était ivre. La jeune fille décide de l’ignorer. Mais le prof qui ne l’entend pas de cette oreille, vient se coller à la fille en faisant balader ses mains.

Ce geste déplacé finit par irriter la fille qui se rebelle, et menace de lui régler son compte s’il recommençait. Henry faisant fi des menaces d’Henriette, réitère son acte. Alors celle-ci se saisit d’un couteau de cuisine qu’elle lui plante en haut de la cuisse.

Dans un état d’ébriété très avancé, Henry titube avant de s’affaler par terre, le pantalon ensanglanté. Selon des témoins, l’on a voulu mettre l’affaire sous silence. C’est pourquoi la victime malgré l’importante quantité de sang qu’il perdait, n’a été transportée à l’hôpital régional Heinrich Lübke de Diourbel, que plusieurs heures après les faits. C’est là qu’il a finalement succombé à ses blessures.

Après l’annonce du décès de Henry Ndiaye, la brigade de gendarmerie de Ndoulo a procédé à l’arrestation d’Henriette Diatta qui a été aussitôt placée en garde à vue.

Au terme de l’enquête, elle sera présentée au procureur de la République pour son éventuel placement sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt et de correction de Diourbel.

 

Laisser un commentaire