Ads 1

MEMORANDUM DU GRAND PARTI DE MALICK GACKOU

0 68

Le président du Grand Parti, Malick Gackou a présenté ce jeudi à Dakar, le mémorandum de son parti nouvellement créé. C’était à l’occasion de la cérémonie de lancement de la vente des cartes de membres de ce parti, cet après midi au King Fah Palace.

Nous vous proposons ici l’intégralité du mémorandum produit à cette occasion. Memorandum à lire et à conserver, pour l’histoire.

Le GRAND PARTI a été porté sous les fonds baptismaux dans un contexte marqué au Sénégal par des déséquilibres aussi bien économiques (hausse des prix, déficit des comptes publics et extérieurs, fermeture en cascade d’entreprises nationales, difficultés d’accès au financement et aux marchés publics pour les PME/PMI, etc.) que sociaux (chômage persistant des jeunes, pauvreté galopante dans les zones périurbaines et rurales, insécurité, situation précaire des femmes et des retraités, grèves cycliques dans le secteur de l’enseignement et de la santé, faible prise en charge de l’économie populaire et informelle dans les politiques publiques, etc.).

L’avènement de la seconde alternance au Sénégal avait pourtant suscité tant d’espoirs pour une gouvernance vertueuse permettant une prise en charge efficace de la lutte contre la précarité, les vulnérabilités et les injustices sociales. Cependant, les promesses clamées ne se sont pas encore traduites de façon concrète dans la vie quotidienne des populations.
Notre Parti qui se veut un Parti rassembleur de toutes les forces vives dans la justice sociale et l´équité, entend ouvrir la perspective d’un avenir plus prometteur à notre jeunesse, à la femme, à l’entreprise, au paysan, à l’ouvrier, à l’artisan, aux personnes âgées et à notre gouvernance politique et juridique.

NOTRE VISION

Le GRAND PARTI est un parti d’obédience sociale-libérale. Notre vision pour le Sénégal de demain est de construire « une économie moderne, prospère, résiliente et solidaire », sur la base d’une stratégie de développement comprenant des objectifs à moyen et long termes qui seront soumis au débat parlementaire et avec la société civile.

Notre engagement politique est en faveur du développement humain durable. La stratégie que nous proposons au peuple sénégalais comprend une série d’indicateurs permettant de mesurer les performances réalisées et de rendre compte des avancées du processus du développement humain.

Notre vision reflète les défis et préoccupations majeurs qui n’ont pas encore trouvé de réponses satisfaisantes aux yeux de nos compatriotes. A savoir : le pari d’accroître les capacités de création de richesses afin de lutter efficacement contre la pauvreté et les exclusions ; le pari d’améliorer la qualité de vie des populations et d’assurer la protection de notre modèle social contre les multiples agressions culturelles ; le pari de redonner confiance à notre jeunesse qui sera plus forte pour multiplier ses succès sur l’échiquier des grandes nations et porter plus haut la voix du Sénégal.

CONSTRUIRE UNE ECONOMIE SOLIDAIRE

Pour le GRAND PARTI, le Sénégal de demain, dans la prospérité et la solidarité, passe par une transformation sociale, économique et structurelle qui s’articule autour de six (06) pôles d’objectifs :

Notre ambition est de réorienter notre modèle de développement vers la construction d’une économie, à la fois productive et inclusive, où chaque sénégalais disposera d’un accès à la richesse et à son bien être.

PREMIER POLE D’OBJECTIFS :
CONSOLIDER L’UNITE NATIONALE, LE PROCESSUS DEMOCRATIQUE ET LA BONNE GOUVERNANCE

La vision d’une économie solidaire et durable repose en premier sur la préservation de la paix, des acquis démocratiques et l’amélioration de la bonne gouvernance.

Pour le GRAND PARTI, un de ces axes majeurs est le renforcement de l’unité nationale en vue de garantir la volonté de vivre et de bâtir ensemble, tout en tenant compte de la diversité de la société sénégalaise (régions, ethnies, cultures, générations, genre, classe sociale, classes intellectuelles, civiles et militaires, religions, etc.).

