Ads 1

ATTAQUÉE PAR DES NERVIS À SAINT-LOUIS: LA COALITION “SONKO PRÉSIDENT” PROMET DE FAIRE APPLIQUER LA LOI DU TALION SI JAMAIS…

0 55

militant sonko agressé à saint louisLes membres de la coalition «Sonko Président» ne vont plus rester les bras croisés face à une attaque de leur cortège. Ils promettent une réplique à la hauteur de l’attaque si jamais une telle situation se répète pendant cette campagne électorale.

Victime d’une attaque «de nervis armés d’armes blanches appartenant à la coalition Benno Bokk Yakaar», lundi dernier dans la commune de Saint-Louis à hauteur de Pikine, la coalition «Sonko Président» menace de faire appliqué la loi du talion si jamais une telle situation se répète au cours de cette campagne électorale. «La coalition avertit l’Etat qu’en cas de défaillance répétée à sa mission de protection de nos partisans et sympathisants qui demeurent avant tout des citoyens de la République, nous nous verrons contraints de les défendre en toute légitimité et avec des moyens en rapport avec le niveau de violence perçu», lit-on en effet dans un communiqué rendu public hier par la staff de communication du candidat des patriotes.

Se voulant on ne peut plus clair, le signataire dudit document a rassuré que leur coalition dispose de moyens pour se défendre et «ne ménagera aucun effort pour préserver l’intégrité physique de ses membres. Elle tient cependant à rappeler qu’elle ne se laissera pas divertir et perturber dans sa mission consistant à aller à la rencontre des sénégalais pour leur présenter et leur expliquer son programme de rupture qui seul peut permettre de sortir le Sénégal de l’impasse». En effet, déterminés à accéder à la magistrature suprême au soir du 24 Février, ces patriotes de dire à qui veut l’entendre que ce ne sont pas ces attaques qui vont les détourner de leurs objectifs : «Ni la violence ni l’intimidation ne pourront retenir la vague déferlante de ces milliers de sénégalaises et de sénégalais qui ont pris la ferme décision de suivre le Président Ousmane Sonko et de le porter à la tête du Sénégal au soir du 24 février 2019».

Ainsi, tout en rappelant son attachement à la paix et le rejet toute forme de violence physique ou verbale durant la campagne, les partisans du candidat Ousmane Sonko, ont tenu à inviter «les autorités à prendre, sans délais, les mesures idoines pour mettre un terme, par tous les moyens, à de tels actes qui sont de nature à installer la violence dans la campagne».

 

Laisser un commentaire