Ads 1

L’honneur de notre si noble police en passe d’être entachée par un régime maniaque. (Par Yaya DIÉMÉ)

0 770

Il faut interroger le contexte récent des violences policières pour comprendre que la police ne sera pas désarmée de sitôt. Malgré le tollé et la clameur suscités par les événements de mars, qui ont terriblement secoué le pays et occasionné la mort de 14 sénégalais, en grande majorité des jeunes, le comploteur n’en démord toujours pas. Il continue de défier et de narguer la volonté populaire et tente tristement vaille que vaille de brouiller les cartes pour se tirer d’affaires.
Je me demande comment expliquer que des lois soient fomentées à la hâte, que des dispositions et procédures judiciaires soient bafouées pour inculper un honnête citoyen sans ébranler nos compatriotes les plus avertis. La volonté de nuire par les moyens de l’État ne l’ont pas suffi. Même si le cercle de la directive s’est allongée, les dispositions tactiques revues, les moyens d’espionnage renforcés, il faut le dire très clairement que le comploteur ne réussira jamais à se fondre comme du beurre au soleil car les faits sont têtus.

Le Macky se heurtera toujours à une loi naturelle. Il faut deux forces opposées pour créer la lumière. Il faut aussi deux forces opposées pour créer l’équilibre. Il faut enfin deux forces opposées pour qu’humainement notre sort soit préservé. Concevoir que le ciel ouvert est un néant, c’est manquer de foi et s’abreuver naïvement d’illusions dans le fleuve de la crédulité puisque vous avez décidé d’emprunter la voie la plus difficile pour vous et vos suiveurs frivoles. Comment vous est-il possible de sortir de la goûte d’eau qui s’est déversée dans la mer ? Je donne ma langue au chat. Mais sachez que Ousmane SONKO est déjà une goûte d’eau de plus dans un vase déjà plein à craquer de furie et de feu de volcan. Son avenir se confond désormais et, d’ailleurs, est confondu dans l’histoire de son peuple. SONKO est le peuple. Le peuple est SONKO. Il sera la goûte d’eau de trop dans le vase que vous secouez à vos risques et périls.Vous ne pourrez donc pas l’extraire de l’eau.
Vous, par contre, sachez que vous êtes le sel. Vous êtes d’ailleurs la teneur de trop, toxique et gravement nuisible à nos terres, jadis arables. Vous serez extraits sans problème car vous êtes un corps étranger à des degrés tolérables.

Le président Ousmane SONKO est blanc comme neige. Vos moyens de l’État déployés pour le salir contribueront à l’élever davantage et à faire son marketing national et international. Vos carences en politique structurelle coûtent déjà très chères au peuple qui se meut dans la faim et le chômage endémique malgré tout le potentiel agricole dont dispose notre pays. Vos seuls ennemis redoutables qu’il faut combattre sont la misère et la pauvreté et non le Président Ousmane SONKO. Sachez que quand vous faites contre lui, vous faites contre le peuple. SONKO a cristallisé tous les espoirs du peuple qui lui a investi le plein pouvoir de parler et d’agir en son nom. La vérité peut être brutalisée mais elle triomphe toujours contre le mensonge. Elle vaincra. Tout comme Ousmane SONKO vaincra. Votre campagne haineuse contre sa personne n’est que vanité.

En principe, dans un État de Droit, on ne confie point les armes à un criminel en puissance mal formé et ignorant des lois de la République. C’est pourquoi je reste persuadé que, lorsque la vérité triomphera des ténèbres, tous les honnêtes gens seront rétablis dans leurs fonctions. Notre pays sera sauvé d’un mal colonial chronique qui s’est industrialisé avec des maniaques sans la moindre foi ni loi.

Aux comploteurs, nous disons que vous ne saurez modifier nos cerveaux pour atteindre notre rationalité. Que la police fasse son travail sans excès de zèle ni bavures car votre propre pistolet pourrait se retourner contre vous. Soyez donc prudents. Préservez son usage uniquement aux fins et besoins exclusifs de la République. Je vous en appelle au devoir de la conscience et des responsabilités, seuls gages d’un Sénégal de paix et de concorde.

Aux patriotes du monde, l’heure est à la grande vigilance et à la mobilisation. Nous ferons don de notre vie, si nécessaire, pour bâtir un Sénégal nouveau, solidaire et solidaire avec le Président Ousmane SONKO.

Yaya DIÉMÉ.
Responsable politique Pastef Bignona

Laisser un commentaire