De même, le GRAND PARTI entend consolider la paix, la démocratie et l’Etat de droit, qui tirent leurs fondements de la liberté, de l’égalité et de la souveraineté. A cet égard, notre parti entend promouvoir le renforcement des libertés individuelles et collectives, l’émergence d’une société civile forte et la séparation des pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire).

S’agissant de la bonne gouvernance, le GRAND PARTI reste très attaché aux principes et valeurs d’éthique pour une moralisation financière dans la gestion des biens publics. Ainsi, à l’instar des orientations des Assises nationales, le GRAND PARTI accorde une place prépondérante au renforcement des principes de bonne gouvernance administrative à travers :
• le développement d’une politique de coordination des missions et interventions entre les différents corps de contrôle ;
• l’application objective du principe universel de reddition des comptes, y compris en matière d’exécution budgétaire ;
• le renforcement du rôle, des missions et des moyens de la Cour des Comptes ;
• la généralisation du système d’évaluation des performances de l’administration et de la justice ;
• la systématisation des appels à candidature pour certains emplois du secteur public et parapublic.
Au plan de la gouvernance politique et institutionnelle, le GRAND PARTI, s’inspirant des conclusions issues des Assises nationales, entend veiller :
• au rééquilibrage des pouvoirs au sein de l’Exécutif au profit du Gouvernement ;
• au renforcement des pouvoirs et de la légitimité du Parlement ;
• au cumul des mandats
• au renforcement des institutions de la République ;
• à la réforme de la Justice et au renforcement de l’indépendance du pouvoir judiciaire.

DEUXIEME POLE D’OBJECTIFS :
ATTEINDRE UNE CROISSANCE ECONOMIQUE A DEUX CHIFFRES

Les différentes stratégies et politiques économiques élaborées plusieurs années au Sénégal (Plans quinquennaux de développement, DSRP, SCA, SNDES…) n’ont pas véritablement permis d’avoir une croissance soutenue. Le Plan Sénégal Emergent (PSE) n’échappe pas à ce constat : sa mise œuvre n’a pas enregistré les objectifs de croissance attendus pour lutter efficacement contre la pauvreté.

L’objectif du GRAND PARTI est de porter le taux de croissance du Sénégal à deux chiffres à l’horizon 2020, afin de créer les conditions idéales pour une large redistribution des richesses. Cette croissance, plus ambitieuse que celle visée dans le PSE, sera à la portée de l’économie nationale si la priorité est donnée à la réhabilitation et au renforcement des capacités du carré d’as : le Secteur privé national, l’Agriculture, l’Energie et l’Industrie.

A cet égard, il s’agira d’abord pour le GRAND PARTI, d’accorder une place de choix à la promotion des PME et TPE à travers le développement d’un partenariat gagnant gagnant et inclusif avec le secteur privé national. Les PME/PMI constituent au moins 90 % du tissu économique et industriel et représentent un levier important dans le développement économique de notre pays. Malgré ses potentialités, ce segment d’entreprises reste confronté à des difficultés d’accès au financement, aux marchés, à l’investissement et aux débouchés commerciaux.

En conséquence, pour permettre à nos PME d’être de véritables moteurs de la croissance, notre défi sera d’apporter un appui affirmé aux opérateurs économiques nationaux à travers :

• une concertation permanente et un dialogue proactif avec le Patronat ;
• une assistance aux PME/PMI dans les efforts de renforcement de leurs capacités managériales et technologiques ;
• la mise sur pied d’un réseau organisé de PME/PMI pour promouvoir les clusters et des « champions nationaux » à l’instar des économies émergentes ;
• la participation des PME/PMI dans les secteurs stratégiques et les grands projets structurants ;
• l’application effective du principe de la préférence aux PME nationales pour au moins 20% des marchés publics à l’instar des pratiques internationales en la matière.

