Ads 1

LES FORCES VIVES DE BENNO BOKK YAKAAR ACCUSENT Y’EN A MARRE ET LEAD AFRICA FRANCOPHONE DE S’ADONNER À DES ACTIVITÉS SUBVERSIVES

0 60

COMMUNIQUE DE PRESSE DKMAprès le retrait de l’agrément de l’ONG Lead Africa Francophone, les FORCES VIVES DE BBY exigent la dissolution du Mouvement Y’en a marre pour activités illégales et non-conformité avec la législation en vigueur, L’opposition sénégalaise certaine d’être recalée par le système de parrainage, décide d’utiliser Y’en a marre et certaines ONG douteuses pour déstabiliser le régime du Président Macky SALL, en créant une situation d’insurrection et de chaos avant l’élection présidentielle de février 2019.

« Selon le décret 96-103 du 08/02/96, les Organisations Non Gouvernementales sont des associations ou organismes privés régulièrement déclarés à but non lucratif et ayant pour objet d’apporter leur appui au développement du Sénégal et agréés en cette qualité par le Gouvernement ». Cependant, dans l’accord de siège signé avec le Gouvernement du Sénégal, Lead Africa Francophone s’engage à mener uniquement et exclusivement en tant qu’organisation non gouvernementale, des activités développement dans les domaines de l’environnement et du développement durable. Mais malheureusement cette ONG outrepasse ses compétences d’attribution, en versant clandestinement dans la politique politicienne en faveur de l’opposition sénégalaise contre le régime du Président Macky SALL. Cette effraction de l’organisation dans la vie politique sénégalaise, se justifie par deux preuves matérielles irréfutables : d’abord le fait de financer au Sénégal, Y’en a marre qui est un groupe de contestation, de chantage et de pression politique, créé en janvier 2011 par un collectif constitué de rappeurs et de journalistes, dont le mode d’organisation et de fonctionnement repose sur une illégalité totale. Pire encore, le fait de recruter et d’employer dans son staff Alioune SANE membre fondateur et chargé de communication de Y’en a marre constitue une violation flagrante de l’accord de siège liant Lead Africa Francophone à l’Etat du Sénégal. Par voie de conséquence le retrait de son agrément demeure logiquement et légalement fondé. 

Après la suspension des activités de Lead Africa Francophone, les FORCES VIVES DE BBY exigent en même temps la dissolution du Mouvement Y’en a marre par le Ministre de l’Intérieur. Cette organisation persiste dans l’illégalité voire la non-conformité avec la législation en vigueur. A ce niveau aussi les preuves matérielles sont irréfutables. Y’en marre se déclare disposer d’un récépissé d’association, délivré par le Ministère de l’Intérieur.

Au Sénégal, il existe deux catégories d’associations : les associations politiques disposant d’un récépissé de formations politiques, qui concourent à l’exercice du pouvoir à travers l’expression du suffrage universel, sont régies par la loi relative à la vie des partis politiques ; les associations à but non lucratif et apolitiques. Dans quelle des deux catégories d’associations faut-il juridiquement ranger Y’en a marre ?

Dans l’une ou dans l’autre, Y’en a marre n’a aucun droit de recevoir de l’argent venant d’une quelconque ONG. N’étant pas un parti politique, cette structure ne peut détenir qu’un récépissé d’une association à but non lucratif. Dès lors, les fonds d’une association à but non lucratif proviennent essentiellement des cotisations de ses membres. Notons qu’une association ne peut recevoir de dons que s’ils émanent d’un de ses membres. Une association sénégalaise ou étrangère peut-être reconnue d’utilité publique, c’est-à-dire qu’elle est considérée comme poursuivant un but d’intérêt général, au bénéfice de tous. Dans ce cas, elle peut recevoir des subventions publiques c’est-à-dire des aides du Gouvernement et des dons et legs provenant de toute personne physique ou morale. La reconnaissance d’utilité publique n’est ni automatique, ni obligatoire. C’est l’autorité compétente qui apprécie librement et qui décide de déclarer telle ou telle association d’utilité publique. Exception faite pour les associations à but d’éducation populaire et sportive qui peuvent recevoir des subventions même lorsqu’elles ne sont pas reconnues d’utilité publique. Y‘en a marre n’a jamais bénéficié de cette reconnaissance administrative. A la lumière de ces faits, les FORCES VIVES invitent le Gouvernement du Sénégal à prendre toutes mesures utiles et nécessaires pour mettre l’opposition hors d’état de nuire, retirer l’agrément à toutes les ONG coupables d’activités subversives puis dissoudre Y’en a marre, un mouvement hors la loi dans les plus brefs délais.

Fait à Dakar le 25 Novembre 2018.

Le Coordonnateur
Abdoulaye Gallo DIAO
Secrétaire National Adjoint chargé des TIC
Membre du BP du PS
77 517 82 00 // 78 290 79 52

 

Laisser un commentaire