Ads 1

Parrainage pour les élections législatives : une nécessité (Par Ibrahima NDAO)

0 3 391

La démocratie est un processus d’amélioration continue qui réinvente sans cesse ses propres mécanismes lui permettant de s’adapter aux réalités de chaque époque pour toujours préserver son idéal qui est de conférer la souveraineté au peuple.

En la matière, le Sénégal est un pays démocratique qui a capitalisé une longue expérience dans l’organisation d’élections libres et transparentes, permettant ainsi aux citoyens de choisir, dans la sérénité et la paix, leurs représentants au niveau des différentes instances électives.

Mais, pour préserver cette souveraineté, l’Etat crée les conditions nécessaires sur le plan
juridique, administratif et organisationnel afin de faciliter l’expression libre et transparente des suffrages.

C’est dans cet esprit que la généralisation de la loi sur le parrainage apparait comme une
nécessité démocratique et son application est fondée sur trois raisons au moins :
1) D’abord, nous sommes tous d’accord que le nombre exorbitant de partis politiques (plus de 300) au Sénégal pose un réel problème et fait appel à des solutions urgentes. C’est la raison pour laquelle cette question de la rationalisation des partis politiques a été inscrite dans les points de discussion lors du dernier dialogue politique national.

2) Ensuite, dans la pratique, l’expérience des dernières élections législatives de 2017 est
édifiante parce qu’il y avait 47 listes en lice ; ce qui allait inéluctablement engendrer des blocages administratifs et organisationnels, voire l’impossibilité de tenir le scrutin. Face à cette situation et pour éviter de porter un sacré coup à notre démocratie, il a fallu que le Président de la République, Macky SALL, saisisse le Conseil Constitutionnel qui prit alors la décision autorisant à l’électeur de choisir seulement 5 bulletins pour effectuer son devoir de vote.

Le même scénario pouvait se répéter lors de l’élection présidentielle de 2019 si le filtre du
parrainage n’était pas appliqué, puis que 87 dossiers de candidatures étaient déposés au niveau du Conseil Constitutionnel.

3) Enfin, le parrainage comme système de filtrage, à côté de la caution, est un facteur
consolidant de la démocratie dans la mesure où il permet d’écarter les candidatures fantaisistes tout en donnant plus de lisibilité à l’électeur dans son choix.

En somme, le parrainage ne devrait même pas faire l’objet de débat politique ou politicien pour tout acteur animé de bonne foi et soucieux de la consolidation de notre démocratie.

En effet, à l’état actuel des choses où la rationalisation des partis politiques n’est pas encore effective, il faut impérativement le filtre du parrainage et de la caution. Par conséquent, l’Etat devra prendre toutes ses responsabilités pour son application.

L’opposition devrait plutôt accentuer le débat sur l’amélioration de cette loi en tirant les
enseignements issus de l’élection présidentielle de 2019, dans un esprit de dialogue et de concertation qui a toujours servi de sève nourricière à notre démocratie.

Ibrahima NDAO
Membre de la Convergence des cadres de l’APR
Responsable politique dans la Commune de DYA

Laisser un commentaire