Ads 1

ALIOU CISSÉ, « LE SORCIER VENU DU BOIS-SACRÉ »

0 778

Sélectionneur du Sénégal, Aliou Cissé, qui a soulevé dimanche face à l’Egypte son premier trophée continental, a bavé pour en arriver là. «L’Obs» vous conte sa fabuleuse histoire.

Le Sénégal a dépensé des fortunes pour attirer des entraîneurs prestigieux. Mais c’est un technicien autochtone, «sans expérience» à ses débuts, qui lui a permis de réaliser son rêve d’accéder au sommet de la pyramide du football africain. C’est la belle histoire du «sorcier noir venu bois sacré».

Salamane Bâ, entraîneur de football mais surtout ami et confident, explique : «Les gens parlent souvent de «sorcier blanc», alors que le terme sorcier colle plus à nos réalités. Je l’ai affublé du nom de «Sorcier venu du bois sacré», en référence au sorcier blanc, mais aussi parce qu’il est originaire de la Casamance.»

Né le 24 mars 1976 à Ziguinchor, Aliou Cissé a grandi à Champigny-sur-Marne dans la banlieue parisienne en France, mais a toujours gardé ses racines. «Cette double richesse culturelle l’a aidé dans son boulot afin de gérer ses joueurs», pointe Salamane Bâ. Les relations, au début difficiles avec certains Lions, lui avaient valu les surnoms les plus sordides, sa gestion assimilée à celle du tyran gambien, Yahya Jammeh.

Son proche collaborateur réfute cette image «biaisée d’Aliou». Il précise que la «timidité» qui se cache derrière le masque du sélectionneur est loin de l’étiquette d’obstiné qu’on lui a toujours collée au dos. «Il n’est pas têtu, mais c’est quelqu’un qu’il faut convaincre. Aliou écoute, échange et prend du recul pour prendre la meilleure décision. Il aime sortir cette phrase quand il s’agit de se décider : «On continue la réflexion.» Quand c’est compliqué et difficile, il aime prendre du recul. Il a confiance en lui, mais il ne faut pas confondre cela avec de la suffisance. Aliou est un bon solitaire. Il tient beaucoup à sa liberté. Il n’aime pas être cloisonné dans un système et aime beaucoup citer en exemple le Che (Guevara), qui disait, quand il allait au combat : «Il faut attaquer l’attaque». C’est un homme simple, très vulnérable au plan affectif, mais fort dans l’adversité.» Même s’il souffre pour ses proches, sa famille et ses amis, les critiques acerbes qui ont longtemps jalonné son travail de sélectionneur, l’auraient laissé de marbre. Et incité à se réfugier dans le travail : «Il s’est toujours battu et il a fallu qu’il se batte pour en arriver là», renseigne Bâ. Le sélectionneur-vainqueur de la CAN 2021 savoure aujourd’hui le meilleur, après avoir connu le pire.

Ses débuts difficiles sur les bancs
A la recherche d’un travail au début de sa reconversion, des clubs lui ont claqué la porte au nez. «Il avait déposé à Wasquehal, où était Régis (Bogaert, son adjont actuel) à l’époque, mais ce club avait refusé de le prendre, même sans salaire», témoigne Me Moustapha Camara, avocat au barreau de Marseille, avec qui Aliou Cissé entretient depuis son passage au Psg une relation empreinte de cordialité et à qui le sélectionneur doit ses premiers pas dans le métier d’entraîneur. ««Au mois de février 2010, je présentais, à Marseille, mon livre, «Les grands défis du football africain», coécrit avec le Professeur Abdoulaye Sakho. J’avais invité Pape Diouf (ancien président de l’Om), Aliou Cissé, Alassane Sow, qui était président de Louhans-Cuiseaux. A la suite de cette rencontre, Amara Diané, son ex coéquipier au Psg, lui a conseillé d’aller à Louhans-Cuiseaux. Alassane Sow l’avait recruté comme entraîneur adjoint, mais il n’avait ni contrat ni salaire.» Pour avoir une première expérience sur un banc, Cissé avait accepté ce sacrifice énorme. Il n’a pas été récompensé sur le terrain. Ce fut un échec. «Malheureusement, six mois après, l’équipe, exsangue au plan financier, a été rétrogradée, et les joueurs sont partis. Et Aliou a arrêté la collaboration», raconte Me Kamara. Cet échec n’a pas entamé son moral ou ses ambitions de devenir entraîneur. Il a pris son mal en patience. 