Ensuite, le constat actuel est que le secteur agricole du Sénégal est caractérisé par des contraintes triangulaires qui plombent son développement : difficultés d’accès à l’eau, à la terre et au financement. Pour juguler cette situation, la politique agricole du GRAND PARTI qui vise à instaurer une véritable agriculture moderne et inclusive, reposera sur :
• une véritable réforme foncière en mettant les intérêts et besoins des populations rurales au cœur de celle-ci ;
• le développement de la mécanisation et de l’irrigation agricoles ;
• la fourniture d’intrants agricoles en quantité et en qualité à des prix accessibles ;
• l’organisation efficace des circuits de transformation, de commercialisation et de conversation des produits agricoles et halieutiques ;
• la création d’une structure adaptée de financement de l’économie agricole.

Par ailleurs, la situation actuelle de la production de l’énergie au Sénégal est caractérisée par un déséquilibre entre une offre rigide et inégale d’une part, et une demande croissante d’autre part. Pour faire face à ce défi, le GRAND PARTI met en priorité le rattrapage du déficit énergétique en vue d’augmenter les capacités de production de notre économie.

Cela passe notamment par :
• l’accroissement de la production d’électricité en s’appuyant en priorité sur la valorisation du potentiel hydroélectrique ;
• la valorisation des énergies alternatives telles que les biomasses ;
• l’extension et la modernisation des installations et équipements de transport et de distribution.
Le secteur industriel sénégalais quant à lui est caractérisé par une cascade de fermetures de PMI et de difficultés financières de capitaines d’industries dont les ICS, un des fleurons de notre économie nationale. Il s’y ajoute une production insuffisamment compétitive, une faiblesse dans le système de promotion et de l’innovation technologique et le coût élevé des facteurs de production notamment l’énergie.
Il s’agira pour le GRAND PARTI, de proposer une politique industrielle de développement qui repose entre autres sur :
• une politique de relance des activités industrielles dans des conditions assurant une plus grande compétitivité et la possibilité de reconquérir des marchés extérieurs ;
• le renouvellement des outils et parcs industriels ;
• le développement des services financiers de qualité capables de mobiliser les ressources financières nécessaires pour accroître la demande de capitaux d’investissements dans ce secteur en particulier.

TROISIEME POLE D’OBJECTIFS :
PROMOUVOIR UN DEVELOPPEMENT HUMAIN DURABLE ET CREER LES BASES D’UNE SOCIETE RESILIENTE

Le projet de société du GRAND PARTI est bâti autour de l’homme sénégalensis, en mettant le capital humain au cœur du développement économique et social. Cela passe irréversiblement par le relèvement des indicateurs d’espérance de vie à la naissance ainsi que l’amélioration des conditions de santé, d’éducation, d’emploi et de participation à la vie sociale.

La population actuelle du Sénégal qui est estimée à 12,874 millions d’habitants[1], serait de 15,7 millions en 2020 et 18,9 millions en 2030, selon les Nations Unies. En outre, cette population est jeune et pèse très fortement sur la population active, compromettant ainsi les capacités d’épargne et d’investissements productifs de l’économie nationale.

Pour le GRAND PARTI, la population sénégalaise doit présenter un niveau de formation élevé et adéquat aux besoins du marché qui permet de disposer d’une main-d’œuvre qualifiée, générant d’importants revenus par tête. Dans le Sénégal de demain, le croit démographique doit être compatible avec la croissance économique, assurant ainsi la convergence entre la population et le développement.

