Ads 1

AVIS D’EXPERT : Le Dr OUSMANE BIRAM SANÉ (ÉCONOMISTE-FINANCIER) ÉVALUE LES IMPACTS ÉCONOMIQUES QUE PEUVENT AVOIR LES DÉCISIONS PRISES PAR LE CHEF DE L’ETAT MACKY SALL

0 90

Le Dr OUSMANE BIRAM SANÉ ÉCONOMISTE FINANCIER ÉVALUE LES IMPACTS ÉCONOMIQUES QUE PEUVENT AVOIR LES DÉCISIONS PRISES PAR LE CHEF DE LETAT MACKY SALLLa pandémie de la Covid-19 continue, de jour en jour, à paralyser les secteurs clés de l’économie mondiale et notamment celle des pays africains. Dans un communiqué publié vendredi dernier, la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) affirme que le continent peut perdre la moitié de son produit intérieur brut (PIB). Dans une interview accordée à “Enquête’’, l’économiste-Financier Dr Ousmane Biram Sané, Consultant international et ancien directeur de la Bourses Régionale des Valeurs Mobilières (Antenne Sénégal), revient sur les estimations de cette mission, mais également sur les impacts économiques que peuvent avoir les décisions prises par le chef de l’Etat Macky Sall ce week-end, pour circonscrire la propagation du virus au niveau national.

Quelle lecture faites-vous de la situation qu’annonce la CEA ?

La Covid-19 est une pandémie qui va impacter l’économie réelle. Parce qu’elle touche le domaine de la santé. Ce qui veut dire qu’elle touche les forces productives, c’est-à-dire le capital humain. Si le capital humain est malade, s’il y a un problème d’absentéisme justifié, des restrictions sur les forces de production, c’est-à-dire qu’on ne puisse pas aller sur son lieu de travail, il y aura forcément un impact sur l’économie réelle. C’est pourquoi on peut s’attendre à une baisse de production au niveau de beaucoup de pays. C’est normal! Maintenant, quand on donne des chiffres pessimistes pour les exportations des pays africains, il y a beaucoup de facteurs à prendre en compte.

Au moment où l’on parle, il faut prendre en compte la demande de ces produits-là. Parce que l’économie des pays consommateurs de ces produits exportés par l’Afrique, roule au ralenti. Donc, forcément, leurs demandes vont baisser. Le secteur pétrolier est concerné au premier plan. Car, aujourd’hui, c’est l’énergie. Tous les secteurs impactés sont ceux à forte utilisation d’énergie. Quand les usines sont au ralenti, les transports, le tourisme, le sport, les bateaux, il est clair que c’est le secteur de l’énergie qui va le sentir, si on le relie à la matière première. Puisque nous sommes exportateurs de produits, on ne transforme pas beaucoup, si les économies des pays développées sont au ralenti, leur demande en nos produits risque de baisser. C’est comme cela qu’il faut analyser la chose.

Le plus important ici, c’est de contenir la pandémie et d’avoir la capacité, pour les pays du monde entier, d’y faire face. C’est la priorité du moment. L’économie peut toujours redémarrer, et ce faisant, peut-être, il y aura d’autres opportunités qui pourront compenser le manque à gagner actuel. Mais personne ne peut dire, avec précision, les conséquences, dégâts que cela peut faire, en termes d’impact sur l’emploi, le revenu, etc.

Peut-on dire que c’est une opportunité, pour les pays africains, de propulser les échanges intra-africains, notamment à travers la Zlecaf ?

Non ! En aucun moment cela ne peut être une opportunité. Le commerce intra-africain peut être développé par la Zlecaf, mais on attend de voir. Est-ce que l’ouverture des frontières entre les pays africains et la suppression de certains droits et barrières tarifaires et non-tarifaires suffira à développer le commerce intra-africain ? Peut-être ça peut le favoriser. En fait, ce qui est important de savoir, c’est que, bilatéralement, entre deux pays africains, il faut voir est-ce que le produit du voisin est demandé. Sur des matières premières comme le pétrole, il n’y a pas de doute que cela peut être une opportunité. Mais il faudra que le pétrole soit un produit régulé à l’échelle mondiale par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) qui constitue aujourd’hui un cartel. À part cela, si on dit qu’on ouvre les frontières, où partiraient les noix de cajou, le cacao ivoirien, etc. Est-ce que pour autant cela peut arriver au Sénégal ou dans un autre pays pour être transformé, consommé ? Non ! Il faut qu’on interroge les structures des économies pour voir aujourd’hui est-ce que ce produit d’un pays africain est demandé par un autre pays africain. Est-ce qu’on a préparé notre secteur industriel pour pouvoir transformer nos matières premières et les écouler dans le continent d’abord.

