Ads 1

POUR UN KOUMPENTOUM MEILLEUR! (Par Dr. Ibnou Taimiya SYLLA)

0 292

Après de multiples reports en violation du calendrier républicain, le décret présidentiel fixant la date des prochaines élections locales, communales et départementales, pour le 22 janvier 2022 vient d’être signé. À l’image de plusieurs collectivités locales du Sénégal, ces élections s’annoncent existentielles pour la commune et le département de Koumpentoum. En effet, sept années après les dernières élections municipales, les multiples défis auxquels faisaient face Koumpentoum restent inchangés.

• La difficulté des populations du Niani à accéder à l’eau potable : l’accès à ce liquide vital pour la vie des populations est devenu un vrai calvaire, en témoigne les manifestations récurrentes durant lesquelles elles expriment leur ras le bol vis-à-vis de cette situation. Malgré les 2 forages de la commune, il arrive parfois que plusieurs quartiers soient privés du liquide précieux pendant des jours, voir des semaines. Avec un taux d’accès de moins de 30% qui est bien en deçà du niveau de la moyenne nationale (72%), le leadership local a fait preuve d’un manque d’anticipation des besoins croissants en eau, dus à une forte augmentation de populations. La gouvernance locale n’a pas su mettre en place une stratégie cohérente afin de prendre des actions qui devraient lui permettre de trouver une solution structurante à ce problème.

• Eclairage public et insécurité : l’Adjudant Major Tamsir SANÉ, Commandant de la Brigade Territoriale de Gendarmerie de Koumpentoum, a été lâchement assassiné par des malfaiteurs dans la nuit du jeudi 25 au vendredi 26 juillet 2019, lors d’une intervention de sa brigade pour repousser les assaillants du bureau de La Poste de la localité. Ce crime odieux parmi tant d’autres est l’illustration parfaite de l’insécurité constante dans laquelle vivent les populations de Koumpentoum. Cette localité fait partie des communes qui n’ont pas su profiter des multiples programmes d’électrification rurales lancés par le gouvernement central, avec le concours des partenaires au développement. Elle présente aujourd’hui un des taux d’éclairage public les plus faibles du Sénégal. Cette situation s’explique en grande partie par l’inaction de l’équipe municipales sortantes et son incapacité à mettre en place les mesures palliatives adéquates.

• Désertification et Changement climatique : aujourd’hui Koumpentoum peut être compté parmi les collectivités qui ont le plus souffert de l’impact de la déforestation et du changement climatique. L’impact de ce phénomène se ressent sur divers aspects de la vie. Il n’est
nullement exagéré de dire que la qualité de vie des citoyens de la localité s’est dégradée face à ces phénomènes. Il est du ressort de l’équipe municipal de faire une lecture de cette situation afin de mettre en place des actions concrètes visant à atténuer la densification et les dégâts collatéraux qui en découlent. Malheureusement cela n’a pas été le cas car aucune vision stratégique n’a été mise en œuvre ; en ce sens les sept dernières années n’ont livré aucun résultat appréciable.

• Marasme économique et chômage endémiques des jeunes : le marasme économique et le chômage des jeunes dans la commune est la conséquence immédiate des trois premiers points
soulevés précédemment. L’équipe sortante n’a su dégager aucune perspective ayant pour objectif de créer un dynamisme économique locale dont la finalité est de créer des emplois locaux à travers l’entreprenariat local. Koumpentoum représente une ville possédant un vaste
potentiel économique aux vues de sa position géographique stratégique. En ignorant de convertir la jeunesse sans qualification en une main-d’œuvre formée et mettre en place un mécanisme de financement des projets des jeunes et des femmes, l’équipe municipale a fortement contribué à la paupérisation des populations de la localité.

Koumpentoum a besoin d’actions cohérentes et des résultats palpables à tous les niveaux. Il est en quête d’acteurs imprégnés de valeurs fortes à mettre en pratique par conviction. Le temps du
bricolage et autres tactiques sinueuses est révolu. Les Koumpentoumois ont besoin de clarté dans les projets et d’une efficacité par la prévision et l’action. Ils veulent la sécurité, l’emploi pour les jeunes, l’accès aux soins médicaux, à l’eau potable et à l’électricité, ainsi que la scolarisation de leurs enfants. Ils attendent de nous, leaders politiques, moins de discours, plus d’actions concrètes et une amélioration de leur vécu quotidien.

Étant autrefois un village, Koumpentoum est aujourd’hui une agglomération qui continue de jouir d’une croissance démographique assez soutenue. Sa gestion requiert un changement de paradigme basé sur une vision bien structurée et accompagné d’une capacité d’exécution rigoureuse. C’est dans cette optique, qu’après avoir réfléchi longuement, j’ai décidé de me présenter devant les électeurs de la ville de Koumpentoum pour briguer la mairie. Mon parcours d’ingénieur et ma grande expérience de gestion de projets complexes et de « Team Building », acquises auprès de grandes multinationales du monde, me confortent dans mon aptitude à pouvoir piloter la
renaissance, le développement socio-économique, culturel et environnemental de la capitale du Niani.

Nous sommes conscients de la complexité de la tâche, et surtout de la forte résistance que nous allons rencontrer de la part des forces hostiles au changement, qui tiennent à perpétuer les vieilles pratiques nébuleuses. Cependant, avec le support des citoyens de cette ville, conscient de l’urgence du changement, nous sommes prêts à procéder à un changement en profondeur au grand bénéfice du Niani.


Dr. Ibnou Taimiya Sylla Président de Diisoo – Mouvement pour l’Espoir et le Développement (Diisoo-MED)

Laisser un commentaire