Cissé, Me Senghor et la rencontre de Paris
Pendant ce temps, son ami avocat multipliait les appels et parvient à décrocher un rendez-vous avec Augustin Senghor à Paris au mois de novembre 2011. C’était lors de la rencontre amicale entre le Sénégal et la Guinée, le premier match de Gana Guèye en équipe nationale A. «On est allés à l’hôtel des joueurs. Il y avait Amsatou Fall (directeur technique), Amara (Traoré), sélectionneur à l’époque. J’ai présenté Aliou à Augustin Senghor, qui a dit : «C’est très bien, je cherche des jeunes coachs nationaux. Et comme Aliou s’est inscrit à Clairefontaine, dès qu’il y a une place, je le prends.» Amara Traoré avait appuyé cette initiative, en incitant le président de la Fsf à préparer déjà la relève. Quelques mois après, à la faveur d’un nouvel attelage technique, Cissé est nommé sélectionneur national adjoint des Olympiques aux côtés de Karim Séga Diouf. L’ancien capitaine des Lions débarque à Dakar. Salamane Bâ, qui l’avait aiguillonné, témoigne : «Deux jours après son arrivée à Dakar, on a discuté de la feuille de route. Après avoir rencontré le président de la Fédération, on s’est dit qu’il fallait qu’il aille voir Karim Sega, chez lui. Ce sont deux personnalités qui se complètent. Karim est un Lébou. Il est très fier et entier. Karim a tout fait dans et pour ce pays, tandis que l’autre était en phase d’apprentissage. Si Aliou avait mis en avant son statut d’ancien capitaine du Sénégal, il y aurait eu des étincelles. Karim est un homme qui marche à l’affectif. Aliou est parti avec le professeur Sakho et Karim a gardé de bons souvenirs de cette visite-là. Cela l’a marqué à vie. Cela a été un tournant dans ses rapports avec Karim, qui l’a présenté à toute sa famille. Karim et Aliou étaient très liés. Cela a été un acte très fort, qui témoigne de l’humilité de l’homme.» Son cousin, Makhtar Cissé, qui a vécu avec lui depuis son premier contrat professionnel, rapporte une confidence : «Sélectionneur, il voulait l’être. Et son penalty raté en 2002 y est pour beaucoup. Il disait tout le temps qu’il serait sélectionneur et ferait tout pour ramener le Sénégal au Mondial et disputer une finale de CAN.» 

Major de sa promo, avec 18/20 à Clairefontaine
Aliou Cissé, nommé sélectionneur des Lions en mars 2015, sans les diplômes d’entraîneur, était retourné sur les bancs à Clairefontaine. Studieux, il obtient dans un premier temps le Brevet d’entraîneur de football. «Après, précise Moustapha Camara, il faut rester cinq ans pour passer le diplôme d’entraîneur professionnel. Si tu obtiens plus de 15 au Bef ou officies comme entraîneur pendant plusieurs années, tu es dispensé des cinq ans. Aliou avait 18/20, il était Major de sa promotion.» 
Cissé a donc franchi tous ces obstacles, essuyé les critiques les plus acerbes, pour vivre le meilleur de sa carrière. «Le seul regret que je lui connais, c’est de n’être pas allé au bout lors de la finale de 2002 et je pense que l’histoire est en train de tout corriger, savoure Salamane Bâ. Il est très proche de ses joueurs, même si entre eux, c’est l’amour vache. Au début, ce n’était pas huilé, mais il a défini très tôt sa ligne de conduite. Dans le boulot, il n’est pas dans l’émotionnel. Ce n’est pas le genre à perdre du temps. Quand il sent que tu n’es pas dans son projet, il t’écarte et avance. Pour lui, seul le résultat compte.» Son système de mangement a porté ses fruits, parce que le voilà goûter à quelque chose d’inédit pour le palais des Sénégalais. Un trophée continental. 

L’ENFANCE : Môme pas peur !
L’histoire d’Aliou Cissé s’est tissée à 454 km au Sud de Dakar, à Ziguinchor. Là-bas dans la verte Casamance, au quartier Kandé Baneto, la famille Cissé s’apprête à vivre un heureux événement. Ce matin du 24 mars 1976, sa mère, Oumy Dème, ressent les premières douleurs de l’épreuve la plus formidable dans la vie d’une femme. Evacuée à l’hôpital de la région, elle donnera naissance, quelques heures plus tard, à un mignon petit garçon. Un bonheur immense pour Mamadou Cissé, qui le baptisera Aliou, du nom de son père. A Kendé, le jeune Aliou pousse comme un épi, couvé par un papa, commerçant rigoureux, et la tendresse d’une maman restauratrice, très protectrice. La première rupture surviendra à ses 3 ans. Pour les rapprocher davantage, le petit Aliou est confié à son grand-père et homonyme. Il débarque ainsi à Pikine Guinaw rails, en banlieue dakaroise, avant de rallier, plus tard, Fass et Fann Hock. «C’est à Ziguinchor qu’Aliou est né, plus précisément au quartier de Kendé, qui faisait partie des quartiers chauds de Ziguinchor à l’époque. Aliou a hérité de ses parents l’engagement, la discipline, l’abnégation, la rigueur et la tolérance. Il est multiculturel», confie Makhtar Cissé, son oncle. Crayonné comme un garçon bien éduqué et discipliné, qui abhorre l’injustice, Aliou n’était cependant pas une tête d’œuf. Alors que ses camarades usaient leurs culottes sur les bancs de l’école, Aliou, lui, préférait jouer à la baballe et passait ses journées à taper dans le morceau de cuir. Makhtar Cissé : «Il a toujours été passionné de foot. Il n’était pas un môme capricieux ni braillard. Il aimait le ballon rond et cela lui suffisait. Quand il avait un ballon, il oubliait tout le reste. Et cette passion pour le foot prenait souvent le pas sur a scolarité.» Pour le plus grand mécontentement de son géniteur, qui rêvait de voir son fils mener des études  supérieures. Mais Aliou, de son côté, poussait toujours un peu plus loin sa passion pour le ballon rond. C’est peut-être la raison pour laquelle dès ses 9 ans, son père, alors établi en France, le fait venir au Pays de Marianne. 

