Ads 1

« L’AFRIQUE NE DOIT PAS SE POSITIONNER TOUT SIMPLEMENT COMME CONSOMMATRICE DES INNOVATIONS NUMÉRIQUES MAIS PLUTÔT COMME PRODUCTRICE ». ( Sasha RUBEL, UNESCO)

0 380

Sasha Rubel Unesco DakarLa troisième session de dialogue Inter’Actes #MadameDigitale dans le cadre de la Semaine Mondiale de l’Entrepreneuriat (Global Entrepreneurship Week GEW) s’est déroulée le weekend dernier à Dakar. Le thème retenu cette année est Digital Disruption : « Femmes entrepreneures et exclusion, quelles solutions ? 

 

En marge de cette fête de l’Entrepreneuriat, nous avons rencontré Mme Sasha RUBEL DIAMANKA, Conseillère Régionale pour la Communication et l’Information à l’UNESCO Dakar qui y animait un panel et qui a bien voulu répondre aux questions de dakarmédias. Entretien:

Dakarmedias : Pouvez-vous nous faire un bref résumé de votre intervention pendant ce panel que vous venez de co-animer ?

Sasha RUBEL : Notre intervention était accès sur le clivage qui existe au niveau de l’accès à l’internet et aux compétences numériques pour que les femmes puissent entreprendre dans la sphère numérique.
Mettant en phase justement sur la question de tout ce qui est leadership féminin dans la sphère numérique et la gouvernance économique, nous avons souligné notre engagement à travailler pour adresser ces clivages qui existent à la fois dans les politiques actuelles mais aussi dans les programmes afin de nous assurer que la prise en compte de la dimension genre est privilégiée dans les politiques et programmes NTIC dans le cadre du Plan Sénégal Emergent (PSE).

Donc selon vous qu’est ce qui explique que généralement les hommes ont plus facilement accès aux financements que les femmes ?

Tout d’abord je dirais que la question n’est pas l’accès aux financements mais tout d’abord une question d’accès au numérique. Et l’UNESCO justement en soulignant la recherche que nous avons faite en partenariat avec le haut-commissariat pour le développement durable, nous avons expliqué que non seulement ce clivage sur l’accès à l’internet entre les hommes et les femmes surtout en Afrique existe, mais surtout que cela constitue un vrai frein pour ce qui concerne l’entreprenariat numérique féminin sur le continent.

Quel rôle des institutions comme celle que vous représentez pourraient jouer pour justement réduire ces clivages ?

Nous, nous travaillons bien sûr avec nos partenaires comme ONU-FEMMES et l’OIT, pas simplement pour assurer l’accès à l’internet, mais aussi pour assurer le développement des politiques et programmes NTIC qui mettent en phase l’implication des jeunes femmes.
Qu’est-ce que cela veut dire concrètement ? Cela veut dire développer des politiques sensibles au genre dans les domaines numériques, mais aussi de développer des programmes NTIC tels que l’initiative Youth Mobile et des partenariats avec le programme Jiggen CITIC du ministère des Postes et des Télécommunications, des organisations comme le FESTIC ( Femmes Sénégalaises des TIC) pour promouvoir l’implication des femmes dans les nouvelles technologies à travers la mobilisation des compétences numériques pour les jeunes femmes.

Vous avez aussi relevé l’apport que pourrait avoir l’utilisation des applications mobiles dans la réduction de ces clivages. Pouvez-vous être un peu plus explicite sur cette question ?

Tout a fait. Je parlais justement des chiffres concrets surtout en ce qui concerne le développement des applications mobiles qui représente un marché absolument énorme en Afrique et partout ailleurs dans le monde, mais également comment le développement de ces applications mobiles par des femmes qui s’adressent à des défis des objectifs de développement durable peuvent non seulement être un moyen d’autonomisation économique pour ces jeunes femmes et leurs collègues entrepreneures, mais aussi peuvent être une clé pour résoudre des défis qui existent sur le terrain. Concrètement je prends comme exemple dans le partenariat qui existe entre la Sonatel, le Ministère des Postes et des Télécommunications et UNESCO, des applications mobiles qui ont été créées au Sénégal par exemple pour parler de la gestion de la terre, de l’accès à l’eau, des défis l’alphabétisation dans les langues locales. Et toutes ces applications mobiles ont été créées dans le cadre de ce partenariat entre le gouvernement, le secteur privé et l’ONU pour adresser des défis à travers des applications mobiles qui existent au Sénégal. Et nous en tant qu’UNESCO, nous croyons fortement et nous nous engageons perpétuellement de souligner que l’Afrique ne doit pas se positionner tout simplement comme consommatrice des innovations numériques mais aussi comme productrice des innovations numériques à consommer sur le continent et ailleurs en dehors du continent aussi.

Entretien réalisé par Irama SANE

Laisser un commentaire