Ads 1

MAUVAISE GESTION DU FONCIER PAR LE RÉGIME DE MACKY SALL : LE PCS/JENGU TABAX SOUTIENT TOUTES LES ASSOCIATIONS OU ENTITÉS QUI LUTTENT CONTRE LE BRADAGE DU LITTORAL.

0 97

Le Bureau Politique de PCS/Jengu Tabax s’est réuni le samedi 20 Juin 2020 par visioconférence selon l’ordre du jour suivant :
1. Analyse de situation politique nationale ;
2. Plan de massification ;
3. Questions diverses.

 

Le Bureau politique a entamé la réunion par des prières à l’occasion du rappel à Dieu de M. Ousseynou Dramé, un sage et dynamique militant du Parti à Thiès et à Foundiougne. Il présente ses condoléances à la famille du défunt au nom du Parti.

Faisant l’analyse de la situation nationale, le Bureau politique a félicité le Président honoraire Boubacar CAMARA pour les dix-neuf (19) propositions pertinentes qu’il a formulées, le 3 juin 2020, dans le Plan de sortie de crise post COVID-19 dénommé TUMBI-19.

Ce plan entre en droite ligne avec son option, maintes fois affirmée, de constituer une force de propositions, dans sa logique de « faire la politique autrement ». Au déclenchement de la pandémie, il avait également proposé trente-trois (33) mesures pour faire face à la pandémie, le 21 mars 2020.

Le Bureau politique a exhorté les militants à s’approprier ce plan et à en faire une large diffusion.

Toujours sur la pandémie COVID-19, le Bureau politique a souligné pour déplorer, les tergiversations du Gouvernement dans la gestion de la crise et a promis d’en faire un bilan exhaustif, le moment venu.

Le Bureau politique a également déploré le relâchement de nos compatriotes par rapport aux mesures de prévention et a constaté avec amertume la recrudescence des cas (déclarés) positifs ainsi que ceux des décès.

Le Bureau politique encourage le corps médical pour son dévouement et pour les résultats obtenus se reflétant à travers le nombre élevé de guéris qui constitue plus de la moitié des cas déclarés positifs.

Analysant la situation économique du Sénégal, le Bureau politique a constaté le durcissement perceptible des conditions de vie des populations, notamment celles des paysans qui étaient déjà durement frappés par une campagne arachidière désastreuse.

Le Bureau politique a également constaté que le Sénégal a été placé sous surveillance à travers une « revue pour dégradation » à baisser la note Ba3 du Sénégal par l’agence de notation Moody’s, ce qui constitue l’antichambre de la dégradation devant constater l’affaiblissement des perspectives des capacités à honorer les engagements vis à vis des créanciers.

Le fait pour le Sénégal d’adhérer à l’Initiative de Suspension du Service de la Dette du G20 a constitué un signal alarmant faisant craindre un défaut de paiement et a suscité la crainte de contagion de la dette extérieure privée dont les créanciers vont naturellement considérer un risque pays plus élevé et revoir les taux d’intérêts pour leurs engagements futurs.

Ce qui fait conclure que « l’accès du Sénégal à des financements abordables s’est sensiblement et durablement détérioré ».

Au-delà des conséquences de la crise COVID-19, la campagne mal préparée et infructueuse pour l’annulation de la dette n’a sans doute pas facilité cette perception négative.

De plus, le récent communiqué du Fonds monétaire international (FMI) du 15 juin 2020, à la suite de la revue du Programme pour trois ans, adopté en janvier 2020 dans le cadre de l’ICPE (Instrument de Coordination des Politiques de Economique (ICPE) et en attendant la validation par le Conseil d’administration de juillet 2020, projette, en accord avec les autorités sénégalaises, un taux de croissance de 1,1% en 2020 contre 5,3% en 2019 et un déficit budgétaire de 6,1% en espérant revenir au taux de 3%, objectif de convergence de l’UEMOA, à partir de 2022 sous certaines conditions.

Malgré les liquidités injectées par le Fmi dans le cadre des facilités de financement et de crédit rapides (263 milliards FCFA), le Sénégal vit une situation économique difficile et inédite, aggravée par le choc exogène constitué par la pandémie.

Aujourd’hui, la source constituée par l’endettement public massif pour réaliser les investissements est en train de se tarir. Cette situation révèle non seulement les limites de la politique économique basée sur l’endettement public massif mais surtout la nécessité de changer de cap.

C’est tout le sens du programme TUMBI-19 qui propose d’autres sources innovantes pour l’investissement public nécessaire au développement économique et social ainsi que la création d’emplois.

Le Bureau politique a également constaté que, malgré les mesures d’allégement fiscal prises, les entreprises ne peuvent pas tenir, tenaillées qu’elles sont, entre les pertes d’affaires, le maintien des emplois et les sombres perspectives de sortie de crise.

Sur ce point aussi, TUMBI-19 propose une reconversion vers les secteurs à croissance inclusive comme l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’artisanat, le tourisme et la culture à travers un accompagnement financier garanti par l’État auprès des établissements de crédit.