Donc, c’est un ensemble de questions qui se posent et qui appellent à interroger les structures de nos économies, des habitudes de consommation, les produits demandés, etc. L’ouverture des frontières n’est intéressante que s’il y a des produits que les entités qui sont en zone de commerce unifié peuvent échanger; que s’il y a une demande réciproque de produits.

Donc, vous ne pensez pas que le marché intra-africain peut aider à atténuer les effets négatifs de la Covid-19, comme le pensent les experts de la CEA ?

Non, je ne le vois pas ainsi. Je ne connais pas un pays africain qui, actuellement, fabrique des masques, pour dire que ce sera une opportunité. Je ne sais pas si, pour les solutions alcoolisées, une structure comme Valdafrique au Sénégal suffit à répondre aux besoins du marché intérieur déjà, pour penser après en vendre en Guinée-Bissau, au Niger. Tout dépend de la structure de nos économies, de la taille de nos industries et de notre développement industriel. C’est ça l’enjeu. Pour les matières premières, chaque pays a sa spécificité, ses matières premières. Mais, aujourd’hui, entre pays africains, à part le pétrole, il n’y a pas un échange de matières premières extraordinaires.
Donc sur quoi va reposer ce marché ? Peut-être les produits transformés. Si nous transformons la même chose, cela ne va pas être évident d’échanger. Il faut que la Zlecaf soit suivie du développement de nos industries, de notre tissu de petites et moyennes entreprises (PME) dynamiques et du développement du secteur des services et des technologies de l’information et de la communication. C’est en cela qu’on peut tirer profit de la Zlecaf. Mais aussi du développement de nos prestations de services intellectuels qu’on peut échanger entre nous.

Là aussi se pose le problème de la capacité de production des entreprises locales…

Cela revient aux problèmes de la structure industrielle. Est-ce que nos entreprises qui transforment nos matières premières, qui créent de la valeur ajoutée ont une capacité de production et des produits qualité pour pouvoir faire face à un environnement comme la Covid-19 ? Est-ce qu’on a une capacité de riposte propre à l’Afrique ? On se rend compte que l’Afrique n’a pas une capacité de riposte à elle seule, face à un virus comme la Covid-19, Ebola. Là n’est pas la question. Il s’agit de vies humaines, de solidarité internationale, de transfert de connaissances, de moyens et de réponses par rapport à une menace qui se présente à l’humanité tout entière.

Donc, il n’urge pas, dans ce contexte, d’accélérer la mise en œuvre de la Zlecaf pour répondre à ce besoin ?

Je ne fais pas de lien entre la Covid-19 et la pandémie. Parce que cela n’a pas un orgueil pour dire que l’Afrique doit faire ceci ou cela. Quand la Chine va au chevet de l’Italie, il n’y a pas un orgueil italien ou européen, ou chinois. Ce n’est pas contextualisé.

La CEA suggère aussi aux gouvernements africains de revoir et réviser leurs budgets pour redéfinir les priorités de dépenses afin d’atténuer les impacts négatifs attendus de la Covid-19 sur leurs économies. Est-ce la bonne démarche à adapter ?

On n’a même pas besoin de la CEA pour prendre de telles décisions. Dès l’instant où le problème s’est posé au Sénégal, au Maroc ou ailleurs, les ministres en charge des Finances et de l’Économie ont tout de suite annoncé des enveloppes. Tout le monde est en danger. Cela ne sert à rien de garder un budget d’investissement, alors que si on ne fait pas face à la pandémie, on n’aura même pas de quoi utiliser ces investissements. C’est une situation conjoncturelle. En économie aussi, l’économie s’adapte à la conjoncture. L’urgence médicale est là. On la dresse d’abord, pour avoir une population en bonne santé qui va travailler. Le reste, on pourra toujours le rattraper.

Effectivement, les pays africains vont vers des réaménagements budgétaires. On peut réaménager le budget, mais aussi, il faut continuer à mobiliser les ressources par des efforts internes aussi. Aujourd’hui, on peut arriver à des formes de solidarité où ceux qui ont de l’épargne qui dort quelque part peuvent faire des dons autour d’eux ou selon les formes de solidarité organisée autour de l’Etat. On a besoin de la contribution de tout le monde.

Est-ce que cette mobilisation de ressources n’aura pas après un impact sur la dette extérieure de ces pays ?