Aliou n’était pas un adepte de la Castagne. En France, à 3853 km de sa ville natale et des siens, le jeune Aliou, juché sur ses 9 ans, débarque à Champigny-sur-Marne. Nous sommes en 1985. Dans cette banlieue parisienne, il se frotte très tôt à la réalité : un jeune migrant noir dans une ville fortement peuplée de blancs et d’Arabes. Par dessus tout, loin des siens, notamment de sa mère. «Quand il débarquait en France, son père vivait seul. Sa mère était encore à Dakar. Elle les a rejoints bien plus tard», raconte Assane Sène, journaliste et proche de la famille. Seul avec son père à Champigny, sevré de la tendresse maternelle, Aliou a très tôt su assumer ses responsabilités. Plein de sollicitude, il appuyait son père, constamment pris par son boulot, dans la gestion du quotidien. Il se tapait des centaines de kilomètres pour apporter le linge à la laverie, faisait la cuisine, la vaisselle etc. Ado timide, garçon teigneux, pas pleutre pour un sou, Aliou n’est cependant pas un adepte de la Castagne. Mais il a su se faire respecter dans le quartier chaud du Bois l’Abbé, en Champigny sur Marne et se forger une carapace face à des Arabes, passés maîtres dans l’art de l’intimidation. Assane Sène: «Il fallait être un dur pour pouvoir vivre  avec des Arabes algériens, qui sont difficiles avec les petits noirs, mais il a réussi à se faire des amis, à jouer au foot. Il a montré des qualités d’enfant très brave et courageux.» Gamin obstiné, Aliou ne se laissait jamais faire. D’où son tempérament de gagneur et de guerrier, qui lui vaut aujourd’hui d’être parmi les rares coachs locaux à accéder en finale de Coupe d’Afrique des nations. Une reconnaissance qui a failli ne pas figurer sur son Cv, si cela ne tenait qu’à son père. Ce dernier, qui pensait l’éloigner des terrains de foot en le faisant venir en France, va déchanter. Une fois à Bois l’Allée, Aliou, deuxième de la fratrie, renoue avec sa passion, le foot. Makhtar Cissé, son oncle : «Il était parti pour des études, mais passait son temps à jouer au foot dans les rues.» Il finira par être repéré par le directeur sportif de Lille à l’époque. Une «bénédiction» qui ne rencontrera pas l’agrément du père. Mamadou Cissé oppose un niet catégorique. Assane Sène raconte l’anecdote : «Quand, à un moment donné, son école à Champigny a proposé qu’on l’envoie en sports-études, son père, un homme rigoureux, qui ne croit qu’aux études, a marqué son opposition. Sa mère, Oumy Dème, m’a fait appeler afin de convaincre son père. L’argumentaire que j’ai développé a pesé sur la balance.» Ainsi démarre le cursus de l’actuel coach de l’équipe nationale, à Lille. 
Au LOSC, Aliou rencontre le défunt entraîneur du Sénégal, Bruno Metsu (2000-2002), alors éducateur sportif dans le club. Sous sa houlette, Aliou poursuit sa progression, puis une carrière de footballeur professionnel qui le mène successivement à Sedan, au Paris Saint-Germain, à Montpellier, à Birmingham City,  à Portsmouth Fc, à Sedan encore, puis à Nîmes. Entretemps, il sera convoqué en 1999 en équipe nationale du Sénégal dont il sera plus tard le capitaine-courage. Un parcours satisfaisant, qui renseigne sur la détermination du jeune Casamançais. «Il l’avait promis, confie Salamane Bâ. Au centre de formation de Lille en 1993, Aliou a écrit une lettre à Doki, un de ses aînés, pour lui dire : «Si c’est juste en travaillant que je vais réussir, je sais que je deviendrai un joueur professionnel». Pari gagné !  

Saliou GACKOU

Laisser un commentaire