Ads 1

PASSATION DOUTEUSE DE MARCHÉ ENTRE LA COMMUNE DES HLM ET L’ETS DAME KA : LE CONSEIL MUNICIPAL USE DE TECHNIQUES ET BLANCHIT LE MAIRE ABABACAR SECK

0 61

HLMDes membres du Conseil Municipal de la Commune des HLM, réunis en collectif, ont fait paraitre un mémorandum dans lequel sont évoqués les travaux de pavage sur l’avenue Cheikh Ahmadou Bamba. C’est ainsi qu’ils se sont sentis dans l’obligation d’éclairer la lanterne de l’opinion publique.

Le 07 Aout 2017, le conseil municipal de la commune a été convoqué en session ordinaire. Dans l’ordre du jour, figurait en 2eme position, l’examen et l’adoption de la délibération portant autorisation de signer une convention entre la Commune des HLM et les Ets Dame KA. Le 21 Aout 2017, un collectif des élus de la commune a adressé, au sous-préfet de l’arrondissement du Grand Dakar, une demande d’annulation de la même délibération qui avait été adoptée en conseil municipal le 10 Aout 2017 lors du vote et relative à l’autorisation donnée au maire de signer une convention entre la Commune des HLM et les Ets Dame KA. Une réponse fut ensuite donnée par le sous préfet de l’arrondissement du Grand Dakar, par courrier n0 1022/AGDK/SP du 05 octobre 2017, de ne pouvoir donner une suite favorable à leur requête. Car, deux cas de figure seulement peuvent valablement amener le représentant de l’état à annuler une délibération d’un conseil municipal : c’est lorsque le conseil municipal délibère en dehors de ses réunions légales, et dans le cas où le conseil municipal délibère sur un objet étranger à ses compétences.

La convention proprement dite passée entre la commune des HLM et les Ets Dame KA porte sur la fourniture et la pose de pavés sur l’avenue Cheikh Ahmadou Bamba, sur deux grandes mosquées et sur l’église pour une surface de 5 922 m2. La contrepartie de la réalisation de l’ouvrage est l’autorisation donnée par la mairie à l’Ets Dame KA d’organiser 06 foires consécutives pendant les événements de la Korité et de la Tabaski, ce qui devaient permettre à al’institution municipale de donner des emplois à plus de 100 jeunes des HLM dans le domaine de la sécurité, la production et la pose de pavés, de mettre en place des parkings payants gérés par 25 jeunes des HLM, d’enlever et d’évacuer les tonnes d’ordures dés le lendemain des fêtes religieuses, et enfin, d’améliorer le cadre de vie de nos populations. « On ne peut parler d’appel d’offre dès lors que le budget de la commune n’est pas mise à contribution pour le financement d’un tel projet. Et qu’eu égard aux moyens limités des collectivités locales, l’article 14 du Code Général des Collectivités Locales confère à celles-ci l’opportunité de passer des conventions de Partenariat Public-Privé (PPP) qui font l’objet d’un contrôle de légalité exercé par les représentants de l’Etat », note le communiqué rendu public à l’issue du conseil municipal.

Youssouf NDIONGUE

Laisser un commentaire