En outre, la création de richesses, la lutte contre la pauvreté et l’accès équitable aux ressources doivent rester les priorités d’un développement durable qui assure la prospérité à l’ensemble de la population sans exclusion. A cet égard, au delà des politiques de croissance et d’emploi, le GRAND PARTI entend accorder une grande priorité à la réduction des écarts de richesses à travers :
• la garantie de l’accès aux couches vulnérables aux services de santé de qualité ;
• l’amélioration des mécanismes de protection et de sécurité sociale ;
• l’amélioration de la qualité de l’offre éducative et l’adéquation de la formation avec les besoins du marché du travail.
S’agissant de la question de l’emploi, sur les 7728 868 individus en âge de travailler au Sénégal, près de la moitié (49,5%) est inactive et pour 10 chômeurs, près de 9 sont à la recherche de leur premier emploi (92,9%). Ces statistiques montrent les échecs de nos Gouvernants en matière de politique d’emploi. Au regard de ces constats alarmants, nous nous engageons à apporter des réponses alternatives plus efficaces parmi lesquelles, la mise en place d’un dispositif d’appui ciblé à l’auto-emploi en vue de la réduction du sous-emploi et de la migration du secteur informel vers le secteur formel.

Par ailleurs, les orientations du GRAND PARTI mettent la femme sénégalaise au cœur de ses priorités car celle-ci constitue à elle seule un indicateur de vulnérabilité notamment pour nos concitoyennes vivant dans le monde rural. La précarité dans laquelle évolue cette frange de la population est préoccupante au regard des dépenses de prestige qu’engagent impunément nos dirigeants.
Or, la femme doit être un vecteur de développement en même temps que socle de la famille sénégalaise. Toute politique de développement devrait faire de ce segment, un levier essentiel pour combattre et éradiquer la pauvreté. Pour le GRAND PARTI, cela passe nécessairement par :
• le renforcement de son autonomie financière par la promotion de l’entrepreneuriat féminin, dont la finalité sera de favoriser son insertion dans le circuit économique pour en faire un véritable moteur de la croissance ;
• l’accompagnement et l’encadrement des organisations de femmes en matière de formation ;
• la promotion des structures financières décentralisées et la création d’une Banque des Femmes pour un accès plus facile au financement de leurs activités et projets.
Enfin, le GRAND PARTI entend amorcer les réformes nécessaires afin de corriger les déséquilibres géographiques entre les territoires ruraux et urbains marqués par une concentration des deux tiers environ d’une population sur moins du cinquième (environs 18%) du territoire national.

Pour le GRAND PARTI, les orientations majeures suivantes seront nécessaires à mettre en œuvre pour faire de nos territoires de véritables pôles de développement socio-économique :
• l’instauration d’un dialogue entre pouvoir central et pouvoir local en vue d’instaurer une planification concertée ;
• la promotion de l’habitat urbain et rural ;
• la création de pôles de développement dont les critères qui président leur délimitation sont donc d´ordre humain, économique (les potentialités) et spatial (position géographique).

QUATRIEME POLE D’OBJECTIFS :
ENGRANGER DES PROGRES SUBSTANCIELS DANS LA GESTION DE LA SANTE, DE L’EDUCATION ET DE LA SECURITE

LE GRAND PARTI entend apporter des éléments de rupture pour une gouvernance susceptible de satisfaire les besoins fondamentaux des populations : droit à la santé, à l’éducation et à la sécurité.
En matière de santé publique et de protection sociale, les orientations du GRAND PARTI seront :
• de garantir de façon transparente la gratuité des soins pour les personnes les plus vulnérables (femmes, enfants, sujets âgés et handicapés) tout en veillant constamment à préserver l’équilibre financier du système et à pérenniser ses acquis ;
• de mettre un terme au processus de privatisation rampante des prestations de santé qui freine l’accès au grand nombre de nos concitoyens aux services de santé ;
• d’affecter à cet égard aux secteurs préventif et curatif de la santé publique une part du budget national au moins égale au taux recommandé par l’OMS, soit 15% ;
• de renforcer l’offre des services et prestations de santé prénatale en vue de favoriser notamment le relèvement des indicateurs d’espérance de vie à la naissance ;
• d’accroitre la couverture sanitaire du territoire national ;
• de renforcer la formation ainsi que le recrutement de personnel médical et paramédical adéquat en nombre comme en qualité.
Conformément aux orientations stratégiques des Assises nationales, les propositions du GRAND PARTI concernant le domaine de l’éducation qui connait toujours des grèves et perturbations cycliques à apporter les mesures majeures ci-après :

