Ads 1

LA PRÉPOSITION « DE » RENFORCE PASTEF DANS SES DROITS (Par Moustapha SARRÉ)

0 14 200

Depuis le lancement de la campagne de levée de fonds intitulée Nemmeeku tour et initiée par Pastef les patriotes, la panique a gagné le camp du pouvoir au point de le pousser à une faute impardonnable. En effet dans la nuit du samedi 02 au dimanche 03 janvier d’une année que le monde entier souhaite bien meilleure que sa sœur cadette qu’on venait d’enterrer avec beaucoup d’espoir, le tout nouveau bras armé de Macky Sall nous surprend à 3 heures du matin avec un communiqué, mal écrit et teinté de menace voilée à l’endroit de ce parti dont le seul et noble objectif est d’installer sur l’échiquier politique une autre façon de s’occuper des affaires de la cité.

Rappelons que la loi 81-17 du 06 mai 1981 modifiée le 12 octobre 1989 par la loi 89-36 a été votée dans un contexte de guerre froide. Le législateur sénégalais, dans le but d’éviter que des puissances impérialistes puissent s’ingérer dans la vie de notre nation, a cru bon de mettre des gardes fous pour exclure toute influence venant de l’étranger. Ainsi, il exige des partis de se limiter exclusivement aux ressources provenant d’adhérents et de sympathisants nationaux en écrivant dans l’alinéa 3 de l’article 3 de ladite loi que : « ce compte doit faire apparaître que le parti politique ne bénéficie d’autres ressources que celles provenant des cotisations, dons et legs de ses adhérents et sympathisants nationaux et des bénéfices réalisés à l’occasion de manifestations. »

Plus loin, dans l’article 4 de la même loi, notre législateur décide qu’entre autres raisons, la dissolution d’un parti intervient « lorsqu’il a reçu directement ou indirectement des subsides #DE# l’étranger ou d’étrangers établis au Sénégal ».

Il est évident qu’en sus de la constitution qui consacre l’égalité de tous les sénégalais devant la loi en son article 3 et en des termes aussi clairs que  » tous les êtres humains sont égaux devant la loi. Les hommes et les femmes sont égaux en droit. Il n’y a au Sénégal, ni sujet, ni privilège de lieu de naissance, de personne ou de famille », la préposition #DE# dans cet article 4 de la loi 81-17 règle définitivement ce débat nauséabond soulevé par le communiqué nocturne d’un ministre de l’intérieur aux abois et en service commandé.

Pastef aurait été en faute, si bien évidemment c’était la préposition #DEPUIS# qui avait été utilisée. En ce moment, tout subside venant de l’étranger serait illicite pour les partis politiques.

Le législateur ne pouvait pas commettre une telle erreur en entrant en contradiction avec le critère de nationalité qu’il avait retenu dans l’alinéa 3 de l’article 3 de la même loi d’une part et l’article 3 de la constitution de l’autre.

Cette remarque montre encore une fois la qualité de nos rédacteurs qui savent bien utiliser la subtilité de la langue française et, les difficultés de certains de nos hommes politiques à étouffer leur instinct de prédateurs toujours prompts à dévorer déloyalement des adversaires.

Notre optimisme, quant à l’atteinte de l’objectif de faire autrement la politique, est renforcé par la réussite en un temps record de mobiliser ces 125 899 000 de francs CFA jamais réaliser dans l’histoire politique de notre pays. À tous ces adhérents et sympathisants nationaux, je dis, du fond de mon cœur, merci pour cette belle compréhension du DON DE SOI POUR LA PATRIE.

Moustapha SARRÉ,
Directeur de l’école du parti PASTIF

Laisser un commentaire