Ads 1

Kémi Séba dans les eaux troubles russo-maliennes

0 852

De son vrai nom Stellio Gilles Robert Capo Chichi, Kémi Séba, est présenté comme un activiste qui a choisi l’anticolonialisme comme terrain de communication et de propagande sous la bannière du panafricanisme. Mais, en dehors de son immersion dans le champ politique, Kémi Séba est aussi un chef d’entreprise et chroniqueur. Cela fait déjà trop comme entrecroisement et enchevêtrement d’activités contradictoires et à conflit d’intérêts dans l’activisme débordant du franco-béninois.

 Il n’est pas donc surprenant, quoique dissonant quelque part par rapport à un combat qui se réclame du panafricanisme radical, que Kémi Séba se retrouve dans un jeu trouble et troublant entre Moscou et Bamako. De sources avérées, à titre de chef d’entreprise et d’activiste panafricain, avec tout ce que cela comporte de mélange de genres, le franco-béninois a rencontré le 09 mars 2022, le vice-ministre des Affaires étrangères de la Russie, Mikhail Bogdanov. On indique que Kémi Séba aurait profité de sa présence à Moscou pour signer secrètement le 10 mars 2002, un contrat à titre d’agent d’influence de la Russie en Afrique. Les termes du contrat le lieraient à long terme avec les services de renseignement russes en contrepartie d’une rémunération.

Ainsi, le rôle de l’activiste doublé d’un homme d’affaires, consistera dans un premier temps à éviter que des Africains se battent aux côtés de l’Ukraine et à participer à réduire les velléités des élites africaines de condamner l’invasion russe. Kémi Séba sera donc une sorte de plénipotentiaire occulte des autorités russes en Afrique. On apprend que ses prochains déplacements pour honorer ce cahier de charges seront Brazzaville et Ndjamena.

Pour son compte personnel, dans ses habits de businessman, Kémi Séba tire bénéfice ses réseaux russes pour vendre des mises en contact à ses interlocuteurs africains désireux de collaborer avec Moscou.

C’est connu les aventures de Kemi Séba en Afrique et son rôle déstabilisateur pour les pays africains, la plupart stables, qui n’ont pour tort que d’entretenir des relations cordiales avec des pays occidentaux. En général, sa stratégie consiste à s’allier systématiquement avec les opposants, non par conviction franche et sincère, mais par volonté d’entretenir la discorde et les fractures, sous le parapluie de la mouvance dite antisystème.

Et pourtant le casier judiciaire de Kemi Seba le présente comme un personnage peu recommandable. En France, il a été condamné pour « violences en réunion, port d’arme illégal, violence sur personne dépositaire de la loi, provocation à la haine raciale ». Ce qui lui avait valu 45 jours de prison en 2014.

La posture d’activiste n’est point une mauvaise chose, en tant qu’elle consiste en une position d’alerte. Mais force est de reconnaître qu’elle est en passe de devenir, par les temps qui courent, une activité lucrative pour certains. Comme Kémi Séba dont l’engagement antifrançais, sous forme de « dégagisme », est plus une source de revenus qu’un sincère combat pour l’Afrique. Allez donc chercher pourquoi il a toujours refusé de renoncer à sa nationalité française !

Laisser un commentaire