• adapter les cursus d’éducation et de formation ainsi le contenu des programmes aux besoins réels du pays et garantir aux langues le statut officiel de langues de travail dans la constitution ;
• promouvoir la scolarisation des enfants et jeunes des milieux défavorisés par des mécanismes d’entraide et de solidarité (allocations, bourses, etc.) ;
• éradiquer l’exploitation et la maltraitance des enfants (travaux pénibles, mendicité) préjudiciables à leur santé, leur éducation ;
• promouvoir la scolarisation des filles et la formation des femmes pour combattre toute forme de discrimination ou de stigmatisation en leur égard ;
• instaurer un dialogue social et politique permanent incluant les acteurs concernés sans exclusion (parents, enseignants, élèves, étudiants, partenaires techniques et financiers, Etat, etc.) pour la recherche d’un consensus fort, ce qui permettrait de définir à la fois un modèle d’école sénégalaise et les responsabilités des acteurs et le type de partenariat éventuel souhaité.
Par ailleurs, il s’agira d’améliorer l’employabilité des jeunes par le relèvement, dans les niveaux secondaire et supérieur, de la proportion des élèves dans les filières scientifiques et technologiques, de promouvoir l’émergence de l’économie du savoir et de développer des écoles de formations spécialisées ainsi que des centres de formation professionnelle modernes.

Dans le domaine sécuritaire, même s’il faut reconnaitre que le Sénégal constitue jusqu’à présent un îlot de paix et d’unité nationale, la position du GRAND PARTI est qu’il est nécessaire d’anticiper sur certaines questions géopolitiques et géostratégiques. A cet égard, notre parti s’engage à :
• instaurer une démarche inclusive et participative dans la recherche d’une solution définitive de la paix en Casamance sur la base d’une large concertation reposant sur une approche globale (politique/militaire/culturelle/socio-économique);
• renforcer la coopération sous-régionale et l’unité africaine en favorisant l’avènement de la paix dans la justice ;
• garantir la recherche constante de la paix et la sécurité dans la perspective de l’unité africaine.
Pour le GRAND PARTI, l’accent sera mis sur des actions fortes afin de conforter la paix et la sécurité publique. A cet égard, l’approche sera basée sur :
• le développement du concept : « Police de Proximité »
• le recours accru aux moyens de surveillance satellitaire
• La promotion de l’initiative privée dans la gestion de la sécurité

CINQUIEME POLE D’OBJECTIFS :
IMPULSER LES TRANSFORMATIONS SOCIETALES NECESSAIRES POUR RENFORCER LA DEFENSE DE NOS VALEURS

Le Sénégal traverse une crise des valeurs avec un affaiblissement considérable de la cellule familiale et l’importation de contrevaleurs culturelles qui ont fini de transformer notre société.

Pour le GRAND PARTI, le Sénégal de demain devra se faire sur la base d’une solidarité intergénérationnelle excluant toute forme d’individualisme ou d’égoïsme sur les systèmes de production et de distribution existants et susceptibles de compromettre notre marche vers une société inclusive, de droits équitables et de cohésion sociale.

Ainsi, nous nous engageons à renforcer les règles et conditions d’avènement d’une nouvelle citoyenneté sénégalaise qui devront reposer sur les principes de liberté, de solidarité et de créativité. Pour cela, il s’agira de :

• promouvoir une éducation citoyenne en milieu scolaire ;
• encourager le réarmement moral et civique des jeunes, notamment par leur insertion dans les circuits économiques et productifs ;
• renforcer les droits humains de tous groupes sociaux injustement dévalorisés du fait de leur sexe, de leur âge, de leur ethnie ou de leur caste ;
• promouvoir le respect des libertés individuelles et collectives ;
• garantir l’existence d’un Etat proactif et fort, capable de contenir les forces centrifuges et de renforcer la solidarité nationale.

