Ads 1

EN ROUTE VERS LE MAWLOUD : EL HADJI MOUHAMADOU MANSOUR SY « BALKHAWMI » (1900-1957), LE SAVANT ET DÉTENTEUR DES PURS SECRETS DE MAME MAODO

0 71

*Père de l’actuel Khalife de Tivaouane, Serigne Babacar Sy Mansour , il fut l’interface entre Seydi El Hadji Malick Sy et ses grands Mukkadams.

  • 3ème fils de Mame Maodo et son 2ème Khalife, il ne passa que 3 jours à son trône, en 1957.
  • Il est de la même mère que Mame Abdoul Aziz Sy « Dabakh » et Serigne Habib Sy Malick (Sokhna Sofiétou Niang), cousine du roi Alboury Ndiaye et proche parente de Serigne Touba.

El Hadji Mouhamadou Mansour Sy fut un personnage merveilleux de l’histoire. Il fut aussi une grande figure de la Tidjania. L’histoire du pater de l’actuel Khalife des Tijanes est si riche en miracles et en anecdotes. Sa proximité avec son illustre père Seydi El Hadji Malick Sy qui lui confiait ses plus secrètes correspondances, explique, à suffisance, l’étendue de ses connaissances dans presque tous les domaines islamiques. Un pur produit du Grand Maodo.

Cheikh Mouhamadou Mansour SY « Balkhawmi » a vu le jour en 1900 à Tivaouane. Fils de Seydi El Hadji Malick Sy, sa mère est Sokhna Sofiétou Niang Arame Bongo avec qui il partage Serigne Abdoul Aziz Sy « Dabakh »(3ème Khalife de Tivaouane) et Serigne Habib Sy. Elle (Sokhna Sofiétou Niang) est une très proche parente de son mari Seydi El Hadji Malick Sy et du Fondateur du Mouridisme Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul. Elle est également une cousine directe d’Alboury Ndiaye , souverain du Djolof.

Ses humanités auprès de son père

El Hadji Mouhamadou Mansour Sy « Balkhawmi » fit son apprentissage islamique auprès de son père qu’il ne quitte pas. Il ne fréquenta que son « Daara ». Il n’a connu pas d’autres. Ce fut Maodo qui le forma et le formata. Après son éducation, il s’occupa de ses affaires personnelles: »
C’est son père Seydi El Hadji Malick Sy qui l’inculqua tout ce qu’il savait. Il vivait à son ombre. Durant un bon bout de temps, El Hadji Mouhamadou Mansour Sy eut le privilège d’écrire les correspondances de son père. Il en recevait et l’informait de la totalité du contenu. Il jouait le rôle de confident direct, de secrétaire particulier de Seydi El Hadji Malick. Ce dernier plaça en lui beaucoup de confiance et d’espoir. Il fut l’interface entre son père et les grands Mukkadams », nous explique Oustaz Abdou Guèye dit Mame Gor, ancien pensionnaire du  » Daara » de Serigne Mansour Sy « Borom » Daradji.

Éclairages sur son surnom « Balkhawmi »

Selon toujours Oustaz Mame Gor Guèye, El Hadji Mouhamadou Mansour Sy était un homme de vaste culture. Il avait le don d’émerveiller de par son vaste savoir, son éloquence. Il impressionnait son auditoire de par sa rhétorique. Un jour ,un grand disciple du nom de Kébé ( son prénom lui échappe) le qualifia de « Mojababalkawi »( celui qui impressionne par ses qualités hautement humaines et sa vaste culture.) Depuis, l’on a utilisé le diminutif de ce superlatif pour le lui désigner « Balkhawmi ». On lui surnommait aussi « Serignou Mag Ñi »( le marabout des personnes âgées). Il effectua le pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam ( Mecque) en 1944.

Ses miracles dans ses champs de Keur Pathé Khéwar (Mboro)

El Hadji Mouhamadou Mansour Sy « Balkhawmi » était un pur soufi doublé d’un grand agriculteur. Un jour, il alla à la recherche d’une aire (terres arables). Arrivé à Keur Pathé Khéwar, près de Mboro, il vit une vaste étendue de terre en friche. Il demanda au chef de village qui lui répondit: »Ce champ, on l’appelle « baydé »( celui où celle qui le cultive va perdre la vie). Plusieurs personnes ont essayé et ont perdu la vie avant un an. Le marabout s’y installa et commença à l’exploiter en compagnie de son cousin Serigne Moustapha Sy Djamil (fils aîné de son père Serigne Babacar Sy ). Il le cultivait plusieurs années durant. Ce qui impressionne toute cette contrée. Tant le 3ème fils de Maodo Malick avait le pouvoir de chasser ,de repousser les Jins et autres esprits maléfiques. Il soignait aussi la folie.

Ses relations avec ses contemporains

Comme on l’a soulignait plus haut, El Hadji Mouhamadou Mansour Sy Maodo était chargé de lire et de répondre les correspondances adressées à son père. Ce qui faisait qu’il avait une grande ouverture sur le monde. Avec ses frères et sœurs, il entretenait d’excellentes relations. Serigne Babacar Sy (premier Khalife de Seydi El Hadji Malick Sy) l’a fait porter le nom de son fils, Serigne Mansour Sy « Borom » Daradji. En retour, lui aussi, a donné le nom de son fils, actuel Khalife Général des Tidjanes à Seydi Aboubacar Sy. Son unique fille Sokhna Fatou Sy Mansour fut donnée en mariage à Borom « Daradji ». De cette union sont nés Serigne Habib Sy Mansour Borom Daradji et Serigne Cheikh Tidjane Sy Mansour Borom Daradji. Idem pour Mame Dabakh, Serigne Habib Sy et les autres. Avec les Mukkadams, ils s’étaient très liés. Avec ses proches parents de Touba, la famille des « Cheikhs » du Mouridisme , les Baye Fall, ils eurent gardé de bons souvenirs. Ndiassane, Kaolack (Léona, Médina Baye, Kanène, Démène, etc.), les Layènes, les Tallène, les Sall, les Aïdara, de Louga, Thiénaba, il n’y avait aucun nuage. « Balkhawmi » fut un grand ami du Président Lamine Guèye.

Sa disparition en 1957, 3 jours après le rappel à Dieu de son frère Serigne Babacar Sy

Le lundi 25 Mars 1957, Khalifa Ababacar Sy quitta ce bas-monde. El Hadji Mouhamadou Mansour Sy « Balkhawmi » devint alors le nouveau Khalife de Tivaouane. Mais, son magistère ne dira que le temps d’une rose. Dans la nuit du jeudi au vendredi 29 Mars 1957,il le suivit à l’au-delà, attristant et plongeant la Communauté des croyants et, notamment, les disciples Tidjanes dans l’émoi. Il fut inhumé à côté de son illustre père Mame Maodo Malick Sy. Et son frère de lait, Mame Abdoul Aziz Sy « Dabakh » accéda au Khalifat.

Ibrahima NGOM Damel

Laisser un commentaire