Ads 1

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION: “LA SOCIÉTÉ CIVILE NE FAIT PAS SUFFISAMMENT SON TRAVAIL’’

0 57

ALIOUNE TINE RADHOLors du panel sur la corruption organisé hier par la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho), il a beaucoup été question de contrats publics et d’institutions de régulation. De l’avis de Birahim Seck, membre du conseil d’administration du Forum civil, les instances de régulation font face à de nombreuses faiblesses. A propos de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), M. Seck affirme que la personne de Saer Niang constitue avant tout un obstacle à l’accomplissement des missions de cet organe.

“La première faiblesse, c’est la dérégulation de l’autorité de régulation, avec un directeur général qui a déjà terminé son mandat mais qui est maintenu par la simple volonté du président de la République. Ça affaiblit toute activité de l’institution, qu’on le veuille ou non’’, affirme-t-il.

Birahim Seck en veut pour preuve, certains marchés publics qui sont extirpés du champ de contrôle de l’Armp. Par exemple, précise-t-il, le marché de la confection des cartes d’identité biométriques a été soustrait du contrôle de l’Armp.

“C’est parce que le Dg n’a plus le poids, cette légitimité, cette légalité pour être en contradiction avec les autorités’’, déplore-t-il. Parmi les faiblesses dans la transparence, il y a aussi l’introduction des offres spontanées qui, selon lui, est une procédure délicate pour les ressources publiques. Alors que cette option obéit à des règles, Birahim Seck ne comprend pas pourquoi recourir à cette procédure, même dans le cas d’achat d’ambulances, comme ça a été le cas.

Il y a également les marchés clés en main. Dans ces cas de figure, aucune des procédures de passation de marchés publics n’est respectée, souligne M. Seck. Le building administratif constitue, à ses yeux, une parfaite illustration. Le marché étant passé par appel d’offres restreint pour des questions d’urgence, les travaux étaient prévus pour 18 mois. Ils vont durer bientôt 3 ans. En plus, de 17 milliards au départ, comme coût de la réfection, on est passé entre 37 et 40 milliards aujourd’hui.

“Est-ce qu’il n’était pas plus opportun de détruire le bâtiment et de reconstruire un autre’’, s’interroge-t-il. Birahim Seck fait remarquer par ailleurs que jusqu’à ce jour, on ne connaît pas les deux autres concurrents de l’entreprise attributaire du marché. “Depuis deux à trois ans, on demande à ce que l’Etat publie la liste des autres concurrents’’, regrette-t-il.

D’après le collaborateur de Mouhamadou Mbodji, le même problème se pose avec le Centre international de conférence Abdou Diouf. A-t-il coûté 55 milliards, 60 ou 65 milliards ? “Personne ne peut vous dire le montant exact’’, répond-il. Et au-delà de l’opacité, ces marchés reviennent à un prix trop cher au contribuable, ajoute-t-il. Pour Milicom, les 39 milliards de la première tranche versée ont été mentionnés dans la loi de règlement, mais ils ne figurent dans aucune loi de finance, qu’elle soit initiale ou rectificative. Et pourtant, relève-t-il, les 11 milliards qui constituent la deuxième tranche sont eux, bien mentionnés dans une loi de finance rectificative. Tout cela pour dire qu’il y a un sérieux problème dans la régulation des marchés publics.

Le même réquisitoire a été fait par Alioune Tine. Selon le directeur de Amnesty pour l’Afrique de l’ouest et du centre, il y a un “affaiblissement’’ et un ’’assujettissement’’ des organes de régulation. “Nous avons des raisons suffisantes d’être extrêmement inquiets. Tout est en train de s’affaisser’’, s’alarme-t-il. Pour autant, il n’est pas question de rejeter toute la faute sur l’Etat. Birahim Seck a fait remarquer que la société civile est présente dans plusieurs institutions publiques. Dans certains d’entre elles, on se refuse à toute transparence. M. Seck a cité l’Assemblée nationale et le Conseil économique qui refusent de se soumettre au contrôle des marchés publics. Et pourtant, la société civile ne dit rien. Ce qui la rend complice.

“La société civile ne fait pas suffisamment son travail’’, conforte Alioune Tine. M. Seck invite ainsi les acteurs de la société civile et les patrons de presse à s’inspirer du Burkina Faso en faisant leur déclaration de patrimoine, afin de mettre fin aux connexions entre les pouvoirs publics et les autres sphères de la société.

Laisser un commentaire