Ads 1

PLANIFICATION DURABLE DE LA MOBILITE URBAINE : POUR DES TRANSPORTS DURABLES DANS DES CONTEXTES DE FAIBLES DENSITES

0 80

PLANIFICATION DURABLE DE LA MOBILITE URBAINELa population urbaine en Afrique qui s’élève actuellement à 472 millions d’habitants, soit un taux d’urbanisation de 40%, va doubler dans les vingt-cinq prochaines années, pour atteindre 1 milliard d’habitants en 2040. « Ce rythme de croissance soutenu, qui atteint dans les plus grandes villes 4% annuellement, impose à nos Etats des actions énergiques pour la maîtrise de la croissance urbaine », a déclaré ce mardi, le Ministre des Infrastructures, des Transports et du Désenclavement. C’était dans le cadre de l’atelier portant sur l’impératif de planifier de manière durable la mobilité urbaine.

 

Le diagnostic est clairement établi. Les villes africaines ne profitent pas pleinement des avantages attendus des économies d’échelle et des effets d’agglomération du fait de déficits importants relevés dans la mise en cohérence des politiques d’occupation des sols et des transports. Les externalités négatives qui en découlent (congestion automobile, pollution environnementale, insécurité routière,…) ont des coûts souvent prohibitifs, grevant la compétitivité des entreprises et constituant un effort considérable dans le budget des ménages. Pour le cas de Dakar qui concentre 50% de la population urbaine du pays, ces externalités négatives étaient estimées en 1998 à 100 milliards de FCFA annuellement.

Par ailleurs, les dépenses liées aux transports constituent, d’après l’Enquête Ménage et Déplacement de 2015, 11% du budget des ménages. A travers la mise en œuvre du PSE, les politiques publiques s’attachent désormais à promouvoir une dynamique urbaine et une organisation des transports à la hauteur des ambitions d’efficacité et de productivité attendues des villes. A Dakar en particulier, c’est tout le sens des projets structurants de Train Express Régional et de Bus Rapid Transit (BRT).

Selon Thierno Birahim Ndao, Dg du CETUD, « un ambitieux programme d’infrastructures routières est aussi en cours de déploiement pour assurer un aménagement du territoire équilibré et permettre une meilleure contribution des transports à la croissance économique».

Pour Abdoulaye Daouda Diallo, « notre stratégie consiste à achever d’une part, les réformes nécessaires à la maîtrise des marchés fonciers pour un aménagement durable des territoires, et d’autre part, de développer les infrastructures et services de transport qui contribueront de manière certaine à faire de nos villes des moteurs de croissance économique plus efficaces. Il me plait de préciser que cette stratégie en cours de mise en œuvre rencontre les missions confiées au Conseil Exécutif des Transports de Dakar (CETUD), une des premières autorités organisatrices des transports urbains en Afrique qui fête cette année ses 20 ans ».

Youssouf NDIONGUE

Laisser un commentaire