Le Bureau politique suit avec attention la situation de l’éducation et s’inquiète de l’amateurisme qui préside aux décisions liées à la reprise des enseignements.

En conclusion sur ce point, le Bureau politique du PCS/JT invite les compatriotes à :
– Maintenir la mobilisation dans la lutte contre le coronavirus en respectant les mesures barrières ;
– faire preuve de solidarité dans la situation difficile qui leur est imposée en grande partie par la gestion désastreuse des finances publiques et les choix économiques tout en s’engageant dans les luttes pour la défense de leurs intérêts matériels et moraux et de leurs acquis.

Abordant le second point de l’ordre du jour relatif à la massification du parti, le Bureau politique a félicité les militants pour le travail abattu pour l’installation des comités de base. Il invite les responsables de la base de données à mettre à jour les statistiques et à présenter au Bureau politique la cartographie de l’implantation du parti.

Le Bureau politique invite les membres des instances de direction du parti (Bureau politique et Comité de Direction) à reprendre contact avec les responsables de comité de base et d’assurer le travail de suivi et de maintien tout en respectant les mesures de prévention contre la pandémie. En outre, le Bureau politique invite le Secrétaire général national et le Secrétaire national chargé de la Vie politique à s’approcher des militants pour recueillir les intentions de candidatures pour les différentes localités en vue des élections des collectivités territoriales.

Le Bureau politique a encouragé les militants à continuer la massification en menant une communication permanente sur les idéaux du parti et le programme TABAX. Dans ce sens, il instruit la Direction de l’École du Parti à reprendre les sessions de formation en recourant aux technologies de communication disponibles.

Abordant les questions diverses, le Bureau politique s’est prononcé sur les points suivants :

Les attributions de terres sur le littoral.

Le diagnostic sur le littoral sénégalais est largement partagé : cet espace revêt une importance économique, sociale, culturelle et environnementale particulière, qui résulte principalement de sa situation, à l’interface entre la terre et la mer.

Devant ces enjeux largement pris en compte dans le Programme TABAX notamment avec le projet de la gestion du foncier dans le cadre la blockchain « Bloc foncier », le PCS/Jengu Tabax soutient toutes les associations ou entités qui luttent contre le bradage du littoral.

En effet, le littoral doit être protégé du fait de ces potentialités, donc, en dehors du principe de l’inconstructibillité et de l’exigence du respect de la bande des 100 mètres communément appelée les pas géographiques, il convient de définir un développement durable du littoral passant par la protection des personnes, des biens et des activités, tout en préservant les milieux naturels et leur fonctionnement dans l’écosystème côtier.

Le PCS/Jengu Tabax soutient qu’au-delà de tout, le littoral, existe une entité géographique qui appelle une politique spécifique d’aménagement durable, de protection et de mise en valeur.

La réalisation de cette politique nécessite la coordination des actions de l’Etat et des collectivités territoriales sur la protection écologique, la préservation du patrimoine et le développement économique du littoral.

D’où l’impérieuse nécessité d’une loi d’orientation sur la gestion du foncier adoptée de façon consensuelle après de larges concertations, ce qui contribuerait à une utilisation raisonnable et durable de cet espace fragile, tant convoité.

La première mesure est de rendre obligatoire la publication de toutes les attributions de terrains par l’État et d’en préciser les motifs et la motivation. Aujourd’hui, tous les outils sont disponibles dans le cadre d’une carte cadastrale automatisée, de connaître et de faire connaître aux citoyens la situation du littoral. Un traitement approprié sera alors réservé à toutes les irrégularités constatées.

Le Bureau politique a également préconisé la relance, sans délai, de la Commission de réforme du foncier.

Sur le décret portant rallongement de l’âge de retraite

Le Bureau politique a exprimé la gestion incertaine de l’âge de la retraite et préconise une plus large concertation. Tout en saluant le choix de prolonger l’activité professionnelle pour certaines catégories de travailleurs compte tenu de la spécificité de leur profession, le Bureau politique encourage le départ à la retraite, la reconversion et l’instauration d’un minimum vieillesse pour permettre aux jeunes qui constituent la majorité de la population et la tranche de la population la plus touchée par le chômage.

Le Bureau politique préconise la compensation du gap du chômage des jeunes en réorientant les pécules de retraite dans la formation en entreprenariat et l’auto emploi des jeunes.

Enfin, le Bureau politique déplore le sort des quatre soldats sénégalais qui ont sauté sur une mine en Casamance, ayant causé le décès de deux d’entre eux et présente ses condoléances à l’Armée nationale, au peuple sénégalais et à leur famille respective

Le Bureau politique a par ailleurs attiré l’attention sur les risques d’escalade et réaffirme l’option du parti de mettre en œuvre un Programme spécial pour la Paix par le Développement dont une des composantes est le déminage total pour sécuriser l’espace et libérer les terres agricoles.

Aucun point n’étant plus inscrit à l’ordre du jour, les participants se sont tour à tour, déconnectés.

Fait à Dakar, le 21 juin 2020
Le Secrétaire général national du
Parti de la Construction et de la Solidarité
PCS/JENGU TABAX
M.Mor NDIAYE

Laisser un commentaire