Ads 1

BOUYGUES CEDE A AXA SES PARTS DANS LA SENEGALAISE DES EAUX

0 71

Exclusif. Le groupe français Bouygues a vendu au groupe d’assurance AXA ses parts dans le holding Eranove, qui opère des services publics dans l’eau et l’électricité au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

Le groupe français Bouygues a cédé ses parts dans la Sénégalaise des Eaux, société qui a la responsabilité exclusive de la production et de la distribution d’eau potable au Sénégal. Selon les informations d’un haut cadre de la SDE, l’opération a été scellée le 31 juillet, mais elle n’a pas été encore rendue publique.

Via la SAUR, Bouygues était un actionnaire historique de cette entreprise, qui produit l’eau potable du Sénégal et la distribue à plus de 600 000 foyers à travers le pays.

D’après le procès-verbal du conseil d’administration que nous avons pu consulter, le groupe français, qui cherchait à se retirer depuis plusieurs années, a cédé à trois filiales d’AXA (France, Suisse et Italie) les 18,63% qu’il détenait encore dans le holding Eranove (ex Finagestion), basé à Paris et détenteur de plusieurs actifs énergétiques en Afrique subsaharienne francophone, principalement au Sénégal (la SDE) et en Côte d’Ivoire (CIE, Ciprel et Sodeci) mais aussi au Mali et en RD Congo.

Toutes ces transactions se trament sur le dos des pauvres populations sénégalaises qui souffrent au quotidien pour s’approvisionner en eau potable. Voilà encore une raison de plus qui vient conforter tous ceux qui pensent que ces Occidentaux ne viennent en Afrique que pour se sucrer, avec bien sûr la complicité de nos gouvernements.

A Dakar, les populations interrogées sur cette question espèrent qu’avec cette vente, les nouveaux actionnaires de la Sde seront plus sensibles à leurs besoins et mettrons tout en œuvre pour assurer une meilleure distribution du liquide précieux dans la capitale sénégalaise.

Depuis deux ans, la rupture de la distribution de l’eau est devenue une règle imposée par la Sde. Comme si de rien n’était. Dakar est assoiffée depuis cinq jours à cause des travaux à l’usine de Keur Momar Sarr qui l’alimente en eau. Les communiqués publiés à l’avance et les camions citernes sont une grosse farce comparée aux épreuves imposées aux consommateurs.

Trimballant leurs bouteilles dans les différentes artères de la ville, les populations supportent stoïquement cette souffrance.

Avec JeuneAfrique

Laisser un commentaire