Ads 1

LA SUBJECTIVE «NEUTRALITÉ» !!!(Par *#CitizenLY*)

0 4 727

L’histoire retiendra que dans ce pays l’on soit si sévèrement exigeant envers un opposant qui n’a pas encore pris le pouvoir plutôt que de l’être envers le Président à qui on a confié le pouvoir et tout ce qui va avec. Passé académique fouillé, carrière professionnelle épluchée, mode de vie épié, bulletin de santé requis, dépense quotidienne calculée. Tout sur la place publique. Devoir de transparence me diront certains. Oui mais il n’est pas le seul dans l’arène. Ou bien admettons-nous une bonne fois qu’il est le seul ? Néanmoins puisque nous nous sommes inscrit dans la politique de «Communiquer juste et vrai en toute circonstance», cet exercice ne hante pas nos sommeils.

Bientôt ce sera la scolarité des enfants, la garde de robe des Madames, les voyages à Ziguinchor et certainement les cadeaux offerts à sa maman. Sachant que tout ceci n’est pas forcément argent du contribuable à l’exception des 1.300.000 FCFA perçus chaque mois pour sa mission de représentant du peuple mandaté par 37.000 sénégalais. Le million 300 dont les 2/3 sont gracieusement versés à des œuvres caritatives suite à un engagement de campagne électorale. Et pourtant rien n’y l’obligeait ! Ils me diront certainement «Et les revenus générés par son cabinet d’expertise». Ainsi je leur répondrai quand un homme en manque d’épaisseur, avec une boulimie pouvoiriste démesurée, transforme l’adversité politique en une inimitié politique, les ordres vont dans le sens de fermer le robinet. La consigne «Qui collabore avec lui verra ma furie». Inimaginable vous me direz mais on en est là et au-delà même.

Pendant ce temps, on exige rien de l’autre côté. Sachant que tout est argent du contribuable. 80 milliards sur lesquels rien n’est dit. Ils vont revenir et me dire «C’est encadré par la loi» ou «Le moment des compte viendra». Depuis lors, combien de rapports sous le coude ?! Si l’énergie mobilisée pour passer au crible la vie d’un opposant était la même orientée pour exiger la transparence dans la gestion de nos maigres ressources, le Sénégal quitterait la 166e place du classement de l’IDH. Refus volontaire ou guidé ?! On peut comprendre pour ceux qui ne comprennent pas. Mais pour ceux qui savent et qui refusent d’ouvrir les yeux parce que voulant une subjective «neutralité», on ne saurait accepter.

Sur cette attitude des uns, le journaliste Pape Djibril Fall a vu juste en disant, je cite : «Aucun argumentaire solide ne peut tenir face à la mauvaise foi».

Toute cette machination me soulage et conforte la pensée que j’avais en décidant de rejoindre PASTEF car de 2018 à maintenant, il ne se passe 3 mois sans que le Baobab Pastef ne reçoive des coups de pelle mécanique fayesallistique. Mais oublient-ils, ce qui caractérise le Baobab? C’est sa robustesse, sa capacité à évoluer dans un milieu hostile, et sa durée de vie qui l’aide à traverser des générations. Quand Dieu décide de faire pousser un baobab quelque part, il n’informe personne et ne requiert l’autorisation de personne. Il en est de même pour sa fin. Il revient à ALLAH swt, le Seigneur des Mondes, de la décréter et non à l’humain.

*#CitizenLY*

Laisser un commentaire