Ads 1

DÉCRYPTAGE : MACKY FACE À DEUX SIGNAUX ROUGES : L’ARACHIDE & LE FRONT SOCIAL ! (PAR Dr OUSMANE BIRAM SANÉ, ÉCONOMISTE-FINANCIER)

0 61

DECRYPTAGE MACKY OBS

Comme chaque semaine, le Dr Ousmane Biram SANÉ, Economiste-Financier, tente avec l’œil du spécialiste, de contextualiser, d’expliquer et de commenter pour nous les recommandations essentielles du communiqué du conseil des ministres.

Sur ce numéro, il nous revient pour nous sur les deux sujets particulièrement dignes d’intérêt aux yeux du chef de l’état lors conseil des ministres du mercredi 24 janvier 2018 : L’arachide et le front social.

 

En déclarant 2018 année sociale, le Président Sall ne doutait pas que le front social ne resterait pas sourd-muet devant le partage annoncé des fruits de la croissance. En même temps, mais sur un autre registre et dans un silence contrastant, la campagne arachidière connaît une mévente préoccupante à mi-parcours.

C’est pourquoi dans sa communication au Conseil des Ministres (CdM) d’hier mercredi 24 janvier 2018 le Président Sall a adressé ces deux sujets.

En effet, à partir d’un prix de vente « administré » fixé à plancher de 210 Fcfa/Kg, les producteurs bradent l’arachide entre 165 et 190 Fcfa le kilogramme et peinent à trouver des débouchés car les opérateurs manquent de financement, les trois principales huileries du pays (SONACOS, COPEOL et WAO) y vont à leur rythme. Elles ont le vent favorable car l’offre étant supérieure à leurs besoins, elles s’empressent lentement et de toute façon ne pourront pas suivre la production annuelle qui dépasse 1 million de tonnes.

Comble des difficultés, le marché chinois très actif ces dernières années se fait désirer. La suppression en pleine campagne de la taxe sur les exportations d’arachide n’a pas changé les plans d’affaires des acheteurs chinois, sans doute la mesure est-elle venue tardivement. Le monde rural par ses caractéristiques sensibles pour tout homme d’Etat (70% population, forte vulnérabilité, poids électoral, etc…), l’on comprend pourquoi le PR Sall et je le cite : « rappelle au Gouvernement l’importance primordiale qu’il accorde au déroulement optimal de la campagne, à la satisfaction des producteurs et de l’ensemble des acteurs publics et privés concernés ».

Sur le front social le réchauffement des secteurs sensibles tels que l’éducation et le retour dans la rue de la CNTS de Guiro et autres syndicats qui plient mais ne rompent pas à l’image du syndicat des Collectivités locales de Sidya Ndiaye prouvent que le 1er Mai 2018 et le 1er mai 2019 c’est aujourd’hui ! Election présidentielle oblige, c’est comme si tout le monde s’était passé le mot : « c’est le moment ou jamais pour se faire entendre ! » C’est pourquoi, le Président de la République Macky Sall prône le dialogue permanent, seule voie pour préserver la paix sociale mais il y ajoute : « assurer, aux élèves et à leurs enseignants, des conditions adéquates d’études et d’exercice, selon les capacités financières disponibles de l’Etat ». La trésorerie, le cash ou l’encaisse pour calmer tout le monde ? That is question ! Ah le pouvoir qu’on le veuille ou non ce n’est pas du tout une sinécure !
Courage Président !

A la semaine prochaine pour un autre décryptage du communiqué du CdM.

Je vous serre la main !

Dr OUSMANE BIRAM SANÉ,
ECONOMISTE-FINANCIER

Laisser un commentaire