Ads 1

*CHEIKH MBACKÉ SÈNE, MEMBRE DU DIRECTOIRE DE LA COALITION DIONNE 2024 : « LA SEULE ET UNIQUE PRÉOCCUPATION DU PRÉSIDENT MAHAMMED BOUN ABDALLAH DIONNE, C’EST LES SÉNÉGALAIS »

0 109

M. Sène, certaines presses ont fait état de la position du Président Mahammed Boun Abdallah Dionne qui, selon elles, soutiendrait le report. Étayez- vous cette thèse ?

Absolument pas. C’est faux. Le Président Mahammed Boun Abdallah Dionne ne s’est pas prononcé sur la question parce qu’il a préféré attendre d’avoir une analyse approfondie de la question, en discuter avec ses alliés pour tirer les conclusions qui s’imposent. C’est un homme d’Etat qui a sa manière de fonctionner et qui est très préoccupé par l’orientation antidémocratique que le pays est entrain de prendre. Comme la nature a horreur du vide, son silence sur le report a été exploité par des adversaires avec la complicité d’une certaine presse. Mais, je peux vous dire que la seule et unique préoccupation du Président Mahammed Boun Abdallah Dionne, ce sont les Sénégalais.

Mais le communiqué de la Coalition Dionne 2024 semble contourner la question. C’est ambigu non ?

Le Président Mahammed Boun Abdallah Dionne est un homme d’État qui place la stabilité du pays au-dessus de tout. A travers le communiqué, la coalition Dionne 2024 a fait appel au retenu et à l’apaisement. Une attitude en droite ligne avec la posture qu’il a toujours incarné : un homme à la fois un rassembleur, républicain comme il est rare d’en trouver par ces temps qui courent. On ne peut pas incarner ces valeurs d’un côté et cautionner des appels à manifestations de l’autre, lorsqu’on connaît les risques de débordement qui peuvent en découler. Je pense que nous avons assez vu et subi lors des manifestations de mars 2022 et juin 2023 pour ne plus exposer le pays. C’est cette inquiétude qui a cautionné le communiqué. Ni plus, ni moins.

Mais qui expose le pays ? C’est le régime sortant non !

Les responsabilités sont partagées entre le régime sortant et l’opposition dont nous nous réclamons aujourd’hui d’être partisans. Il faut que le Président Macky Sall accepte les nouvelles réalités politiques du pays et fasse preuve de sincérité, de démocratie et de transparence dans les actes qu’il pose. Et il faut que l’opposition – dont nous nous réclamons – ayons le répondant qu’il faut avec des moyens et une intelligence politique qui n’expose pas notre pays. La violence et la corruption sont les armes des faibles. L’histoire de Me Abdoulaye Wade est un exemple d’intelligence politique dont il faut s’inspirer. Le Sénégal est une république solide portée jusqu’ici par des hommes et des femmes de valeurs, son peuple a beaucoup mûri, mais souffre malheureusement des carences multidimensionnelles de gouvernance. Il faut l’accepter, faire son autocritique et laisser les Sénégalais prendre leur destin en main.

Vous vous réclamez de l’opposition, mais l’opposition vous considère comme des acolytes de régime. Que répondez-vous ?

On ne peut pas empêcher les Sénégalais de cogiter, à voix basse ou haute, et d’exprimer leur opinion. Maintenant, nous avons quitté le régime parce qu’il y a beaucoup de points de divergence dans la gestion du pays. Les gens pensent que c’est le choix d’Amadou Ba qui nous dérange. Eh bien non, c’est l’élément déclencheur, mais beaucoup d’erreurs de gestion ont été commises par le régime : des actes politiques volontairement maladroites, des carences dans la gestion des questions importantes pour les Sénégalais, des interférences dans le fonctionnement d’institutions pourtant théoriquement cloisonnées par le principe de séparation des pouvoirs.

Et vous pensez que le Président Mahammed Boun Abdallah Dionne peut les régler ?

Je ne pense pas, j’en suis convaincu. Le Président Mahammed Boun Abdallah Dionne a l’expérience du gouvernement et connaît le pays. Il est intègre, démocrate, républicain et patriote. Il a la sagesse, le sens de l’écoute, il est consensuel et connaît les vrais maux du Sénégal. Il ne demande qu’un seul mandat de 5 ans pour redresser le Sénégal, réconcilier les Sénégalais et permettre à chacun de s’y retrouver. Il fera du principe de séparation des pouvoir une vraie réalité, consolidera l’indépendance de la justice, mettra en place un plan industriel ambitieux et créateur d’emplois massifs et de valeurs, et redressera l’économie en l’adossant à des fondamentaux plus résilients et par un renforcement de la production locale.

Laisser un commentaire