Ads 1

PALUDISME, MALADIES TROPICALES NÉGLIGÉES…L’UCAD SE DOTE D’UN CENTRE DE RECHERCHE D’UN COÛT D’UN MILLIARD DE FCFA

0 69

Pour une meilleure riposte face à certaines affections comme le paludisme, les Maladies tropicales négligées (Mtn), etc., l’Ucad s’est dotée d’un Centre international de recherche et de formation. Il devra, entre autres missions, contribuer à la mise en place d’une plateforme multidisciplinaire de recherche, d’aide au diagnostic et de surveillance des maladies transmissibles et non transmissibles.

L’Université Cheikh Anta Diop de Dakar se dote d’un Centre international de recherche et de formation sur les agents infectieux et la génomique (Crf-Ag). Les travaux de ce joyau d’un coût d’un milliard de FCfa, logé à la Faculté de Médecine, de pharmacie, et d’odontologie, ont démarré le 1er mai 2017 pour une durée de 20 mois. Ils prendront donc fin le 31 décembre 2018.

La cérémonie de lancement a eu lieu, hier, à la salle du conseil de la Faculté de Médecine de l’Ucad en présence de membres de la communauté universitaire, d’agents des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Santé. Ce centre, qui sera construit sur cinq niveaux sur une superficie de 300 m2, sera axé sur le paludisme avec une plateforme de recherche sur les Maladies tropicales négligées (Mtn), l’entomologie, les maladies émergentes et ré-émergentes, la génomique, la biologie moléculaire, les sciences vétérinaires, l’immunologie, etc.

« Ce centre qui se veut inclusif va fédérer l’ensemble des disciplines de formation et de recherche en santé à l’Ucad. Il est conçu et développé grâce à un partenariat entre l’Ucad et des institutions américaines représentées par l’Université Harvard de Boston, l’Usaid, l’Oms, etc. », a précisé le Pr Daouda Ndiaye, directeur dudit centre. A l’en croire, c’est le fruit d’un travail de recherche de plus de 15 ans démarré en 2001. « Les résultats de nos travaux, qui ont été partagés et inscrits dans les plus grandes revues du monde et, récemment, la recherche sur « illumigene-malaria » – un moyen de diagnostiquer rapidement le paludisme – ont poussé les bailleurs de fonds, les partenaires nationaux comme internationaux à venir appuyer l’Ucad pour créer cette plateforme internationale. C’est la première fois en Afrique au Sud du Sahara en termes de technologie, d’inclusion, de leadership, mais surtout de plateau technique », a fait savoir M. Ndiaye.

Selon le chef du Service parasitologie et mycologie de la Faculté de Médecine de l’Ucad, ce centre permettra au Sénégal et à l’Afrique de disposer d’un cadre de recherche performant pour que demain, s’il y a des épidémies ou des pandémies qui surgissent dans la région, l’Ucad puisse appuyer le ministère de la Santé.

Dans le domaine de la Formation, il sera développé dans ce centre une masse critique de chercheurs et scientifiques africains dans la lutte contre les parasitoses, les mycoses et les pathologies infectieuses. Des étudiants en Licence, Master, Doctorat, Phd ou encore post-doctorat y seront encadrés. Il y sera aussi question de former des chercheurs sénégalais et africains dans l’utilisation des outils de la biologie moléculaire et de la génomique, etc. Avec une salle de vidéoconférence informatisée pour des rencontres, séminaires et conférences, le Crf-Ag sera également un cadre de formation de courte durée pour les étudiants et les post-doctorats.

LESOLEIL

Laisser un commentaire