Ads 1

COVID-19 : ÉLIMINER LE CHAOS ET REVENIR À LA NORMALE (Par El Hadji Omar MASSALY)

0 113

Après les échecs cuisants, notés dans la gestion de la pandémie de la covid-19, le gouvernement de Macky Sall est confronté à un autre défi majeur : comment faire face aux conséquences de la crise sanitaire ? La résolution de cette question fait inéluctablement appel à un leadership fort et un pragmatisme réaliste. Le temps de la politique politicienne doit s’estomper face aux défis énormes auxquels le locataire du palais doit apporter des réponses. Le président Macky Sall peut-il rectifier le tir et corriger le mal ?

 

J’emprunte le titre de mon article à un célèbre programme de Deng Xiaoping : Boluan Fanzheng. Le Boluan Fanzheng visait à corriger les erreurs de la révolution culturelle de Mao qui avait plongé la Chine dans le chaos. Le programme de Deng était centré sur les « quatre modernisations » : économie, agriculture, développement scientifique et technologique et défense nationale. Le succès retentissant de ce programme lui a valu le surnom de ‘‘ l’architecte de la Chine moderne ’’.

Mais comment le présent Macky Sall compte-t-il trouver une thérapie à ‘‘ la grande dépression du peuple ’’ ? Je tire l’expression ‘‘ la grande dépression du peuple ’’ de l’histoire politique des États-Unis d’Amérique. En effet, le 29 octobre 1929, 16 milliards de dollars partent en fumée à la bourse de Wall Street. Du jour au lendemain, le pays plonge dans la grande dépression, des milliers de banques font faillite et le chômage s’envole. Massivement, les chômeurs émigrent vers le sud rural où ils grossissent les rangs des agriculteurs.

Lorsqu’en 1932 Franklin Roosevelt est élu président, il annonce un programme ambitieux : le New deal. Politique de grands travaux, subvention à l’agriculture et restructuration des banques. Cette politique interventionniste, mise en place pour lutter contre les effets de la grande dépression, eût donné confiance à l’Amérique pour sortir de la crise à l’aube de la Deuxième Guerre mondiale. Macky est-il prêt pour un New deal afin de gérer la situation d’après-covid ?

Les exemples de Deng et de Roosevelt sont, parmi plusieurs, des exploits de relance économique. Mais comment sont-ils arrivés à avoir des résultats escomptés ? Pour y arriver, ils ont dû combattre la corruption, l’inégalité sociale, les fraudes fiscales… et ont pu mettre les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. C’est la discipline, la compétence, l’éthique, le sens de la justice, l’obsession du résultat, le sérieux…

Si je ne crois point à la politique de relance économique d’après-covid que les ténors du pouvoir chantent en coryphée, c’est parce qu’il existe des questions de fond et des tendances lourdes qui ont toujours bloqué le Sénégal. Pour relancer une économie convenablement et avoir une croissance qui permet le développement, il faut être le maître de sa politique économique. La question de la souveraineté économique peuple le débat des économistes africains. Tous les économistes épris du développement de notre continent que j’ai lus l’ont dit : les pays de l’Afrique subsaharienne, notamment le Sénégal, sont confinés dans une politique néolibérale qui bloque leur développement.

Or, comme l’a noté le brillant économiste Kaku Nubukpo, « le néolibéralisme entretient ou accroît les inégalités, la fracture sociale, le pillage des ressources naturelles ». « À l’heure actuelle, tout le monde se désole de la faiblesse de l’emploi en Afrique, mais peu de gens se souviennent que ce fut un choix délibéré opéré par les institutions néolibérales du Nord qui ont préféré restreindre la demande plutôt que d’inciter à augmenter l’offre, potentiellement génératrice de croissance endogène et d’emplois pérennes », poursuit l’auteur d’Urgence africaine (changeons de modèle de croissance).

« Le taux de croissance du Sénégal passera de 6,8 % à 3 % », disait le président Sall. Mais que la croissance chute ou que ça monte, il n’a jamais réglé les questions de fond (l’emploi, la santé, l’éducation, la fracture sociale…). Pour une relance économique sérieuse, il faut réinterroger les schémas néolibéraux qui n’ont jamais trouvé des solutions aux vrais problèmes des pays de l’Afrique subsaharienne. Chaque année, nous constatons les mêmes diagnostics, les mêmes plans d’urgence, les mêmes méthodes, les mêmes pratiques politiciennes et, au bout du compte, les mêmes résultats…

Pour faire face aux défis énormes de l’après-covid, le président Macky Sall doit faire un casting rigoureux pour un gouvernement compétent, prêt à trouver des solutions palliatives – puisque vu le schéma de la politique néolibérale il ne peut y avoir une solution définitive aux vrais problèmes économiques – afin de revenir à la normale. Le président Sall a une équipe de campagne. Il urge de former un gouvernement sur la base de critères qui tiennent compte des compétences des uns et des autres. Il y a un temps pour la politique et un temps pour la (re)construction d’un pays. Macky Sall, président né après les indépendances dont on pensait qu’il allait faire des changements radicaux pour un Sénégal prospère, a échoué sur beaucoup de plans (la santé, l’éducation, l’emploi…). Il n’a pas pu se départir des goulots d’étranglement pour heurter de front les vraies questions de développement. Reste que, il peut corriger certaines erreurs profondes pour, au moins, tenir le pays sur une béquille.

El Hadji Omar Massaly
Écrivain / chroniqueur

Laisser un commentaire