Ads 1

LE ROLE DES PERES DANS L’EDUCATION A LA SEXUALITE

0 81

Catherine, vous nous parlez souvent de sexualité, et aujourd’hui, comme nous parlons des enfants, vous allez évoquer le rôle des pères dans l’éducation à la sexualité. J’ai l’impression que souvent, ils ne sont pas très présents à ce niveau non ?

Exactement. Très souvent, quand j’interviens dans une classe d’enfants entre 11 et 15 ans, je demande aux jeunes si leurs mères leur a déjà parlé de sexualité. Toutes les filles lèvent le doigt et quelques garçons. Si je demande si leur père leur a déjà parlé de sexualité, j’ai un seul garçon qui lève le doigt pour environ 3 classes. C’est dire que les pères sont très absents au niveau de l’éducation à la sexualité et c’est bien dommage !

 

Claire : que peut faire un père pour améliorer cette éducation à la sexualité ?

Catherine : Déjà, c’est très simple et pourtant très très important, il faut, pour leurs filles, leur dire qu’elles sont belles et dignes d’être aimées. Pour une fille, son père, c’est le premier homme de sa vie. Si elle se sent aimée, respectée, admirée, elle s’épanouit comme une fleur. Elle a confiance et sait qu’elle pourra être aimée par un homme en étant respectée.

En pratique, un père doit dire à sa fille : « j’ai de la chance d’avoir une belle fille comme toi. » La beauté physique, on pourrait me dire que ce n’est pas l’essentiel. Pourtant, une fille a besoin de se sentir suffisamment belle. Cela lui permet de croire à sa capacité de séduction et d’avoir confiance en la vie, de renforcer son estime d’elle-même. Cela ne suffit pas de lui dire qu’elle est belle. C’est important aussi de lui dire qu’elle est une fille formidable : intelligente, douée dans tel ou tel domaine, sachant écouter, sachant réconcilier autours d’elle, sachant conseiller, sachant entraîner les autres, etc. Chaque personne a des qualités qu’il faut savoir mettre en avant…

Claire : Cela revient à dire qu’il faut montrer à ses filles et ses garçons qu’on les aime non ?

Catherine : Oui, mais pas seulement. Montrer de l’amour, c’est important, car elle va savoir qu’elle est digne d’amour. Mais lui dire : tu as telle ou telle qualité, d’organisation, de tempérament, de caractère, c’est autre chose. Cela augmente une confiance en soi plus objective. Votre fille peut se dire : oui c’est vrai, j’ai telle ou telle qualité. C’est un peu différent de l’amour qui peut être inconditionnel et ne pas voir les défauts ou qualités. Alors qu’on peut apprécier une qualité, même si l’on n’aime pas spécialement quelqu’un. Un parent qui pointe les qualités de son enfant lui dit : même si je ne t’aimais pas comme je t’aime, j’apprécierais tes qualités. C’est très précieux aussi.

Claire : Mais pour les garçons, c’est tout aussi vrai !

Catherine : Oui bien sûr. Mais pour un garçon, il faut aussi et surtout que sa mère lui dise qu’il est beau et digne d’être aimé. C’est la première femme de sa vie !

Claire : Et à côté de la certitude de pouvoir être aimé, apprécié, quand on se place au niveau de l’éducation sexuelle plus concrète, que peut faire un père pour ses enfants ?

Catherine : Je pense qu’il faut qu’il explique à sa fille comment se comporter avec les garçons. Qu’il lui dise qu’elle mérite d’être respectée et qu’elle mérite le meilleur garçon qui soit. Il faut apprendre à ne pas se mettre en situation de danger, par exemple avec un garçon qui a bu. Et lui expliquer que si un garçon l’aime, il est capable d’attendre qu’elle soit prête. Que si un garçon dit : « tu m’aimes, prouve-le-moi en ayant un rapport sexuel », elle peut répondre à ce garçon : « si tu m’aimes, prouve-le moi en attendant que je sois prête ! »

Claire : Et pour un garçon, que doit dire, que doit transmettre un père ?

Catherine : Je pense qu’il y a pas mal de choses importantes. Déjà, je trouve que ce serait très important pour un père de dire à son fils : tu sais, j’ai envie d’être fier de toi. Et un homme, un vrai, il respecte les jeunes filles et les femmes. Je voudrais que tu deviennes un homme en qui une jeune femme pourra avoir confiance. Un homme de qui elle ne craint rien et même un homme qui soit capable de la défendre si quelqu’un l’embête. Vous savez, un ami qui a vécu au Canada m’a dit : là-bas, les garçons sont formidables. Une fille peut être à un bar en minijupe, si un seul garçon un peu agressif vient l’embêter, tous les garçons présents arrivent et lui disent à ce garçon agressif : « Qu’est-ce que tu lui veux ? Laisse-la tranquille s’il te plait ». Et ça fonctionne très bien.

Ensuite, un autre message des pères qui me semble très important. C’est au sujet de la contraception. Il faudrait dire à un garçon : mon fils, lorsque tu auras une relation sexuelle avec une femme, tu sais que cela peut mettre en route une grossesse. Elle ne doit pas être la seule responsable de cela. Vous êtes deux à faire l’amour, vous devez être deux à prendre vos responsabilités.

– Tu DOIS t’occuper de la contraception, y penser. Proposer un préservatif, lui demander si elle prend la pilule, si elle a un stérilet, un implant…

– Et tu DOIS lui demander si cela lui convient et si elle se sent en sécurité.

– Tu dois lui dire que si elle a besoin de toi à ce niveau tu es là.

– Tu dois l’accompagner chez le médecin pour choisir ensemble une contraception. Parce que tu dois être responsable.

– Tu dois parler avec elle de ce qui se passerait si elle se trouvait enceinte. Parce qu’une grande partie des grossesses non désirées sont dues à des échecs de contraception. On devrait savoir à l’avance et ensemble ce que l’on décide de faire si une grossesse non désirée s’annonce.

Claire : et sur la pratique sexuelle, est-ce qu’un père peut dire des choses à son fils ?

Catherine : Peut-être qu’il peut lui dire qu’une femme, ça a besoin de davantage de temps qu’un homme. De davantage de caresses, de baisers, de câlins. Et que s’il est attentif, il saura rendre une femme heureuse. Mais il ne peut pas trop entrer dans les détails, car cela peut être gênant à la fois pour lui et pour son fils. Il faut savoir être attentif et ne pas le mettre mal à l’aise ! Pour sa fille, je ne crois pas tellement qu’un père puisse donner des conseils sexuels. Ce serait trop intrusif et gênant pour sa fille adolescente !

 

Laisser un commentaire