Ads 1

DÉPUTÉ BOUBACAR BIAYE SUR LA SUPPRESSION DE LA PRIMATURE : « C’EST LA MISE EN ŒUVRE DES CINQ GRANDES INITIATIVES DU PRÉSIDENT MACKY SALL »

0 120

Boubacar Biaye députéSelon le Premier Vice-Président de la commission des Lois de l’Assemblée Nationale, le projet de réforme approuvé mercredi en Conseil des Ministres et qui sera introduit pour son vote, par les députés, comporte plutôt des aspects positifs qu’il convient de se féliciter.

 

En effet, « cela marque le début de la mise en œuvre des grandes décisions prises par le chef de l’Etat, notamment la mise en pratique des cinq grandes initiatives qu’il compte promouvoir durant le quinquennat », estime l’honorable député Boubacar Biaye.

Le fast-track, cette méthode ‘’new-look’’ qui sera désormais apposée dans les différents chantiers de l’Etat va démarrer avec le dépôt, sur la table de l’Assemblée Nationale, du projet de révision constitutionnelle qui va supprimer la Primature. Si d’aucuns avancent des éléments de non persuasion, d’autres comme Boubacar Biaye estiment qu’il faut plutôt s’attendre à ce que les choses aillent vite maintenant du côté de l’administration. « Nous allons enfin assister à l’avènement du PSE-Jeunesse 2035 qui va consacrer la jeunesse sénégalaise, depuis la naissance jusqu’à l’âge de prise de responsabilité. Il s’agira de former de soigner et de donner de l’emploi durable aux jeunes et aux femmes. Ensuite, l’accent sera mis sur le PSE-Industrialisation du pays, le PSE-Vert avec un projet de reboisement sur toute l’étendue du territoire national, le PSE- Economie Sociale et Solidaire et enfin le PSE-Numérique. Voilà ces initiatives très intéressantes qui seront animées dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme soumise ce jeudi au parlement », a fini de lister le coordonnateur de l’APR et de Benno du département de sédhiou. Mais, ajoute-t-il, « nous sommes dans une phase d’accélération avec un délai de cinq ans, j’allais dire trois ans si l’on prend en compte les années électorales incluses dans le quinquennat ».

Revenant sur les attentes et l’impact de cette réforme dans les régions Sud du pays (Sédhiou, Ziguinchor, Kolda), le Président du Conseil Départemental de Sédhiou s’attend à ce que les jeunes de la Casamance qui ont décidé de ne pas migrer puissent découvrir les importantes niches d’emploi dans les secteurs de l’agriculture, de l’hôtellerie, dans la foresterie pour une exploitation judicieuse.

« La réforme permet de booster aussi les différentes initiatives des groupements féminins, mais aussi de financer les petites et moyennes entreprises et industries, avec une transformation des produits à fort impact économique comme l’anacarde, l’orange, la mangue, le citron, les produits halieutiques, et rendre le projet aquacole de Sédhiou performant. Cela répond parfaitement à la vision de décentralisation des activités vers les autres parties du pays et s’inscrit dans la cadre de la mise en route du Pôle Casamance qui a en charge le développement économique de la région », explique Boubacar Biaye qui espère une bonne organisation du secteur privé. « Aujourd’hui, les chambres de commerce et de métier, avec les différents Conseils départementaux, (les neuf (9) de la Casamance) doivent anticiper sur les projets du Président pour que, si la réforme prend effet, l’économie de la Casamance soit carrément en branle ».

Youssouf NDIONGUE

 

Laisser un commentaire