C’est ce que la CEA aurait pu dire. Elle aurait pu appeler les créanciers des pays ou les institutions financières créancières pourleurdirequepour2020-2021, qu’il faut surseoir au service de la dette. Et aussi faire un moratoire avec les pays africains et ceux les plus affectés. Là, j’aurais applaudi des deux mains. C’est là où la CEA est attendue.

Est-ce que les pays africains ont d’autres choix, dans ce cas ?

Les pays africains ne peuvent pas s’endetter pour faire face au coronavirus. Ils vont plutôt faire des arbitrages budgétaires pour revoir les dépenses non indispensables, qu’on peut différer et les affecter à la lutte contre la pandémie. Si on veut aussi aider les pays africains à mieux faire, la CEA ou la Banque mondiale pourrait demander aux créanciers […] de geler le service de la dette pour les pays africainspendant18mois ou2 ans, le temps que les ajustements budgétaires puissent se faire et qu’on reprenne à payer la dette. À l’échelle des pays, il y a les banques centrales et les budgets nationaux qui sont au chevet des entreprises du secteur privé, des entreprises, avec des moratoires ou des baisses de taux d’intérêt.

Les institutions ont-elles pris ce genre d’engagement auparavant, face à de telles situations?

Je ne me souviens pas quand est-ce qu’il y a eu un cas similaire. Mais je sais que quand les pays arrivent à une situation d’insolvabilité, parce qu’ils ont manqué d’échéance de leurs dettes, forcément, comme le cas de la Grèce, on s’assied pour restructurer la dette. Je ne souhaite pas que les pays africains arrivent à ce niveau. Compte tenu des niveaux d’endettement et de cette problématique, peut-être que la CEA pourrait anticiper en demandant à ces créanciers de faire des reports d’échéances.

Est-ce que les États africains comme le Sénégal sont en mesure d’allouer une enveloppe aux acteurs du secteur privé pour les soutenir, en cette période de crise ?

Je pense qu’on va y arriver. On ne connaît pas l’ampleur qu’aura le coronavirus. On espère qu’il s’arrêtera aux 28 cas dont il est question. Mais il faut toujours être prévoyant. Si jamais la pandémie prend une ampleur qui devrait entraîner (on ne le souhaite pas du tout) une situation de confinement, de télétravail, etc., on ne peut imaginer le manque à gagner pour les entreprises. Comment peut-on dire, dans ce contexte, à une entreprise qu’on n’a pas reçu sa déclaration de Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), qu’elle n’a pas payé ses impôts, alors qu’elle tourne à vide ! Le personnel ne vient pas travailler et pourtant elle continue à payer les salaires. Tous les États essaient de comprendre cette situation pour trouver des mesures compensatoires.

Si on devait arriver à des situations compliquées, bien sûr que l’Etat sera au chevet du secteur privé, des forces productrices, des citoyens. Si c’est le cas, il faut aussi que les partenaires au développement puissent être présents, quand on a besoin d’eux, pour nous donner des moratoires et nous faire des facilités, voire demain, peut-être, à des remises de dettes.

Peut-on dire que les pays en développement sont les plus touchés par cette crise sur le plan économique ?

On ne peut pas le dire aujourd’hui. On n’est pas à l’heure du bilan final. On est à l’heure du pilotage au jour le jour, à l’urgence, à l’alerte et à la veille. On ne peut pas tirer un bilan pour dire qu’un tel pays va plus payer que tel autre. Mais, au stade actuel, on sait que la Chine va payer une grosse facture, de même que l’Italie, etc.

Pour le Sénégal, quels seraient les impacts de l’interdiction des marchés hebdomadaires, de la fermeture des restaurants, etc., sur l’économie ?

Cela peut avoir un impact positif pour la santé des populations. C’est la seule priorité qui vaille aujourd’hui. Il faut d’abord s’occuper de la santé des populations pour que cette maladie sorte. Toutes les mesures que l’Etat prend pour atteindre ces résultats sont bonnes. On fera de l’économie, du sport après. On reprendra nos activités sociétales après. Pour l’instant, tout le monde doit être capable de comprendre que cela ne sert à rien de se regrouper à 10, 20, 100, avec un risque de contamination pour une maladie qui est extrêmement dangereuse. Donc, si c’est nécessaire de rester chez soi, les gens le feront. Il y a toujours, aujourd’hui, un moyen de faire des achats. Les populations sauront toujours s’organiser pour acheter des produits sur Internet. Il ne faut pas défier la pandémie.

Entretien réalisé par Mariama DIÉMÉ, Enquête

Laisser un commentaire