Ads 1

ALLIANCE SUTSAS-SUDTM : ‘’AND GUEUSSEUM’’, LE NOUVEAU MOT D’ORDRE DE MBALLO DIA THIAM ET SIDIYA NDIAYE

0 79

ALLIANCE SUTSAS SUDTML’émiettement du mouvement syndical n’a pas porté ses fruits. Les syndicats sont obligés de se réunir pour harmoniser leurs luttes dans le but d’aboutir à une meilleure prise en charge des préoccupations des travailleurs. Le Syndicat unitaire des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas) et le Syndicat unitaire des travailleurs municipaux (Sudtm) ont ainsi décidé d’unir leurs forces. Pour mettre en place l’Alliance des Syndicats autonomes de la santé et de l’action sociale du Sénégal (Asas) ‘’And Gueusseum’’.

Le gouvernement du Sénégal serait-il en mesure de tenir tête aux mouvements syndicalistes qui ont compris que seule l’union des forces peut faire basculer la tendance dans leur longue lutte avec l’État ? C’est ce que nous avons l’impression de constater, avec l’alliance scellée entre le Syndicat unitaire des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas) et le Syndicat unitaire des travailleurs municipaux (Sudtm).

En effet, ces deux syndicats ont décidé d’unir leur destin par la création d’une alliance dénommée «Alliance des Syndicats autonomes de la santé et de l’action sociale du Sénégal (Asas) « And Gueusseum ».

Cette union mise en place par les deux syndicats est marche depuis hier et compte mener son combat pour faire changer d’avis le gouvernement du Sénégal.

« Nous voulons que cette union soit historique, parce que nous croyons que donner une priorité à cette alliance, c’est créer des cadres et des mécanismes de concertations viables et durables au sein d’espaces d’échanges stabilisés », a déclaré Ibrahima Diagne, du Sudtm qui a lu « le document de politique générale » qui lie les deux organisations lors de la signature de convention d’alliance.

Selon lui, le syndicalisme doit être un levier de promotion sociale reconnu à tout citoyen dans des conditions décentes de travail et d’environnement. Et l’Asas se veut être cette niche de clarté, de démocratie, de confiance mutuelle et de solidarité au seul bénéfice des travailleurs de la santé et de l’action sociale et du système dans son intégralité.

« Elle se veut également un cadre permanent de veille et de lutte au service exclusif des travailleurs officiant aussi bien dans l’administration centrale que dans les collectivités locales », a déclaré Mballo Dia Thiam, président de l’Asas.

Selon lui, il est temps que les syndicats allient leur force et de faire bloc pour enfin réussir leur mission principale ».

Cette cérémonie a été aussi un moment de dégager leur plateforme revendicative qui tourne autour de six (6) chapitres à savoir : la promotion du dialogue social, le plan de carrière des travailleurs, en passant par le plan institutionnel le financement, jusqu’au régime indemnitaire et l’habita social.

L’alliance compte également organiser tous ses démembrements dans tout le pays à travers une tournée nationale pour tâter le pouls de la base et l’inviter à se préparer pour répondre présente chaque fois que de besoin. « Nous ne sommes pas une armée mexicaine. Si deux combattants se regroupent sur ce cri de guerre, les autorités étatiques doivent frissonner », a ajouté Sidya Ndiaye, vice-président de l’Alliance autonome de la santé et de l’action sociale (Asas)/Sutsas-Sudtm.

Selon lui, cette alliance permet de créer des rapports de force afin de pousser l’état à respecter ses engagements.

Youssouf NDIONGUE

Laisser un commentaire