Ads 1

LE MALAISE INAVOUÉ D’UNE TFM CONFINÉE (Par Ansou SAMBOU)

0 71

Si l’on se réfère à une partie de l’opinion, elle est la télé la plus suivie du pays, paraît-il.

Pourquoi cette percée dans la mêlée audiovisuelle ?

Arrivée bien après les autres, cette télé est devenue «l’AS» de l’audiovisuel.
Dans mes interrogations, certains me disent que c’est à cause des « bons films » sénégalais, d’autres l’attribuent à la popularité des animateurs d’émissions de variétés, de talk-show et téléréalité. Tandis-que d’autres plus fanatiques l’attribuent au caractère très attrayant de leurs émissions et leurs thèmes : Sexe, amour, argent, showbiz, tendances nouvelles souvent libertines etc. Ce qui raffolent les téléspectateurs et auditeurs.

 

À mon avis, c’est plutôt au-delà des causes sus évoquées, la popularité de son propriétaire, l’icône musicale qu’il représente. Mais aussi, la distraction et la décompression que cette télé offre à travers ses programmes qui sont pour l’essentiel amusants, folkloriques et « tendanciels » dans une société anxieuse, déprimée, stressée et tendue à cause du quotidien difficile et précaire que vivent ses populations.

Mais qu’a fait Tfm pour en arriver là ?

Dès sa création, elle a toute suite plongé dans une fausse « bonne ligne éditoriale » pour enfin se proposer comme sentinelle face à un régime libéral Sopi jugé dictatorial et corrompu. Un régime Sopi que tout le monde disait mourant.

Au soir de la seconde alternance jusqu’à présent, cette télévision s’est lancée dans une entreprise de chasse effrénée du gain. Le profit et rien que le profit !
La nomination de son PDG You ndour comme ministre de la culture et du tourisme dans le premier gouvernement de Maron beige a été l’élément déclencheur. Chose que les «y’en a maristes» ont refusée lorsque le nouveau président les a reçus.

Qu’est-elle devenue ?

Tfm s’est aujourd’hui spécialisée dans l’amusement, la dépravation sociétale des mœurs, la promotion de l’indécence à travers des émissions de téléréalité dont la plus récente et décriée est #Sen_petit #Galé. D’ailleurs, elle est au cœur d’un #scandale #sexuel jamais discuté sur ses plateaux pourtant prompts à se saisir vite des faits divers et en débattre. #Diakarloo#Ngonal#Xalass et autres n’ont pas traité l’#affaire #Dieyna et #Diop_ISEG.

Elle tend à remplacer la RTS notamment dans l’exclusivité des infos d’ordre gouvernemental. Plusieurs fois, des infos capitales, des annonces d’État fuitent ici avant que les médias publics d’État (RTS, Soleil, APS) les sortent. Tellement la collusion Tfm-gouvernement est forte que RTS, en plus d’être devenue un outil de propagande, a perdu le milligramme de crédibilité et de fiabilité qui lui restait.

Les tentatives ratées de repentances

Resté muette sur l’affaire Dieyna/Diop ISEG, tfm a utilisé la crise covid19 comme prétexte pour se soustraire de ce malaise.
Aussitôt, ils proposèrent des cours à la télé pour disent-ils « compenser les pertes causées par la suspension des cours » et donner ainsi aux enseignants, l’occasion, « l’opportunité de montrer leur patriotisme et servir leur pays ». Foutaise !!
Tout ça pour noyer l’affaire #Dieyna_Diop_ISEG qui les interpellent directement car ils ont créé les conditions de réalisation de tout ça ! Et toute une fratrie (Famille Ndour) est organisatrice de ladite émission de téléréalité.

Croyant s’être faits oubliés, l’affaire #Doc_Samba le faux médecin leur tombe par-dessus la tête encore !
Trois féminicides graves et une mort impliquant le gendre de You Ndour n’ont fait l’objet d’aucune prise en charge médiatique à Tfm, Rfm et l’Obs, tous détenus par GFM.
√Le faux médecin a été deux fois sur leurs plateaux ;
√Le dossier Mamour Diallo a été traité chez eux de façon tendancieuse ;
√L’affaire Petrotim impliquant Aliou sall aussi ;
√Ils ont été ceux qui ont annoncé la victoire de Benno aux législatives à 1heure du matin puis organisé un tintamarre tôt le lendemain matin ;
√Une télé qui préfère noyer les souffrances des citoyens, les problèmes du pays dans une tintamarre bruyant où ne paraissent que cette image d’un Sénégal agréable et prospère, où seuls les bienfaits du régime Benno sont chantés.
√C’est la télé qui recrute des femmes dépigmentées, artificielles. N’est-ce pas une façon de promouvoir le « xessal »?
√C’est elle qui a offert une tribune d’expression aux personnages non exemplaires : auteurs de viols, de vols, d’escroqueries …
√C’est la télé où beaucoup de présentateurs d’émissions ne sont choisis que pour leur popularité, leur grandes gueules. Tout concourant à abrutir, #abêtir les #jeunes et leur faire subir une « #mutilation de l’#intelligence » pour reprendre Victor Hugo.
√Une télé dont le chargé des programmes est un raté de l’école ;
√Une télé dont l’émission la plus suivie invite un #Birima #sulfureux et connu pour ses frasques et numéros d’imbécilité caractérisée ;
√Une télé où les émissions de débat contradictoire sont déséquilibrées en termes de représentation entre l’opposition et le pouvoir ;
√Une télé où les émissions de chroniqueurs contiennent à chaque fois un viscéral défenseur du Parti au pouvoir ;

Groupe Rfm, Tfm, l’Obs, laboratoire des #fake_news

√Comme en témoignent les nombreux exemples d’intox (d’infox) qui y sont diffusées ;
√Les frasques qui divisent le plus les sénégalais sont prononcées dans ces organes ;
√Un groupe qui ne bouge que pour l’argent ;

Tfm, est le symbole du couple véreux « PRESSE-ARGENT, le nouveau super pouvoir qui décide jusqu’au palais. Ce couple dangereux et toxique a parfaitement contribué à modeler le paysage politico-médiatique dans notre pays, puisque d’autres médias nouveaux commencent à emprunter la même voie, ce qui altère rudement le rôle et les fonctions de la presse.
√Elle compte le plus d’employés de presse peu ou pas qualifiés mais recruté dans le tas.

Que dire de ses journalistes ?

Ces pygmées du journalisme sont d’une légèreté et d’une idiotie telle que tout peut les emporter : la concussion, la corruption et l’intimidation. Ils ont des convictions fragiles voire inexistantes.

Les véritables chiens de garde sont là.

PS: je refuse de noyer mon esprit critique et ma liberté d’opinion dans une « union nationale » qui n’a jamais existé ici.

 

Ansou SAMBOU,
Panafricain convaincu et militant politique

Laisser un commentaire