Ads 1

CHERTÉ DU PÉAGE, CONCURRENCE DÉLOYALE, TRACASSERIES QUOTIDIENNES : LES CHAUFFEURS DE TAXI DANS LA RUE.

0 60

tawi 1L’axe Place de l’Obélisque- rond-point de la RTS a encore servi d’itinéraire aux chauffeurs de taxi, membres du Syndicat démocratique des chauffeurs de taxi du Sénégal (Sdcts), affiliés à la Conférence Démocratique des Travailleurs du Sénégal (Cdts) pour manifester leur –ras-le-bol. Mais, le SG dudit syndicat, Modou Ndiaye, parle d’un simple avertissement aux autorités du secteur du transport. « Si n’est- rien fait jusqu’au 8 février prochain, nous allons alors observer un grève de trois jours et ceci sur l’ensemble du territoire national.

C’est un mémorandum de 14 points qui a été ficelé et déposé comme motif de grève. « Nous avions alerté le Ministre du Transport, mais c’est comme s’il ne travaille pas pour les sénégalais. Il n’a pas daigné faire un signe ou un quelconque geste pour nous manifester, en tant que tutelle, un intérêt. On se demande même s’il ne garde une dent contre les chauffeurs de taxi qui, pourtant, sont des sénégalais à part entière et qui contribuent grandement à la richesse nationale », peste Modou Ndiaye.

Devant des centaines de chauffeurs de taxi déchainés et une file de taxis, le SG du Sdcts liste quelques points revendicatifs, principale source de leur colère. « Nous nous offusquons pour une suppression totale des laisser-passer. En tant que nationaux, nous n’avons pas à payer ces autorisations dans les commissariats de Rufisque. Ensuite, Nous exigeons l’arrêt immédiat de la concurrence déloyale avec le transport irrégulier (les particuliers ‘’Allo taxi’’, notamment). Mais ce qui nous fait mal, c’est la cherté du péage qui nous empêche de vivre correctement. Nous demandons à l’Etat de revoir la tarification du péage avec Eiffage, nous subissons un lourd préjudice », déplorent les membres du syndicat.

Devant les grilles de la RTS, ils ajoutent sur la liste des doléances, les nombreuses difficultés notées dans les centres de contrôle techniques dans les quatorze régions du Sénégal, la revalorisation du livret de conduite du taxi, les tracasseries routières, le manque de régularisation du secteur du transport dans le département taxi urbain, la formalisation de l’embauche d »s chauffeurs sur la base du code du travail, entre autres.

Youssouf NDIONGUE

 

Laisser un commentaire