SIXIEME POLE D’OBJECTIFS :
RENFORCER LE PRESTIGE DU SENEGAL SUR L’ECHIQUIER INTERNATIONAL ET PORTER SA VOIX AU PLUS HAUT

Le GRAND PARTI compte redorer le blason du Sénégal dans le concert des grandes nations. Pour ce faire, notre pays doit réaliser des performances économiques qui le placent dans le peloton des économies compétitives, renforcer sa représentation au sein des organisations internationales et assurer le rayonnement de son modèle culturel.
La forte dépendance vis-à-vis de l’extérieur devra être rompue avec la réalisation de l’autosuffisance alimentaire et le passage de pays assisté à un statut de partenaire égal, dans le cadre de l’harmonisation de la coopération avec les pays voisins, de l’accélération de l’intégration africaine.
A cet égard, le GRAND PARTI propose une politique commerciale extérieure assise notamment sur :
• une protection éducatrice de la production nationale notamment pour les secteurs de l’agriculture, de la pêche, de l’élevage, de l’artisanat et des industries naissantes ;
• un soutien constant aux innovations techniques, à la recherche de la qualité et à la compétitivité de nos produits locaux dans les marchés extérieurs ;
• la promotion des produits « Made in Sénégal » pour mieux valoriser la production nationale et privilégier le consommer local et réduire ainsi les importations ;
• la promotion du commerce intérieur et sous-régional grâce à l’intégration économique.

Notre diplomatie continuera de faire la promotion de nos compétences humaines multiples au sein des organisations économiques et politiques internationales pour accroitre son prestige au sein d’un monde multipolaire et d’un environnement où la compétition entre les nations est devenue plus vive dans tous les domaines : politiques, économiques, financières et socioculturels.

Enfin, le GRAND PARTI compte donner les moyens à notre jeunesse et à nos artistes pour leur permettre de multiplier nos réussites au plan sportif et renforcer le rayonnement de notre culture, de notre littérature et de nos arts en Afrique et dans le monde. Notre politique mettra ainsi l’accent sur :

• le développement des infrastructures sportives et culturelles au niveau le plus bas dans toutes les communes du pays ;
• la formation à la base avec les petites catégories, le recensement national et l’encadrement des potentialités détectées ;
• le renforcement des capacités des formateurs et leur dissémination sur l’ensemble du territoire national ;
• le développement des échanges et partenariats avec les pays et organisations internationales.

NOTES CONCLUSIVES :
LA DIMENSION SOCIALE DE LA VISION ET LA MASSIFICATION DU PARTI

Le GRAND PARTI porte des nouvelles ambitions pour l’avenir et prend rendez vous avec l’histoire de notre grand pays, le SENEGAL éternel.

Le GRAND PARTI inscrit ses actions dans la perspective de gagner légitimement la confiance du peuple sénégalais. Nous proposons des ruptures avec une stratégie nationale de gouvernance économique et sociale axée prioritairement sur le développement humain, la solidarité et la défense de nos valeurs afin de préserver nos intérêts économiques et protéger notre modèle social.

En plaçant l’être humain au centre de la politique de développement durable, le GRAND PARTI entend promouvoir l’égalité des chances et l’équilibre entre les aspirations des générations actuelles et les droits des générations futures. Le projet de société qu’il propose aux populations donne la priorité au respect des droits fondamentaux du citoyen : droits à une vie conforme à la dignité humaine, au travail, à une sécurité sociale, à la santé, au logement, à la sécurité, à l’épanouissement culturel et social, à l’enseignement et à un environnement sain.

Le Pacte républicain que nous voulons nouer avec le peuple sénégalais puisera sa vitalité dans la réhabilitation de l’action politique afin de mettre celle-ci au service de la construction du pays de nos rêves, dans la dignité, le respect de la parole donnée et la probité morale.

Chacun de ses enfants trouvera au sein du GRAND PARTI, la place qui lui revient pour participer à la construction d’un SENEGAL prospère, performant et moderne.

[1] Statistiques recueillies des résultats du Recensement général de la population et de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage (ANSD, 2013)

Irama SANE

Laisser un commentaire