Ads 1

LOI SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX : TRAQUE CONTRE DES INSULTEURS SUR LE NET OU ÉNIÈME TENTATIVE D’INTIMIDATION ET DE RESTRICTION DES LIBERTÉS ?

0 56

aly ngouille ndiaye et mackyLe Président de la République et le Ministre de l’Intérieur lancent officiellement une campagne de traque contre des supposés insulteurs sur le net. Mais, en vérité ils sont combien à insulter les autorités ou à attaquer les institutions sur les réseaux sociaux ? À entendre les autorités nous avons l’impression que le phénomène a atteint des proportions inégalables et même constitue une menace publique. Et dans une telle compagne de diabolisation des internautes et de restriction des libertés, la vérité s’impose !

Depuis bientôt 10 ans au Sénégal et dans certains pays d’Afrique, les réseaux sociaux sont devenus une tribune libre, accessible à tous les citoyens sans distinction. Dès lors qu’ils disposent des accessoires et moyens qui permettent d’y accéder. Cette tribune est devenue l’espace utilisé par des populations épris de justice, et combattantes de la mal gouvernance, pour dénoncer toutes les forfaitures commises par des dirigeants africains, adeptes de la mal gouvernance, de la corruption et de la violation des droits et libertés les plus élémentaires, reconnus aux citoyens.

Les Présidents égyptiens et tunisiens, Hosni Moubarak et Zine El Abidine Ben Ali, connus pour leur gestion autoritaire et dictatoriale ont fait les frais de révoltes citoyennes qui ont pris forme à travers les réseaux sociaux, avant de s’étendre dans la rue. Et de se solder par une victoire éclaire du peuple contre un clan d’opportunistes. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Et, au Sénégal depuis 2010 les réseaux sociaux sont utilisés, pour promouvoir ou plutôt consolider la démocratie. Et c’est ce combat qui a abouti entre autres à l’éviction du pouvoir du Président Abdoulaye Wade au Profit de l’actuel chef d’État Macky Sall. Et au fil des années des sénégalais ont réellement pris conscience du pouvoir qu’offrent les réseaux sociaux pour combattre la mal gouvernance mais surtout pour exprimer leurs doléances, dénoncer leurs difficiles conditions de vie, et au besoin féliciter le gouvernement. Le charme des réseaux sociaux dans un pareil contexte, réside surtout dans le fait que le citoyen use d’une liberté d’opinion non censurée. Au moment où une bonne partie de la presse est de plus en plus partisane et domestiquée par un pouvoir allergique à la critique et au débat contradictoire. Alors, pour comprendre cette mesure de l’État contre des supposés insulteurs, sculptons objectivement la tendance sur les réseaux sociaux.

En effet, nous sommes en face d’un gouvernement élu sur la base d’un programme qui était essentiellement basé ; sur une gestion sobre et vertueuse des affaires de l’État, sur une séparation nette entre ce que le Président appelait le Parti et la Patrie, sur l’isolement ou le retrait des membres de la famille du Chef de l’État de l’administration du pouvoir. Ce programme alléchant, avait promis de garantir aussi une justice équitable avec une consolidation des libertés individuelles, et des acquis démocratiques. En gros, le Président Macky avait décrété la fin de la mal gouvernance, du laxiste, de l’injustice et de l’ingérence de la famille présidentielle dans les affaires du gouvernement …

Alors, c’est tout simplement des populations désabusées, qui ont pris d’assaut les réseaux sociaux, pour dénoncer sans réserves, d’abords les promesses non tenues du Président Macky, ensuite ce qui à leurs yeux, est synonyme de mal gouvernance, d’abus de pouvoir, de laxisme, de gestion calamiteuse et clanique. Et point besoin d’études ou de statistiques pour voir que la tendance sur les réseaux sociaux est bien à la défaveur de la mouvance présidentielle. Ce que des activistes, blogueurs, opposants, membres de la société civile, etc. exposent sur Facebook, Tweeter, You Tube… fait plus mal que des insultes. Car, c’est souvent des fautes de gestion graves du régime actuel qui y sont étalées avec arguments et souvent chiffres ou images à l’appui. Et il nous semble que c’est cela que l’État assimile à des insultes.

Mais, si réellement des insulteurs sont présents sur les réseaux sociaux et s’en prennent aux institutions, nous transmettons nos encouragements à l’État dans son combat. Par contre que cette traque ne soit sous aucun prétexte un moyen de museler des internautes hostiles au pouvoir, coupables d’user de moyens légaux pour exprimer leur désaccord sur la politique du régime au pouvoir.

Nous espérons aussi monsieur le Président, que votre guerre contre des supposés insulteurs ne va pas réduire les effectifs de la gendarmerie et de la police, déployés sur le terrain. Car, nous sommes convaincus que les vrais voyous sont ailleurs : ils volent, pillent, violentent au quotidien des populations faiblement protégées.

Aliou Sambou Bodian

 

Laisser un commentaire