Ads 1

BOMBE À RETARDEMENT (PAR ALASSANE MBÉGUÉRÉ)

0 96

ALASSANE MBEGUERETout le front social est en ébullition, et Macky Sall feint d’ignorer cette situation explosive. Le pouvoir fait comme si tout marche sur des roulettes.

Le monde de l’éducation est plongé dans le désarroi le plus total. Du préscolaire au secondaire, il n y a plus d’école. Les enseignants ont abandonné les boîtes de craies et les éponges dans les casiers, les élèves, eux, ont déserté les salles de classe en envahissant les rues et en criant leur ras le bol d’un système qui ne peut plus leur assurer leur droit le plus élémentaire, celui d’étudier.

Cette marée humaine est un signal fort à ne pas négliger par le régime car elle risque de l’emporter avant l’heure. Dans les communes, pour ne pas dire dans tous les villages, les enfants, sans déposer une autorisation marchent et exigent du gouvernement de respecter les engagements qu’il avait pris par rapport aux revendications des enseignants. C’est un mauvais cours d’éducation civique que l’état a donné à l’avenir du Sénégal de demain, car le respect de la parole donnée est un critère de bonne gestion. Le mensonge est un vice qui conduit vers tous les autres, surtout celui de la malhonnêteté des citoyens.

L’université au Sénégal n’existe que de nom. Le manque d’enseignants et le manque d’infrastructures sont criards. La grande majorité des enseignants est confinée dans des postes de vacations et est payée après des menaces de perturbations du système. Les étudiants sont souvent au front contre les policiers qui créent plus le désordre que l’ordre qu’ils sont censés maintenir. Cette ébullition sociale risque d’emporter Macky Sall et son régime. Au lieu d’essayer de résoudre cette crise aiguë, le pouvoir compte sur le pourrissement et les menaces pour se sortir du bourbier dans lequel il s’est empêtré.

Le secteur de la santé n’est pas en reste. Les médecins ont remplacé leur blouse blanche de kimono blanc pour entamer une lutte féroce contre ce pouvoir qui n’aime que la confrontation. Du coup les populations meurent. Le désarroi est partout.

Les paysans stockent dans des hangars les graines d’arachides que l’état peine à acheter. Ceux qui ont réussi à placer leur produit dans les usines d’exploitation rencontrent d’énormes difficultés pour se faire payer.

Le rang des chômeurs grossît tous les jours. Le rêve de leur long sommeil s’est interrompu et ils ont peur d’ouvrir les yeux pour ne pas être éblouis par les rayons denses du soleil. L’espoir s’est envolé. Cette armée de chômeurs est un danger pour le pays.

Au même moment Macky Sall danse avec Sarkozy et veut bâtir un second palais pour être plus près des commodités de dernières générations à Diamniadio, construites L’argent du pays se faufile dans les poches des faye-sall.

Au loin, de la lumière jaillit. L’espoir renaît. Le peuple scrute l’horizon comme pour apercevoir ce filet lumineux de ce satellite naturel qui annonce la venue du mois béni, espoir de toute l’humanité pour recueillir l’immensité de la miséricorde divine.

Le président Idrissa Seck est la personne, aujourd’hui, qui incarne cette posture pour sortir le Sénégal des difficultés dans lesquelles Macky et sa bande ont créées. Tous les citoyens sont invités à venir soutenir et supporter l’espoir du peuple pour qu’il puisse réaliser les immenses ambitions qu’il nourrit pour le Sénégal, notre patrie.

Alassane MBÉGUÉRÉ

Laisser un commentaire