Ads 1

«INFANTINO SEMBLE VOULOIR IMPOSER AUX CONFÉDÉRATIONS CONTINENTALES UN ‘BUSINESS MODEL’ DE LA FIFA» (Par Papa Massata DIACK) 

0 65

Gianni InfantinoLes conclusions du séminaire sur le développement des compétitions et des infrastructures footballistiques en Afrique m’interpellent, et je me pose les questions suivantes :

1. Quelle est la contrepartie que la CAF, ses fédérations membres, doit donner pour cet investissement de 1 milliard de dollars US ?

2. Qui sera le propriétaire de ces stades et qui en assurera la gestion et la maintenance ?

3. Quelle est la garantie financière pour la CAF au niveau commercial, si elle accepte de décaler sa compétition phare tous les 4 ans ?

4. Quelles sont les garanties pour le football africain, en termes de visibilité, sachant que les chaînes de télévision africaines ne sont intéressées que par les Equipes Nationales A ?

5. Quels sont les clubs en Afrique qui peuvent mobiliser un budget permanent de 20 millions de dollars US$ annuel ?

6. Combien devront mobiliser les autres participants à la Super Ligue, voulue par la FIFA ?

7. N’est-on pas en train de tuer l’esprit et la pertinence des championnats professionnels au niveau national et surtout les motivations des clubs, à la base du succès du football africain.

8. Veut-on créer une élite du football au détriment du football pour tous ?

Objectif de la FIFA : avoir un «holding» du football mondial

La CAF, dans toutes ses composantes, a intérêt à bien étudier ces offres du président Gianni Infantino qui semble vouloir imposer aux Confédérations continentales un «business model» de la FIFA.

Il faut aussi noter que la FIFA, aujourd’hui, centralise, au nom des 54 fédérations nationales africaines de football, la commercialisation du sponsoring et des droits TV pour les matchs de qualification à la Coupe du Monde Qatar 2022 et la Coupe du Monde Etats-Unis/Canada/Mexique 2026.

Elle vient de créer une nouvelle formule pour la Coupe du Monde des Clubs qui sera lancée en Chine pour l’été 2021. Elle a supprimé la Coupe des Confédérations qui était une sorte de lancement de la Coupe du Monde, pour le pays organisateur.

Toutes ces initiatives de la FIFA n’ont qu’un seul but : occuper une place prépondérante dans le marché des droits sportifs et absorber le maximum de revenus commerciaux pour gérer en tant que «holding» le football mondial.
Cette initiative, déclinée à Rabat, ne saurait prospérer en Europe, en Amérique du Sud, aux Etats-Unis. Car tous ces continents ont déjà une plateforme commerciale qui leur est spécifique et les droits commerciaux vendus, pour plusieurs années, à des diffuseurs et sponsors internationaux. Les marchés fertiles à ces initiatives demeurent l’Afrique et l’Asie, car les compétitions de ces continents ne sont pas encore arrivées à maturation.

L’Afrique, terreau fertile à l’expérimentation de ce business model FIFA

L’Afrique semble être un terreau propice à l’expérimentation de ce business model FIFA, car le marché est encore vierge. Mais nous ne pouvons pas occulter les dures réalités du continent qui se déclinent ainsi :

1. Le premier sponsor du football est le gouvernement qui :
– construit les stades, hôpitaux et aires d’entraînement
– paie les sélectionneurs nationaux et les encadrements techniques
– supporte les dépenses de fonctionnement des fédérations, des ligues professionnelles qui subventionnent les clubs,
– exonère des taxes douanières l’importation des équipements sportifs.
– achète les droits TV et radio de la CAN de l’Union Africaine de Radiodiffusion (UAR).

2. Le marché des droits sportifs, et surtout des dépenses de publicité dans le football sont confinées à 7 pays principalement : Afrique du Sud, Egypte, Nigeria, Maroc, Tunisie, Kenya et Algérie. En termes de dépenses annuelles, les droits sportifs représentent 4,5 milliards de dollars US.

3. Les droits de retransmission TV sont monopolisés par 3 acteurs : BeInSports pour l’Afrique du Nord, MNET Supersport pour le reste de l’Afrique et l’UAR de manière ponctuelle pour les CAN et CHAN.

4. Les clubs de football peinent à se professionnaliser et surtout lever des fonds nécessaires pour payer des salaires décents aux joueurs talentueux, qui n’aspirent qu’à aller jouer en Europe ou en Asie. L’Afrique ne peut compétir sur ce domaine.

5. Le marché footballistique africain ne pourra jamais concurrencer le marché européen ou asiatique en termes de transferts, ni en attractivité commerciale. La CAF, après 25 ans de mobilisation, n’a que 6 sponsors officiels. Entre 2015 et 2019, la CAN avait rapporté à la CAF 160 millions de dollars US de profit. A part la CAN, toutes les autres compétitions sont déficitaires par manque d’engouement médiatique

Il est donc urgent de faire une introspection objective en analysant nos Forces, nos Faiblesses, nos Opportunités et nos Menaces. Et cela, en toute objectivité, et en tenant compte de notre contexte politique, juridique, économique, fiscal et sociologique.

L’Afrique est certes un continent très propice pour le développement du football, car elle a une jeunesse très sportive, très engagée pour le football qui est une activité qui a changé la vie de beaucoup parmi eux. Le football est une plateforme pour toute la jeunesse africaine et a intérêt à jouer un rôle prépondérant dans le développement du Continent Africain.

Forces

1. La FIFA est une fédération de fédérations (force de négociation)

2. La FIFA a un modèle commercial bien rodé et une bonne base de clients (sponsors et diffuseurs)

3. La FIFA a une bonne capacité de négociation, car elle détient des produits très visibles et très sollicités par les partenaires commerciaux.

4. La CAF a une expérience de 25 ans dans la gestion des droits sportifs (1992 Jean Claude Darmon à 2017 Lagardère Sports)

5. La CAN est l’évènement sportif africain le plus suivi à travers le monde (plus de 180 pays, audience cumulée de 2,3 milliards de téléspectateurs)

6. Le football africain a un vivier de talents toujours inexploité et compte des légendes du football mondial (Roger Milla, Salif Keïta, Georges Weah, Didier Drogba, Samuel Eto’o, El Hadj Ousseynou Diouf, Kwanko Kanu, JJ Okocha, Dr Khumalo…)

Faiblesses

1. La CAF dépend du financement de la FIFA

2. La CAF ne peut défier les gouvernements africains (pas de moyens légaux ou financiers)

3. La CAF a des contentieux juridiques aux tribunaux du Caire et de Genève (pas encore jugés) avec Lagardère Sports

4. La CAN a été attribuée à 3 pays africains (Cameroun 2021, Côte d’Ivoire 2023 et Guinée 2025) qui ont investi beaucoup d’argent pour leurs infrastructures footballistiques et hôtelières. Ces pays ont amélioré leurs réseaux routiers, hospitaliers et les aéroports pour honorer le football.

5. La base commerciale de sponsors du football est actuellement menacée du fait de la rupture du contrat CAF/Lagardère Sports.

6. Le marché des droits TV est très restreint et il n’y a aucune perspective d’amélioration.

Opportunités du projet FIFA pour la CAF et le foot africain

1. La FIFA est disposée à créer un modèle «Afrique» dans son business plan et met à disposition des capacités financières déjà sécurisées

2. La CAF a bénéficié de la diligence et de l’engagement personnel du SG de la FIFA Mme Fatma Samoura, pendant 6 mois (Août 2019 à Février 2020), donc africaine, elle sera plus réceptive à l’adaptation des normes africaines en Afrique.

3. La centralisation commerciale des matches de qualification à la Coupe du Monde Qatar 2022 et 2026 au niveau de la FIFA est une garantie de vendre et recouvrer toutes les sommes dues par les partenaires TV et sponsors. Ce sera profitable en amont et en aval à la CAF.

4. Pour la CAF, elle peut changer sa gestion commerciale et la mettre aux normes internationales en vigueur à redéfinir.

5. Plus de bonne gouvernance et de traçabilité dans la gestion du football africain, avec l’audit réalisé par le partenariat FIFA/CAF.

Menaces

1. Conflit juridique entre la CAF, les fédérations nationales et les gouvernements sur la gestion des infrastructures. Le décalage des Can à 4 ans vont impacter sur 3 pays africains.

2. Manque de visibilité TV au profit des championnats européens et des événements FIFA ; la nature ayant horreur du vide.

3. Remise en question des structures des champions de ligues professionnelles nationales.

4. Manque d’intérêt des jeunes du football, au profit d’autres sports plus visibles comme NBA, Tennis, Basket-ball FIBA et e-Sports.

5. Concurrence des jeux vidéos et e-sports. Le football doit se renforcer sur le marché de l’événementiel et des divertissements.

6. Les revenus provenant des billets, vendus aux stades, vont être réduits à la périodicité des matches de qualification FIFA et CAN. Pertes d’opportunités de licensing/merchandising, et vente de produits locaux (food & beverages).

7. Contrôle des partenaires financiers sur le football africain (ratios de rentabilité, taux de remplissage, audience TV).

Par Papa Massata DIACK,
CEO Pamodzi Sports Consulting

 

Laisser un commentaire